Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

Accord de Paris : la France, mauvaise élève de l’Europe, en proie aux crises sociales et climatiques

Reste à savoir si la colère qui gronde dans la rue, ou l’opposition de plus en plus affirmée des défenseurs de la Convention Citoyenne pour le Climat, mettra l'Etat français face à ses responsabilités.
8 décembre 2020 - Laurie Debove
Forêts est le seul livre en France à faire un tour d’horizon aussi complet sur notre monde végétal. Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation… bien d’autres sujets vous attendent pour vous émerveiller et vous donner une dose d’inspiration positive.

- Thème : Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation, santé…
- Format : 300 pages
- Impression : France

Commander

Derrière les effets d’annonce, où en sommes-nous réellement des résultats des Etats pour respecter l’Accord de Paris ? Malgré les grandes déclarations de différents pays et quelques objectifs atteints, cinq ans après, le constat reste noir : l’inaction des gouvernements a rendu le défi climatique encore plus grand. La France, alors qu’elle avait organisée la COP 21, s’illustre aujourd’hui par son retard et son manque d’ambition. A la veille du Conseil Européen, les ONG nous alertent : « À l’échelle mondiale, européenne ou française, les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’inaction doit laisser place à un sursaut urgent et massif. »

Un moment charnière

En 2015, les 189 pays ayant ratifié l’Accord de Paris se l’étaient promis : il fallait limiter le réchauffement climatique à +1,5 ou +2°C maximum. Envisagé ainsi, les +2°C semble même être un objectif climatique désirable. A tel point que certains politiques puissent se féliciter que les « engagements » pris dernièrement par des pays limitent le réchauffement global à +2,1°C d’ici 2100.

Or, un « objectif climatique » tel qu’il a été conçu par l’Accord de Paris n’est pas une cible à atteindre, mais bien un point de bascule à ne pas franchir. Et pour limiter les dégâts, chaque dixième de degré compte. D’où l’importance de réduire les émissions de gaz à effet de serre chaque année.

Malheureusement, au niveau mondial, cela fait dix ans que les émissions de gaz à effet de serre ne font qu’augmenter tous les ans, de 1,5% en moyenne, alors quelles devraient baisser de 7,6 % par an pour limiter le réchauffement global à 1,5°C. Résultat, 2020 s’annonce comme l’une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées, et il y a un risque que la hausse du mercure dépasse les 1,5°C d’ici à 2024, a alerté l’ONU.

« Cinq ans après l’Accord de Paris, on se retrouve à un défi climatique encore plus grand ! Il y a eu quelques avancées : de plus en plus de pays se sont engagés à fixer la neutralité carbone à la moitié de ce siècle. Mais s’il y a bien un enseignement qu’on retient de ces dernières années, c’est que cela ne sert à rien de se fixer des caps, sans politiques publiques cohérentes et efficaces appliquées derrière. » explique Morgane Créach, Directrice du Réseau Action Climat

Comme l’explique le rapport du Réseau Action Climat, si les émissions de GES ont baissé de 24 % entre 1990 et 2019 dans l’UE, dépassant l’objectif européen de -20 % prévu pour 2020, l’UE reste à la traîne car elle aurait dû les diminuer d’au moins 7,6 % par an d’ici à 2030, pour contribuer à « l’objectif » de 1,5 °C. Quant à la France, elle est carrément « hors des clous ».

Slide issue d’une conférence de Jean-Marc Jancovici, Ingénieur Climat et Membre du Haut Conseil pour le Climat

L’importance de la justice sociale internationale

Mauvaise élève de l’Europe, la France ne réduit pas assez rapidement ses émissions de gaz à effet de serre. Etant donné son retard accumulé depuis 2015, le Haut Conseil pour le Climat estime qu’en 2025, les réductions annuelles de GES du pays devraient être de 3,3 %. Pourtant, la France fait déjà les frais de la crise climatique.

 « La planète est déjà en surchauffe. Les impacts du changement climatique se sont intensifiés et multipliés ; c’est la principale cause du doublement des catastrophes naturelles de ces 20 dernières années. Et la France est le 15ème pays touché le plus durement par la crise climatique dans le même laps de temps ! La France est à regarder comme le dixième pays contributeur d’émissions à GES, et a donc une responsabilité envers les pays du Sud, les plus impactés et les moins émetteurs. » explique Cécile Duflot, Oxfam France

En France, les forêts sont en danger de mort à cause des sécheresses à répétition. Les catastrophes qui se sont abattues sur la Vallée de la Roya, encore exsangue, sont l’une des manifestations les plus évidentes et les plus dramatiques du manque de préparation du gouvernement sur la gestion et l’anticipation de la crise climatique.

La pollution de l’air est particulièrement mortelle en France.

Par rapport à ses voisins européens, la France a bien moins donné d’argent pour les financements climat censés venir en aide aux pays les plus impactés par la crise. Sa part de dons était de 3% alors que les autres pays de l’OCDE ont une part moyenne de 35%.

Pour cause, la France a préféré utiliser des systèmes de prêts, aggravant la dette souveraine de pays déjà en proie à aux impacts violents de la crise climatique. « Il est choquant que sur cette question de l’aide au réchauffement climatique, nous aggravions la dette de pays fragiles. » dénonce Cécile Duflot, Oxfam France

Et cette politique à l’international s’applique de la même façon à l’intérieur du pays : les pans de la population française les plus précaires sont ceux qui sont le moins aidés pour faire face à la crise climatique et sociale. La pauvreté a explosé, d’ici la fin de l’année, la barre des 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté risque d’être franchie.

Un paysan face aux décombres laissées par la tempête Alex

Un pays en proie aux crises

Si le Conseil d’Etat a récemment rappelé la France à l’ordre sur ses engagements climatiques dans le cadre du procès qui oppose le gouvernement français à la Ville de Grande Synthe, force est de constater que ses émissions de GES n’ont pas baissé dans la quasi totalité des secteurs d’activité du pays et que les aides financières ne sont pas allouées comme il le faudrait.

« Les contreparties sociales et environnementales souvent évoquées en échange d’aides aux entreprises ne sont pas là. On continue de faire comme avant avec le projet de loi finances rectificatives. Rien n’a changé ou presque, on assiste à une baisse des impôts de production, des investissements massifs qui continuent de soutenir l’aérien et l’automobile. Les gouvernements n’ont pas compris qu’il était temps de changer les choses. » énumère Jean-François Julliard, Directeur général de Greenpeace France

Et les déboires vécus par la Convention Citoyenne pour le Climat annoncent un mauvais présage pour la suite. L’ambition de base était déjà faiblarde comparée aux engagements d’autres pays : réduire les émissions de GESd’au moins 40% d’ici 2030 (par rapport à 1990) pour lutter contre le dérèglement climatique. En prime, les ONG accusent le gouvernement d’avoir vidé les mesures de leur substance plutôt que de les proposer « sans filtre » à la population française.

Parmi elles : le refus de baisser la TVA sur le train et de réguler la publicité, refus d’un ISF climatique, ou d’une obligation aux propriétaires à faire la rénovation de leur logement. Même le malus automobile au poids, déjà insuffisant, a été supprimé par les sénateurs hier !

« En France, il y a toujours 7 millions de passoires énergétiques ! Et le gouvernement refuse d’obliger les propriétaires à rénover les logements alors que c’est indispensable pour réduire la précarité énergétique et les émissions de GES. De la même façon, il protège Amazon au détriment des petits commerces, rien n’est fait pour consommer moins et mieux. Plutôt que réduire les émissions de GES du secteur du transport et stopper les extensions d’aéroports, il abreuve le secteur aérien de subventions sans contreparties écologiques et sociales. Il continue de compter sur le bon vouloir de l’agro business, cet immobilisme est insupportable, surtout après le recul sur les néonicotinoïdes ! » accuse Khaled Gaiji, Président des Amis de la Terre France

Dans sa gestion de la crise climatique, Emmanuel Macron ne semble pas comprendre qu’il est en train de perdre la confiance des citoyens. Tout comme il l’est déjà en train de la perdre par rapport à sa gestion de la crise sanitaire, et des lois liberticides qui poussent les manifestants dans la rue pour marcher pour les libertés.

« Ces derniers temps, des propositions de lois en France contiennent des risques majeurs pour les citoyennes et citoyens qui s’engagent dans la vie associative, et tout particulièrement en écologie. Dans un contexte planétaire où la violence s’accroît contre les protecteurs de l’environnement, avec 212 assassinats en 2019, en France les atteintes se multiplient. Des agressions physiques et verbales, et parfois même des menaces de mort, à l’encontre de militants écologistes ou de membres d’associations environnementales ! Et cela dans un contexte où les Préfets disposent de plus en plus de pouvoir et où le droit de l’environnement est très mal respecté ! C’est d’une véritable alerte démocratique dont il s’agit. » analyse Arnaud Schwartz, Président de France Nature Environnement 

Reste à savoir si la colère qui gronde dans la rue, ou l’opposition de plus en plus affirmée des défenseurs de la Convention Citoyenne pour le Climat, mettra l’Etat français face à ses responsabilités.

Source

A moins que le réveil ne vienne de l’Europe, où le Royaume-Uni a mis une sacrée pression diplomatique aux Etats membres en « s’engageant » à réduire de 68% ses émissions de gaz à effet de serre la veille du Brexit.

Le 12 décembre, le Conseil Européen pourrait bien peser dans la balance en décidant au dernier moment de viser -65% d’émissions de GES en 2030, plutôt que l’objectif de -55 % prévu.

En France, les yeux sont rivés sur les échanges qui s’opèrent ces jours-ci pour finaliser le projet de loi climat, issue des travaux de la Convention Citoyenne pour le Climat, qui pourrait avoir un impact concret dans le quotidien des français, si elle n’est pas définitivement vidée de son ambition initiale.

Les prochains mois seront cruciaux pour que les pays appliquent concrètement leurs « engagements climatiques et sociaux » à travers des politiques publiques cohérentes préparant le long terme. La décennie qui s’ouvre, en proie à une crise sanitaire mondiale et une récession économique majeure, est aussi celle de tous les défis climatiques et écologiques. Et pour l’instant, c’est vers une trajectoire à +3°C vers laquelle nous nous dirigeons.

Crédit photo couv : Emmanuel Macron visite Breil sur Roya après la tempête Alex – ARIE BOTBOL/ Hans Lucas / AFP

8 décembre 2020 - Laurie Debove
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Forêts Notre nouveau livre «Forêts » est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Ces géants immobiles, nichés entre ciel et terre, sont apparus il y a plus de 400 millions d’années. Ils ont été les premiers à peupler notre planète. Ils ont traversé les âges, les tempêtes, un climat aussi varié que puissant, mais ils ne résisteront peut-être pas au passage de l’être humain, qui est en train d’anéantir les écosystèmes les plus riches de la terre. Ingénieur forestier, botaniste, mycologue, philosophe, journaliste, photographe, cultivateur : des plumes scientifiques et poétiques se sont unies pour vous proposer un tour d’horizon le plus complet possible sur notre monde végétal. Des sujets variés pour comprendre nos plus fidèles alliés, savoir comment les protéger et créer, peut-être, un sursaut collectif en devenant des gardiens de la forêt.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^