Passez les fêtes avec nos livres Pour les fêtes, offrez nos livres. Un cadeau indépendant et engagé attend vos proches.

« Pour préserver l’eau, la lutte contre les méga-bassines est un enjeu national »

La lutte contre les méga-bassines est un enjeu national, qui dépasse de loin le Marais poitevin. Si celles-ci s’implantent dans les Deux-Sèvres, la France en sera bientôt couverte. Or la raréfaction de l’eau se constate à divers niveaux de manière accrue.
26 novembre 2021 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Générations, notre nouveau livre qui marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde

- Thème : Changements climatiques, répression policière, inégalités, agroécologie, politique, féminisme, nature…
- Format : 290 pages
- Impression : France

Commander

Plus de deux cents personnalités, politiques, scientifiques, artistes, représentants d’associations et de syndicats demandent, dans cette tribune, l’arrêt immédiat de la construction de méga-bassines : « ces projets aberrants d’accaparement de l’eau ». Pour eux, les méga-bassines sont le « symbole d’un modèle néfaste aux paysan·ne·s et à nos territoires, qui refuse de se réinventer et de s’attaquer aux racines du problème : l’agriculture productiviste.»

Dans le Poitou-Charentes, des coopératives agro-industrielles tentent de faire main basse sur l’eau dans le but de prolonger un mode de production destructeur du vivant et dont il est aujourd’hui urgent de s’affranchir.

93 « méga-bassines » dont plus d’une dizaine dans le Marais poitevin – deuxième plus grande zone humide en France – risquent d’être érigées dans les trois prochaines années. Ces énormes cratères plastifiés de 5 à 15 hectares sont le dernier artifice de l’agro-industrie pour concilier raréfaction accrue de la ressource en eau et maintien de l’irrigation intensive.

Depuis quelques mois, le mouvement tissé patiemment entre habitant·es du Marais poitevin et d’ailleurs, paysan·ne·s et naturalistes pour donner un coup d’arrêt aux chantiers de méga-bassines, a pris un essor national.

Samedi 6 novembre, à l’appel de Bassines Non Merci, de la LPO, de la Confédération Paysanne et des Soulèvements de la Terre, plus de 3000 personnes et 20 tracteurs se sont retrouvés à Mauzé-sur-le-Mignon, non loin d’une méga-bassine en construction interdite d’accès aux manifestant·e·s.

Après avoir traversé champs, rivières et nuages de gaz lacrymogènes, les manifestant·e·s ont collectivement investi le site d’une autre méga-bassine, illégale et déjà condamnée 5 fois par la justice, construite à Cram-Chaban.

Lire aussi : Guerre de l’eau : plus de 1000 opposants durcissent le ton face aux méga-bassines des Deux-Sèvres

Action collective de « désarmement »

Un élément de l’installation de pompage qui alimentait cette bassine a été démonté par des paysan·ne·s. Une fois la foule montée sur le talus de la bassine, un débâchage a été effectué pour la mettre hors d’état de nuire.

Cette action collective de « désarmement » était un appel à reconsidérer les manières de préserver et partager la ressource en eau. Elle témoigne de la nécessité assumée, au vu de l’urgence climatique, d’utiliser les outils de la désobéissance civile quand des projets écocidaires passent en force.

S’il a fallu en arriver là, c’était aussi pour répondre, en pleine COP 26, à un gouvernement qui, derrière ses prétentions écologiquement vertueuses, finance à 70 % ces bassines et dont le ministre de l’agriculture Julien Denormandie prétend qu’elles s’emplissent avec les « pluies diluviennes » de l’hiver.

Le morceau de tuyau ramené jusqu’aux portes de son ministère quelques jours après avoir été prélevé sur le forage de la bassine, venait le mettre face à son mensonge ou à son incompétence, en matérialisant le fait que les bassines s’emplissent aussi et surtout en pompant dans les nappes phréatiques.

Nous, signataires de cette tribune, affirmons ici que ce combat nous concerne toutes et tous, partout où nous sommes.

La lutte contre les méga-bassines est un enjeu national, qui dépasse de loin le Marais poitevin. Si celles-ci s’implantent dans les Deux-Sèvres, la France en sera bientôt couverte. Or la raréfaction de l’eau se constate à divers niveaux de manière accrue.

La survie des zones humides riches en biodiversité, ainsi que des cours d’eau aux bords de l’épuisement dépend de l’état de nos nappes et des surplus d’eaux hivernales.

Depuis des années déjà, des naturalistes, biologistes et hydrogéologues analysent et dénoncent les conséquences délétères de l’irrigation intensive et des méga-bassines sur ces écosystèmes à l’équilibre fragile et sur les êtres qui les peuplaient encore il y a peu, à l’instar de l’outarde canepetière ou du busard cendré dans le marais. L’’alimentation en une eau douce de qualité pour les zones ostréicoles proches est menacée elle aussi.

Lire aussi : Guerre de l’eau : des citoyens ont vidé une méga-bassine pour rendre l’eau à la nappe phréatique

Un modèle néfaste

Les méga-bassines ne profitent qu’à une petite minorité d’irrigant·e·s qui vont continuer à s’agrandir pendant que leur voisin·e·s disparaîtront.

Elles ne visent qu’à maintenir en sursis face au changement climatique un type de productions intrinsèquement dépendantes des intrants chimiques, qui stérilisent les sols, font disparaître la faune et la flore, polluent les milieux aquatiques et l’eau du robinet, empoisonnent les humain·e·s à commencer par les riverain·e·s et les agriculteurs eux-mêmes.

Elles sont le symbole d’un modèle néfaste aux paysan·ne·s et à nos territoires, qui refuse de se réinventer et de s’attaquer aux racines du problème : l’agriculture productiviste.

Nous ne pouvons en effet plus passer à côté d’une transition agricole profonde qui permette aux paysan·ne·s, pris·es au piège d’un dogme sans avenir, d’adapter leurs pratiques aux ressources disponibles et non l’inverse, tout en tirant un revenu digne de leur activité.

L’irrigation, mesurée, doit être réservée pour des productions alimentaires diversifiées, relocalisées et denses en emplois. Tout l’inverse d’une irrigation essentiellement dédiée à la culture massive du maïs destiné à l’élevage hors-sol, à l’export ou à la méthanisation.

La lutte pour le partage de l’eau est une question vitale. L’eau est nécessaire à l’agriculture mais aussi à toute forme de vie sur terre. Elle est la sève de toutes nos existences. A ce stade de dégradation de la biodiversité, elle doit retrouver le statut de commun par excellence, que nul ne devrait pouvoir privatiser.

Les opposant.es aux bassines ont besoin de tout notre soutien. Dans les années 2000, alors que lobbies et décideurs voulaient faire entrer les OGM sur le marché sans faire de vague, nombre de paysan·ne·s et citoyen·ne·s s’y sont opposé·e·s, allant là aussi jusqu’à faire le choix de la désobéissance civile en fauchant volontairement des parcelles OGM pour alerter sur ce sujet majeur.

Ce combat a fini par payer. En 2008, la culture des OGM à des fins commerciales a été purement et simplement interdite en France puis en Europe.

Lire aussi : Des militants anti-bassines ont été arrêtés chez eux, puis relâchés : « une tentative d’intimidation indigne »

Intimidations

Il est temps de faire de même avec les méga-bassines et de stopper ces projets aberrants d’accaparement de l’eau avant qu’ils ne se généralisent. Nous devons élaborer une solution politique durable aux conflits d’usage sur l’eau dans l’intérêt de tou·te·s, humain·e·s et non-humain·e·s. Nous avons plus que jamais besoin de territoires vivants plutôt que de terres mortes.

C’est pourquoi, nous, porte-paroles d’organisations nationales, d’associations, ou de syndicats, personnalités politiques, scientifiques, artistes, affirmons ici notre solidarité avec les défenseur·e·s de l’eau, du vivant, et d’une agriculture paysanne qui répond aux défis sociaux, alimentaires, écologiques et climatiques.

Nous nous tenons prêt.e.s face à la répression qui menace de s’abattre sur celles et ceux qui luttent sur place. Nous ne pouvons par ailleurs que dénoncer les intimidations dont ils et elles ont fait l’objet émanant de l’État ou d’organisations agricoles refusant de voir le chemin à parcourir.

Nous nous engageons toutes et tous ensemble pour exiger un arrêt immédiat des projets de méga-bassines, à commencer par celui des 16 bassines du projet Sèvre Niortaise – Mignon.

Nous sommes le vivant qui se défend. Nous sommes l’eau qui jaillit. No bassaran !

Co-auteurs : Le Guet Julien (porte parole du collectif Bassines Non Merci et batelier dans le marais Poitevin) Girod Nicolas (porte-parole de la Confédération Paysanne et éleveur dans le Jura) Nouqui Lotta (plume des Soulèvements de la Terre, paysanne sur une Zone à Défendre et révoltée du climat)

Les co-signataires

Anne Azoulay, syndicaliste

Gabriel Amard, coprésident de l’association nationale du réseau des élu-es insoumis-es et citoyen-nes

Christian Amblard, Directeur de Recherche Honoraire au CNRS, spécialiste des écosystèmes aquatiques

Sylvain Angérand, Ingénieur forestier et coordinateur de campagnes de l’ONG Canopée

Camel Arioui, artisan de la chanson

Manon Aubry, députée européenne France Insoumise, co-présidente du groupe de la Gauche au Parlement européen

Elizabeth Auclair, Maître de conférences en aménagement

Patrice Auzuret, Maire de Sainte Eanne

Geneviève Azam, essayiste

David Bailly, docteur en hydrogéologie et en sûreté nucléaire

Justine Ballon, Chercheuse en économie

Annick Bamberger, maire de La Rochénard

Pierre-Luc Bardet, Enseignant chercheur en biologie 

Tom Baquerre, Co-président de Combat Monsanto

Daniel Barré, maire de Chizé

Françoise Barré, Comédienne-conteuse-autrice

Christel Bosc, Maîtresse de conférences en science politique

Clotilde Bato, présidente de Notre Affaire à Tous

Julien Bayou, Secrétaire national d’EÉLV 

Yvan Beck, président de Planète Vie

François Bégaudeau, écrivain

Guy Benarroche, sénateur des Bouches du Rhône

Christian Benedetti, acteur et metteur en scène

Andrée Bergeron, maître de conférences en Epistémologie, histoire des sciences et des techniques au Muséum National d’Histoire Naturelle

Judith Bernard, enseignante, chroniqueuse, comédienne et metteuse en scène

Bernard Bertrand, écrivain-paysan de livres ethnobotaniques

Michel Besnard, président du Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest

Bernadète Bidaude, conteuse et autrice

Pascal Bironneau, maire de Saint-Loup-Lamairé

Benoit Biteau, paysan et député écologiste au Parlement Europeen

Pierre Bitoun, sociologue auteur du livre  » Le Sacrifice des paysans »

Florent Blanchard, agriculteur bio

Christine Blet, élue municipale de Tours

Gwenhaël Blorville, YouTubeur (« L’Actu qui Chauffe »)

Manuel Bompard, député européen de la France Insoumise

François Bon, écrivain, né dans le marais poitevin

Agnès Bonnaud, Maître de conférences en géographie 

Christophe Bonneuil, historien des sciences et directeur de recherche au CNRS

Danièle Boone, Journaliste, écrivaine

Philippe Borsa, directeur de recherche

Christel Bosc, maîtresse de conférences en science politique

Charles-André Bost, Directeur de Recherches au CNRS en écologie comportementale

Evelyne Boulongne, Porte-parole du MIRAMAP

Claude Bourguignon, Ingénieur-agronome, fondateur du Laboratoire LAMS

Guillaume Bouzard, auteur de bandes-dessinées

José Bové, paysan

Christian Brély, Président Fédération de pêche et de protection du milieu aquatique de la Drôme

Dominique Brouard, élu municipal de Ménigoute

Marie-Christine Brouard, Chef d’entreprise retraitée 

Valérie Cabanes, juriste internationaliste

Nicolas Cailleret, réalisateur

Cali, auteur interprete

Marine Calmet, Présidente de l’association Wild Legal

Philippe Camburet, Président de la FNAB

Jacques Caplat, Secrétaire général d’Agir Pour l’Environnement

Nathalie Caspard, Maître de conférences à l’université Paris Est-Créteil

Leïla Chaibi, députée européenne France Insoumise

Denis Cheissoux, producteur de radio

Yannick Cherel, Réalisateur de films documentaire

Yves Cherel, biologiste, directeur de recherche au CNRS

Jérôme Cler, maître de conférences en ethnomusicologie à l’Université de Paris-Sorbonne

Yves Cochet, ancien ministre de l’environnement

Aurélien Gabriel Cohen, Doctorant et membre de la revue Terrestres

Maryse Combres, conseillère régionale de Nouvelle Aquitaine

Compagnie JoLie Môme

Alexis Corbière, député la France Insoumise

David Cormand, député européen EELV

Annick Coupé, co porte-parole d’Attac

Françoise Coutant, conseillère régionale de Nouvelle Aquitaine

Pierre Couturier, Maître de conférences UCA

Guillaume Chaussemy, Maire du Pont-Chrétien-Chabenet

Jérémie Chomette, Directeur Général Fondation Danielle Mitterrand

Marie Chureau, activiste, membre de Youth for Climate France

Ben Cramer, journaliste et polémologue

Alain Damasio, écrivain

Georges Dargentolle , maire de St Maurice les Brousses (87)

Renaud Daumas, Agriculteur, Conseiller régional, Vice-président FNE 43

Jérémie Decharte, Ingénieur écologue

Monique De Marco, sénatrice de la Gironde

Jean-Louis Demarcq, président de l’APNE SOS sivières et environnement

Priscille De Ponscin, Secrétaire de Chrétiens Unis pour la Terre

Christophe Depres, Enseignant chercheur en économie de l’environnement

Philippe Descola, Anthropologue

Olivier De Schutter, juriste et professeur de droit international à l’UCLouvain

Patrice Desenne, Réalisateur de « Apocalypse eau »

Damien Deville, géographe et anthropologue de la nature, coprésident de l’archipel des alizées

Cyril Dion, écrivain, réalisateur, poète et militant écologiste

Thomas Dossus, sénateur EELV du Rhône

Bernard Drobenko, professeur émérite des Universités, docteur en droit public

Isabelle Druet, chanteuse

Agnès Ducharne, Chercheuse au CNRS en hydrologie

Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France

Marc Dufumier, Agronome

Simon Duteil, Co-délegué général de l’Union syndicale Solidaires

Véronique Duval, auteure

Caroline Fiat, députée France Insoumise

Delphine Fenasse, Co-présidente de l’Association Nationale des Elu.e.s Insoumis et Citoyens

Jacques Fernique, sénateur du Bas-Rhin

Laure Ferrand, sociologue

Pascal Ferren, Philosophe – membre de la commission pour un Parlement de Loire

Lionel Feuillas, président de la Société pour l’Étude, la Protection et l’Aménagement de la Nature en Lot-et-Garonne

Fabrice Flipo, Philosophe des sciences et techniques, enseignant-chercheur

Jacques Fontaine, Professeur et Président Honoraire de l’Université Blaise Pascal

Elsa Fortage, élue municipale de Niort, membre du Collectif Solidaires par Nature!

Nicolas Framont, sociologue

Yves Frémion, Ecrivain, ancien député européen

Olivier Frérot, polytechnicien, auteur, conférencier

Jean-Baptiste Fressoz, historien des sciences, des techniques et de l’environnement.

Bernard Friot, Économiste, professeur émerite des universités

Jacques Fusier, Administrateur de Nature 18

Aurélien Gabriel, Doctorant à l’Université de Paris et membre du collectif de rédaction de la revue Terrestres

Khaled Gaiji, Président des Amis de la Terre France

Jacques Gamblin, comédien et auteur

Chloé Gerbier, co-présidente de Terres de Luttes

Yovan Gilles, « Les périphériques vous parlent », musicien, danseur, acteur

Nicolas Girod, porte parole de la Confédération paysanne

Marc Giraud, écrivain et chroniqueur animalier

Barbara Glowczewski, anthropologue et directrice de recherche au CNRS

Jacques Godard, coprésident de SOL, Alternatives Agroécologiques et Solidaires

Guillaume Gontard, Sénateur de l’Isere, Président du groupe Ecologiste solidarité et territoires

Pierre Grillet, Naturaliste et auteur

Anahita Grisoni, sociologue et urbaniste

Philippe Gros, paysan, initiateur du parcours « éco-paysans » 

Clémence Guétté, Coordinatrice du programme l’AEC de la France Insoumise

Muriel Guilbert, co-déléguée de l’Union syndicale Solidaires

Alain Guiraudie, réalisateur, scénariste et écrivain français

Luc Gwiazdzinski, géographe

Nicolas Haeringer, auteur, militant pour la justice climatique

Lucienne Haese (alias « Lulu »), vice-présidente Autun Morvan Écologie

Steve Hagimont, maître de conférences en histoire contemporaine

Michel Hairaud, mycologue

Cédric Hérou, paysan, Emmaus La Roya

Yannick Jadot, député européen et candidat EELV à l’élection présidentielle

Kévin Jean, Secrétaire de l’association Sciences Citoyennes

Yann Jezequel, élu municipal de Niort et de la Communauté d’agglomération du Niortais

François Jarrige, historien

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France

Philippe Katerine, lui-même

Massa Koné, Porte parole de la convergence global des luttes pour la terre l’eau et les semences paysannes Ouest Africaine CGLTE-OA

Gaël Krikorian, sociologue

Joël Labbé, sénateur

Eric La Blanche, auteur

Bastien Lachaud, député la France insoumise

Julie Laernos, 2e adjointe de la maire de Nantes et vice-présidente de Nantes Métropole

Joelle Lallemand, Présidente de l’APIEEE, Docteur en biologie végétale 

Morgan Large, Journaliste

Michel Larive, député France Insoumise

Léna Lazare, activiste, membre de Youth for Climate France

Les Ogres de Barback

Les Ramoneurs de Menhirs

Gilian Le Gallic, presidente de Alofa Tuvalu

Julien Le Guet, Porte parole du collectif Bassines Non Merci – batelier dans le marais Poitevin

Anne Lehours, Maitre de Conférences et spécialiste en biologie aquatique

Anthony Le Nohazic, Naturaliste

Inès Léraud, Journaliste et documentariste

Erick Leroux, maitre de conférence

Patrick Lespagnol, Président du Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique (MABD)

Robert Levesque, président d’AGTER

Catherine Levesque-Lecointre, Journaliste-Auteure

Stéphane Lhomme, fondateur de l’Observatoire du nucléaire

Vincent Liégey, Ingénieur, essayiste, auteur de « Décroissance »

Régis Lindeperg, Coordinateur de SOS Forêt France

Frédéric Lordon, économiste

Roberto Louvin, professeur de droit public, spécialiste de l’eau bien public

Isabelle L’Héritier, responsable France pour 350.org

Noël Mamère, écologiste

Claire Marble, maraichère

Océane Mariel, Conseillère communautaire de La Rochelle

Antoine Marin, Chercheur en agronomie

Pierrick Marion, Co-Président de Poitou-Charentes Nature

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

Gérard Matichard, Président FNE 03

Fabien Mazzocco, réalisateur

Jean-Luc Mélenchon, député et candidat La France Insoumise à l’élection présidentielle

Paulin Mercier, naturaliste

Jean-Baptiste Michel Redde, alias Voltuan, l’homme à la pancarte

Corinne Morel-Darleux, autrice

Benoit Mousserion, Directeur artistique, compagnie l’homme debout

Vincent Munier, photographe, cinéaste, auteur

Marie-Paule Murail, Présidente d Attac 17

Mourad Musset, guitariste et chanteur de La Rue Kétanou

Elodie Nace, porte-parole d’Alternatiba

Fabrice Nicolino, Journaliste

Sylvie Nony, responsable Alerte Pesticides Haute Gironde

Chantal Noquet, élue municipale de Poitiers

Laure Noualhat, journaliste

Danièle Obono, Députée LFI (Paris)

Francis Odier, président de France Nature Environnement Isère

Jean-Claude Oliva, Directeur de la Coordination EAU Île-de-France

Nicolas Orgelet, vice-président de l’agglomération de Blois

Sven Ortoli, journaliste

Flaminia Paddeu, maitresse de conférence et géographe

Geneviève Paillaud, ex-élue municipale et régionale, presidente du CIMES

Mathilde Panot, présidente du groupe parlementaire insoumis

Tristan Péglier, Coordinateur national des Jeunes Génération.s

François-Xavier Pelletier, réalisateur

Jean-François Périgné, paysan de la mer, témoin citoyen dans l’Affaire du siècle

Pierre-Michel Périnaud, membre fondateur d’alerte des médecins sur les pesticides

Marc Perrone, musicien

Vincent Perrin, Président de l’association Autun Morvan Ecologie

Alain Persuy, forestier et écologue

Riccardo Petrella, professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain et président de l’Agora des Habitants de la Terre

Alessandro Pignocchi, auteur de bandes dessinées

Jérémie Piolat, philosophe et anthropologue

Frederic Pitaval, directeur de l’association id·eau

Marie Pochon, secrétaire générale de Notre Affaire à Tous

Grégory Poinsenet, Cofondateur de Sorry Children

Patricia Pol, enseignante-chercheure et co-fondatrice de l’Internationale des Savoirs pour Tous

Raymonde Poncet Monge, sénatrice

Philippe Poutou, porte-parole du NPA et candidat aux élections présidentielles

Raphaël Pradeau, Porte parole d’Attac France

Loïc Prud’homme, député France Insoumise

Adrien Quattenens, député du Nord, coordinateur LFI

Tancrede Ramonet, Réalisateur et chanteur

Martin Raymond, maire de Roussines

Paul Reder, co-président de la FADEAR

Baptiste Regnery, docteur, écologue

Xavier Renou, collectif des Désobéissants et élu local

Muriel Ressiguier, députée LFI

Julien Rivoire, Porte-parole Attac France

Marie Monique Robin,journaliste d’investigation, réalisatrice et écrivain

Michel Rodes, vice-président SEPANSO Aquitaine

Fabien Rodhin, Auteur de BD (scénariste)

Renée-Lise Rothiot, blogueuse de L’eau qui mord et membre du collectif Eau 88

Aurélie Roussary, chercheur en sociologie dans le domaine de l’accès à l’eau

Bernard Rousseau, ex-administrateur de l’agence de l’eau Loire-Bretagne

Christian Roqueirol, paysan

Franche Rubion, Collectif Bretagne contre les fermes usines 

Daniel Salmon, Sénateur d’Ille et Vilaine

Christophe Sebaoun, conseiller municipal à Tours délégué à la Loire, au Cher, aux aquifères

Pablo Servigne, Auteur, chercheur in »terre »depéndant

Olivier Sigaut, enseignant et documentariste

Jean-Christophe Sirven, artiste

Jean-Marc Soubeste, conseiller municipal de la Rochelle

Frédéric Sultan, Coordinateur de Remix the commons

Groupe eau du Syndicat de la Montagne Limousine

Sophie Taillé-Polian, Sénatrice du Val-de-Marne, coordinatrice nationale de Génération.s

Alexis Tantet, enseignant-chercheur au Laboratoire de Météorologie Dynamique de l’école Polytechnique

Bénédicte Taurine, députée de l’Ariège France Insoumise

Dominique Terrieu, auteur-compositeur-interprète

Benoît Teste, secrétaire général de la FSU

Thierry Thévenin, président de la fédération des paysan.ne.s-herboristes, porte parole du Syndicat SIMPLES

Thomas Thivillon, Doctorant en économie

Marie Toussaint, juriste, eurodéputée

Isabelle Vaissade-Maillet, Présidente de Nature 18

Victor Vauquois, co-président de Terres de Luttes

Thomas VDB, Comédien et chroniqueur radio

Marion Veber, responsable des programmes de la Fondation Danielle Mitterrand

Audrey Vernon, Comédienne

Julien Vert, Ingénieur en chef des eaux et forêts, co-fondateur de Potagers & Compagnie

Valentin Verret, agronome

Jacques Verron, directeur de recherche CNRS en océanographie

Vincent Verzat, vidéaste-activiste de la chaîne Partager c’est sympa

Mélanie Vogel, sénatrice écologiste

François Warlop, agronome

Henri Weimerskirch, Directeur de Recherche en Ecologie

Yannis Youlountas, Réalisateur

26 novembre 2021 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Générations Notre nouveau livre « Générations » marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde. Changements climatiques, répression policière, inégalités, capitalisme hors de contrôle : la nouvelle génération va devoir relever des défis inédits, pour certains presque insurmontables. Mais que ressent-elle ? Quel sens donne-t-elle au présent ? Et comment perçoit-elle l’avenir ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre dans ce nouveau livre-journal, « Générations ».
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^