Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Les jardins potagers d’Aubervilliers sont rasés pour le spa des JO

Conséquence néfaste d’une logique politique court-termiste basée sur la quête du prestige d’une compétition internationale, et de son flux de partenariats financiers, plutôt que d’une vision à long-terme préservant les communs et gardant en tête l’objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.
2 septembre 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Énorme choc ce matin pour les occupants des jardins d’Aubervilliers, près de Paris. Aux aurores, ils ont été expulsés par la police, après plusieurs mois de lutte contre le bétonnage des jardins ouvriers des Vertus, l’un des rares poumons verts de la Ville. Si l’expulsion était imminente, voir les pelleteuses détruire une partie de ce havre de biodiversité est un crève-cœur pour les jardiniers résistants. Ils appellent à un rassemblement ce soir-même devant la Mairie d’Aubervilliers, bien décidés à tout faire pour sauver ce qui peut encore l’être.

Des légumes pas du bitume

Depuis le 24 mai, les jardins ouvriers des Vertus, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), étaient occupés par des jardiniers et des militants opposés à la construction d’un spa/solarium adossé à la future piscine d’entraînement des Jeux olympiques de 2024. Face à la pression de la société d’aménagement du Grand Paris, ils avaient lancé un appel à l’aide le 15 juillet.

En jeu : la préservation de 17 parcelles potagères (soit 4 000 m2) et pleines de vie, pour les sauver du futur centre aquatique du Fort d’Aubervilliers, l’un des 5 sites d’entraînement destinés aux compétiteurs des Jeux olympiques de 2024, et notamment de son espace de « fitness, spa et solarium minéral » qui va prendre la place des jardins.

Afin d’empêcher le désastre, les jardiniers avaient même missionnés un architecte pour qu’il propose un projet alternatif, plans à l’appui, afin de placer l’extension de la piscine directement sur le toit du parking.

Non seulement ils n’ont jamais eu de retours à cette proposition constructive, mais l’épée de Damoclès qui planait au-dessus de leur tête a fini par trancher : la police et les pelleteuses sont arrivées ce matin pour expulser les jardiniers et raser ces terres fertiles.

Lire aussi : JO Paris 2024 : les Jardins populaires d’Aubervilliers sont menacés d’expulsion

« Le fait que ces jardins sont un lieu à préserver tombe sous le sens quand on y est. C’est à la fois un îlot de verdure rempli de biodiversité et de vie, mais aussi un héritage culturel important qui fait partie de l’Histoire de la Ville. Le raser pour un solarium, c’est ignoble au possible. La zone va être entièrement rasée, ils vont poser des barrières de chantier et bétonner ça en vitesse. » témoigne un occupant des Jardins auprès de La Relève et La Peste

Des occupants ont subi des contrôle d’identité et deux ont été placés en garde-à-vue, avant d’être relâchés. Malheureusement certains des oiseaux, hérissons, coléoptères et mille autres petits insectes de ce lieu de vie foisonnant n’auront pas le temps de s’enfuir face aux pelleteuses.

Lire aussi : Les insectes sont indispensables dans les écosystèmes : il est urgent de les sauver !

L’hypocrisie politique

« À la veille du Congrès de l’UICN sur la biodiversité à Marseille… on saccage le vivant à tour de pelleteuses » déplore Extinction Rebellion France.

Le calendrier de l’expulsion est ainsi étonnamment choisi par les autorités et relève d’une certaine hypocrisie entre les beaux discours promus lors de congrès internationaux et les actes sur le territoire francophone. Un constat dénoncé par de nombreux habitants de la Ville et soutiens des Jardins.

« A Aubervilliers, on fait partie des plus menacés par le réchauffement climatique tellement c’est pauvre et bétonné. Donc à un moment, les discours ça ne va plus, ça ne suffit plus. Et là, le gouvernement ne fait qu’entériner son hypocrisie constante depuis le début de son quinquennat. Quand on voit ce qu’il s’est passé au Canada avec le village de Lytton qui a entièrement brûlé, qu’est-ce qu’on attend ? Ici, en France, j’ai déjà dû aller aux urgences deux fois pour déshydratation à cause de la chaleur : une fois pour ma fille dans un bus, et une autre fois pour moi en période de forte chaleur estivale alors que j’étais enceinte. Il y a un enjeu de santé publique majeur, je n’ai pas envie d’attendre de crever à cause du béton. Et je suis d’autant plus en colère car cette semaine je suis allée dans Paris, où malgré le béton il y a des arbres et des squares verdoyants… Paris à côté d’Aubervilliers, c’est vert ! Là, on est en train de créer une société à deux vitesses avec des gens qui s’enrichissent et détruisent de façon éhontée la biodiversité et les communs d’un côté, et de l’autre des pauvres qui ne font que trimer et ne disposent même plus d’espaces verts pour se ressourcer ! » dénonce une maman auprès de La Relève et La Peste

Lire aussi : JO 2024 : les jardiniers d’Aubervilliers se battent pour sauver leurs terres du béton

De fait, les JO ne vont durer que 15 jours, temps d’utilisation de ce solarium, là où des piscines municipales pour apprendre aux enfants à nager ou des investissements dans les écoles et les infrastructures publiques auraient été bien plus utiles aux habitants.

Conséquence néfaste d’une logique politique court-termiste basée sur la quête du prestige d’une compétition internationale, et de son flux de partenariats financiers, plutôt que d’une vision à long-terme préservant les communs et gardant en tête l’objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Objectif indispensable pour la pérennité des conditions de Vie sur Terre telles que nous les connaissons actuellement.

Lire aussi : « Sportwashing » : les sponsors des sportifs sont les principaux responsables de la crise écologique

Le déni de démocratie est ressenti d’autant plus fortement par les défenseurs des jardins qu’un recours contre le permis de construire avait été déposé par le collectif début août et est toujours en train d’être étudié. Les pelleteuses ont donc pris les devants, avant d’obtenir une réponse.

Pour autant, le collectif de Défense des Jardins d’Aubervilliers est bien décidé à ne rien lâcher et va déposer un référé de suspension des travaux. Il appelle à un rassemblement de soutien devant la Mairie ce soir à 18h. Car le combat est loin d’être fini : un projet de station de métro menace de bétonner d’autres parcelles. Malgré les pelleteuses actuelles, c’est donc tout un monde qu’il reste à sauver, aux Jardins d’Aubervilliers.

Plus d’infos ici : http://www.jardinsaubervilliers.fr/

2 septembre 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^