Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

Historique : BNP Paribas est mis en demeure pour ses financements aux projets d’énergie fossile

Avec 55 milliards de dollars de financements accordés entre 2016 et 2021 aux pétroliers, écrivent les requérants, le groupe français serait ainsi « le premier financeur européen et le cinquième mondial de développement des énergies fossiles ».
27 octobre 2022 - Augustin Langlade
Forêts est le seul livre en France à faire un tour d’horizon aussi complet sur notre monde végétal. Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation… bien d’autres sujets vous attendent pour vous émerveiller et vous donner une dose d’inspiration positive.

- Thème : Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation, santé…
- Format : 300 pages
- Impression : France

Commander

À quelques jours de l’ouverture de la COP27, en Égypte, trois ONG ont mis en demeure le groupe BNP Paribas de cesser de financer l’industrie des énergies fossiles. D’ici trois mois, le géant bancaire français pourrait faire l’objet d’« une action en justice inédite ».

Après l’État français condamné pour « inaction climatique », Casino puis Total Énergies, c’est au tour de BNP Paribas d’entrer dans le viseur des organisations non gouvernementales Notre Affaire à Tous, Oxfam France et les Amis de la Terre, connues pour leurs engagements juridiques en faveur du climat.

Mercredi 26 octobre, le premier groupe bancaire français a été mis formellement en demeure de cesser tout soutien financier à de nouveaux projets pétroliers et gaziers, ont annoncé les ONG.

Il dispose de trois mois pour rendre ses activités conformes aux objectifs des accords de Paris, délai passé lequel les trois requérantes saisiront le tribunal judiciaire de Paris et tenteront d’engager « le premier contentieux climatique au monde à mettre une banque commerciale face à ses obligations légales ».

Lire aussi : « Victoire historique : l’État français est condamné pour inaction climatique dans l’Affaire du Siècle »

Les requérants invoquent la « loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères ». Adopté en 2017, ce texte unique au monde impose aux plus grandes entreprises françaises d’identifier et de prévenir toutes les atteintes à la sécurité, aux droits de l’homme ou à l’environnement qui pourraient résulter de leurs activités, de celles de leurs filiales ou de leurs financements.

Notre Affaire à Tous, Oxfam et Les Amis de la Terre accusent le groupe BNP Paribas de contrevenir à son devoir de vigilance en finançant des entreprises extractivistes par le biais de participations à leur capital, de prêts, ou d’investissements dans des projets proposés sur les marchés financiers.

Crédit : Laurent Grassin
Lire aussi : « Quatre ans après l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance, 27 multinationales françaises ne s’y conforment toujours pas »

Selon le rapport « Banking on Climate Chaos », publié cette année par plusieurs ONG, et qui fait autorité, BNP Paribas figurerait sur tous les podiums des atteintes au climat.

Avec 55 milliards de dollars de financements accordés entre 2016 et 2021 aux pétroliers, écrivent les requérants, le groupe français serait ainsi « le premier financeur européen et le cinquième mondial de développement des énergies fossiles ».

Investissant dans la destruction des écosystèmes sensibles, BNP Paribas se hisserait aussi à la place de « premier financeur du monde de l’exploitation pétro-gazière en Arctique et en mer », ainsi qu’à celle de « premier financeur mondial de huit géants européens et américains du pétrole et du gaz » : Total, Chevron, ExxonMobil, Shell, BP, ENI, Repsol, Equinor.

À eux seuls, ces huit majors seraient responsables de « plus de 200 nouveaux projets d’énergies fossiles » qui pourraient entraîner « l’émission de 8,6 gigatonnes de CO2 supplémentaires » dans les décennies à venir, soit l’équivalent de 77 centrales à charbon sur toute leur durée de vie. En d’autres termes, des bombes climatiques.

Lire aussi : « 425 bombes climatiques » menacent l’espoir de garder un futur vivable pour l’humanité

De tels investissements rendent le bilan carbone de BNP Paribas dramatique : en 2020, l’empreinte de la banque sur le climat était évaluée, par Oxfam, à 749 millions de tonnes équivalent CO2, soit un montant plus important que les émissions territoriales de la France.

Les autres banques ne sont pas en reste : la Société générale et le Crédit agricole figurent également parmi les vingt plus gros financeurs des énergies fossiles dans le monde. Mais les ONG requérantes estiment que BNP Paribas, en tant que chef de file, constitue le premier groupe à attaquer pour faire changer les autres.

Lire aussi : « Le Parlement européen veut forcer les entreprises à respecter les droits de l’homme et l’environnement »

Depuis les accords de Paris, le secteur bancaire mondial a accordé pas de moins de 4 584 milliards de dollars au pétrole, au charbon et au gaz. Ces investissements délétères font de lui un responsable direct de la catastrophe climatique actuelle, mais également un levier crucial dans la lutte contre le réchauffement.

« Chaque nouveau projet fossile financé par BNP Paribas, commente Alexandre Poidatz, chargé de plaidoyer à Oxfam, c’est davantage de sécheresses, d’inondations, de feux de forêt, mais aussi de hausse de prix de l’énergie, y compris pour les citoyens en France. Ce qui s’ouvre c’est le procès d’un monde qui change, afin que la finance d’aujourd’hui façonne le monde durable de demain. »

La première pierre de ce procès a été posée le 26 octobre. Rendez-vous dans trois mois.

27 octobre 2022 - Augustin Langlade
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Forêts Notre nouveau livre «Forêts » est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Ces géants immobiles, nichés entre ciel et terre, sont apparus il y a plus de 400 millions d’années. Ils ont été les premiers à peupler notre planète. Ils ont traversé les âges, les tempêtes, un climat aussi varié que puissant, mais ils ne résisteront peut-être pas au passage de l’être humain, qui est en train d’anéantir les écosystèmes les plus riches de la terre. Ingénieur forestier, botaniste, mycologue, philosophe, journaliste, photographe, cultivateur : des plumes scientifiques et poétiques se sont unies pour vous proposer un tour d’horizon le plus complet possible sur notre monde végétal. Des sujets variés pour comprendre nos plus fidèles alliés, savoir comment les protéger et créer, peut-être, un sursaut collectif en devenant des gardiens de la forêt.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^