Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Parkinson, cancer, démence… l’INSERM confirme le lien entre pesticides et maladies

Le rapport établit un lien de présomption faible entre exposition des riverains aux terres agricoles et la maladie de Parkinson, ainsi que la proximité résidentielle à des zones d’épandages de pesticides et le « comportement évocateur des troubles du spectre autistique ».
2 juillet 2021 - Maïté Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale a publié une nouvelle synthèse qui vient actualiser les données du rapport d’expertise réalisé en 2013 sur le même sujet : les effets des pesticides sur la santé. Les conclusions sont formelles : les relations entre expositions aux pesticides et maladies chroniques identifiées dans le rapport de 2013 sont confirmées ou renforcées pour les adultes (hémopathies, Parkinson, cancers de la prostate, myélome multiple, les troubles cognitifs, la santé respiratoire) et pour les enfants (leucémies, tumeurs du système nerveux central).

Plus de 5300 documents scientifiques internationaux ont été rassemblés et analysés par des experts, couvrant la période de 2012 à 2020. Une vingtaine de pathologies ont été abordées.

Les résultats des études épidémiologiques ont été évalués et la présomption d’un lien avec une pathologie est qualifiée de forte, moyenne ou faible. Les données toxicologiques mettent ces résultats en perspective afin de déterminer si des substances précises sont en lien avec les pathologies.

Les données renforcent globalement les conclusions déjà émises dans le rapport de 2013. La présomption forte de lien entre pesticides et pathologies ne s’établit plus désormais à propos de quatre mais plutôt de six pathologies : trois types de cancers (prostate, lymphomes non hodgkiniens, myélomes multiples), la maladie de Parkinson, les troubles cognitifs et une maladie respiratoire chronique et évolutive, la BPCO.

Les troubles cognitifs (altération des fonctions cérébrales telles que la mémoire ou le raisonnement, pouvant évoluer vers la démence) ainsi que la BPCO sont désormais déclarés comme étant en lien avec présomption forte.

Dans le cadre des expositions professionnelles et notamment des agriculteurs, le lien de présomption forte est établi entre le Lymphome Non Hodgkiniens (LNH) et des familles de pesticides (organophosphorés) ou des substances actives (malathion, diazinon, lindane, DDT…).

Les organophosphorés sont aujourd’hui envisagés comme étant un facteur fortement aggravant des troubles cognitifs. Enfin, les insecticides organochlorés sont en forte présomption de lien avec la maladie de Parkinson.

En ce qui concerne les enfants de femmes exposées professionnellement ou dans le cadre d’un usage domestique pendant la grossesse, le lien de présomption forte est mis en évidence pour certains cancers comme les leucémies aiguës ou les tumeurs du système nerveux central.

La présomption forte est également établie pour les troubles du développement neuropsychologique et moteur de l’enfant lorsque la mère est exposée professionnellement ou environnementalement pendant sa grossesse (notamment par les insecticides organophosphorés et les pyréthrinoïdes).

Lire aussi : Des chercheurs français démontrent que certains cocktails de pesticides sont un risque de cancer du sein

Pour le reste de la population, les expositions sur le long terme sont difficiles à objectiver. Cependant, le rapport établit un lien de présomption faible entre exposition des riverains aux terres agricoles et la maladie de Parkinson, ainsi que la proximité résidentielle à des zones d’épandages de pesticides et le « comportement évocateur des troubles du spectre autistique ».

L’expertise sur la chlordécone confirme un rapport déjà établi : il y a une présomption forte entre une exposition à cet insecticide par la population générale et un risque de survenue de cancer de la prostate.

Lire aussi : Chlordécone : des milliers de manifestants exigent un procès pour obtenir justice et vérité

Il est conclu sur le glyphosate qu’il existe un risque accru de lymphome non hodgkinien avec une présomption moyenne lors d’une exposition professionnelle. Ce bilan ne va pas à l’encontre des données du Centre de recherche pour le Cancer (CIRC) qui a classé le glyphosate comme cancérigène probable.

Le dernier rapport présentait déjà des estimations fortes sur le lien entre pesticides et la maladie de Parkinson ou le LNH, estimations aujourd’hui renforcées par cette nouvelle expertise.

Lire aussi : Le Canada reconnaît le lien entre les pesticides et la maladie de Parkinson

François Veillerette, porte-parole de l’association environnementale Générations Futures commente :

« Il est plus que temps pour le gouvernement d’agir vraiment pour une réduction forte de l’usage des pesticides, ce qu’il a échoué à faire jusqu’à présent, faute d’une réelle volonté politique. Il faut également accélérer le retrait des substances les plus dangereuses en priorité et à cet égard la confirmation par cette expertise de la dangerosité du glyphosate déjà soulignée par le CIRC commande au gouvernement français de soutenir enfin une ligne de sortie du glyphosate en France et en Europe dans l’optique du réexamen communautaire de la substance en 2022, comme vient de le faire l’Allemagne. »

Même constat pour l’INSERM qui déclare que ces résultats doivent « inciter à une meilleure prise en compte de ces enjeux par les autorités. » L’établissement public lance aussi l’alerte sur les effets indirects de certains pesticides sur la santé humaine par le biais des effets sur les écosystèmes « qui mériteraient d’être d’avantage pris en considération par les chercheurs et les décideurs. »

2 juillet 2021 - Maïté Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^