L’esclavage moderne par la dette

À l'époque, l'esclavage se réduisait à des chaînes en métal, aujourd'hui l'esclavage est invisible mais bien présent.
28 mai 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter

Ça vient d’où la dette ?

C’est tout sauf une invention moderne ! Depuis les Sumériens les citoyens s’endettaient auprès des gouvernants ou des créanciers quand ils ne disposaient pas de ressources suffisantes (dû à une mauvaise récolte par exemple).

Pour les Babyloniens, la dette était même leur moyen de paiement. Ils n’avaient pas de monnaie et pour ne pas s’encombrer avec leur bétail pour faire du troc, ils notaient ce que l’autre devait lui amener quand ils auraient le temps et les ressources suffisantes.

A ce moment-là, la dette était d’abord et surtout une relation de confiance entre deux personnes et qui permettait de créer du lien social. D’ailleurs, c’était même l’expression utilisée dans le « Notre père » au début : ils ne disaient pas « Pardonne-nous nos offenses… » mais « Annule-nous nos dettes…»

Quand on a commencé à vouloir en faire une activité économique et qu’on a voulu vendre de l’argent comme on vend une marchandise, c’est devenu un peu moins sympathique. Il y avait donc les riches créanciers, comme la famille Médicis par exemple, qui prêtaient de l’argent aux citoyens, aux États ou aux entreprises, qui en contrepartie s’engageaient à rendre la somme et un petit plus pour remercier le généreux donateur. Cela a poussé les débiteurs (ceux qui contractent une dette) à faire tout et n’importe quoi pour ne plus être inquiété par la dette.

Crédit Photo : Vitaly Taranov

La monnaie papier

Pour expliquer l’apparition de la monnaie papier, l’histoire la plus parlante est celle des négociants de Londres et de Stockholm qui au XVIe siècle transportaient les marchandises sur les océans aux quatre coins du monde.

Beaucoup de transactions se réglaient en or ou en argent, monnaies marchandises acceptées dans de nombreuses contrées. Il était risqué de posséder et transporter ces métaux précieux : on pouvait se les faire dérober. Les marchands commencèrent à confier la garde de leurs métaux précieux aux orfèvres, les négociants en métaux précieux.

En échange, les orfèvres leur donnaient un reçu, un certificat de dépôt nominatif, qui permettait à son bénéficiaire de récupérer à tout moment son métal précieux. À cette époque, les paiements pouvaient se faire à l’aide de lettres de change — sorte d’ordre de transfert de propriété ou de change entre monnaies. Lors des retraits des métaux précieux, les orfèvres en gardaient une fraction pour service de stockage rendu. Les boutiques des orfèvres devinrent des coffres-forts bien gardés.

Puis les certificats de dépôt devinrent non nominatifs. Il y était simplement inscrit le poids de métaux précieux qu’ils représentaient. Ces certificats étaient des reconnaissances de dette en métaux précieux dites « au porteur » de l’orfèvre envers le détenteur du billet. Les marchands se mirent à se payer non pas en métaux précieux, mais avec ces certificats. La monnaie papier était née.

La naissance de la banque

Les orfèvres constataient que les marchands laissaient l’essentiel de leurs métaux précieux dans leurs coffres. Ils eurent donc l’idée de prêter ces métaux précieux à d’autres marchands pour développer leur commerce. Plutôt que de prêter les métaux précieux entreposés dans leurs coffres, les orfèvres émirent des certificats papier. Quand les marchands remboursaient leur dette, ils rendaient les certificats et versaient un intérêt aux orfèvres en métal précieux. Les orfèvres se mirent à imprimer bien plus de certificats qu’il n’y avait de métaux précieux disponibles dans leurs coffres. Cette pratique leur permit de s’enrichir en multipliant les intérêts perçus. Quand les certificats étaient rendus aux orfèvres ils étaient détruits. Tant que tous les emprunteurs et déposants ne venaient pas tous au même moment demander l’échange de leurs certificats contre l’équivalent en métaux précieux, leur petit tour de magie leur permettant de s’enrichir restait secret.

Par exemple, pendant la colonisation de l’Amérique, les navigateurs empruntaient des sommes conséquentes pour financer leurs expéditions (à taux élevés parce que les créanciers ne savaient pas s’ils allaient revenir vu les risques que représentait la traversée) ainsi, une fois sur place ils détruisaient, et dévalisaient tout et tout le monde pour arriver à tirer ne serait-ce qu’un petit bénéfice personnel. Il fallait à tout prix rentabiliser le voyage pour rembourser le créancier, financer l’équipage… donc ils exploitaient un maximum de ressources, et asservissaient les populations autochtones pour gagner le plus possible.

En plus de ça, il y a une longue tradition qui a parcouru les siècles et les époques qui est que les insurrections populaires ont généralement commencé par un grand feu de joie avec toutes leurs dettes (c’est ce qu’ont fait les Russes après la révolution de 1917, et les révolutionnaires français aussi). La dette a donc un véritable enjeu politique : on se révolte contre ceux qui détiennent nos dettes.

En fait la dette, même si elle est quelque part nécessaire pour tout le monde, c’est aussi et surtout un instrument de pouvoir. Dans son article L’Esclave, la dette et le pouvoir Alain Testart montre qu’il y a un continuum entre esclavage, dette et pouvoir .

« L’endettement est une forme d’esclavage parce qu’on est lié personnellement à une institution. »

Et historiquement, les gens qui ne payaient pas leurs dettes pouvaient être mutilés, aujourd’hui on peut aller en prison pour ça.

Il y a donc une relation de pouvoir entre le créancier et le débiteur mais aussi entre l’État souverain et les créanciers, parce que les grands créanciers se retrouvent avec un pouvoir immense sur les citoyens.

Pendant longtemps, les États régulaient ce marché des dettes privées mais aujourd’hui on est passé dans le paradigme de l’autorégulation des marchés, ce qui a pu mener à des véritables désastres et notamment la crise des Subprimes.

Cette crise mondiale est due au phénomène de tritrisation : les créances sont vendues sur le marché financier mondial, ce qui fait que quand les Américains qui avaient un emprunt « subprime » n’ont pas pu le rembourser, c’est toutes les banques qui avaient acheté des créances qui sont tombées. Mais pour éviter que ce soit l’intégralité du marché financier qui s’écroule, les pays se sont endettés pour sauver les banques ; les États se sont endettés pour désendetter les banques.

Crédit Photo : Sharon McCutcheon

La dette publique, c’est quoi ?

La dette publique c’est le stock d’argent qu’emprunte l’ensemble des administrations publiques (État + Sécurité sociale + administrations locales) pour rembourser le déficit public (si le revenu national ne suffit pas) et pour investir.

Comment ça marche ?

De façon schématique, jusque dans les années 70 on empruntait surtout auprès des Banques centrales (la Banque de France par exemple) qui étaient des banques nationales donc détenues par les pays concernés : entre les années 60 et 70 la Banque de France était obligée de prêter gratuitement à la France jusqu’au seuil de 13 milliards d’euros, après quoi l’État devait payer à un taux d’intérêt très faible de 2 % ou 3 % mais encore une fois, il y avait une limite fixée à 12 milliards de plus environ, et si ça ne suffisait toujours pas pour combler le déficit de l’État, on empruntait aux banques commerciales.

Mais en 1973 est signée la loi dite « Pompidou-Giscard ». Avec celle-ci, on interdit aux banques centrales de prêter directement aux États (en France d’abord, mais aujourd’hui presque tous les États sont dans ce modèle).

Pourquoi ? Pour éviter les dérives de l’État – qui était complètement maître de sa politique économique – et assurer la concurrence libre du marché. Ainsi, on retire cette souveraineté aux États, et on les oblige à passer par les banques privées. On arrive au paradoxe qu’on avait déjà soulevé pour la crise des subprimes :

L’État s’endette pour sauver des banques qui ont trop joué avec le feu, et ces mêmes banques nous demandent de rembourser nos dettes et appliquent des taux d’intérêt plus élevés parce qu’on est plus endettés. Le plus dramatique c’est que cette loi a été votée grâce à un jeu de lobbying : elle a été votée sous Pompidou (qui sortait de Rothschild) et a été proposée par Giscard…

Crédit Photo : Matthew Henry

Toutefois, cette loi n’interdisait pas totalement l’emprunt auprès de la Banque de France, c’est avec le traité de Maastricht que ça a été complétement interdit. Le problème n’est pas tant cette loi en soi mais le fait que les États n’aient aucun moyen d’action pour réguler les marchés, et notamment à cause de l’Europe.

En 1991, le Traité de Maastricht interdit le financement des États auprès de la Banque centrale mais aussi auprès des banques commerciales. Sauf que ça ne change pas grand-chose puisque pour emprunter, l’État est désormais obligé d’acheter des obligations sur les marchés financiers qui sont détenues par les banques commerciales.

C’est à ce moment là qu’est créée la BCE (Banque Centrale Européenne) qui va signer en 1997 le Pacte de Stabilité et de Croissance qui fixe des règles budgétaires aux États et notamment : ne pas dépasser un déficit public de 3 % du PIB et une dette publique de 60 %. Comme ça, arbitrairement. En 2015, en France on était à 96,2 %, en Italie 132,3 %, en Allemagne 71,2 % ! Mais ces objectifs servent avant tout à nous forcer à tout faire pour se désendetter.

Les Banques centrales ont donc arrêté de prêter l’argent de leurs propres stocks aux États et les États ont dû émettre des obligations sur le marché financier, et ensuite ces obligations sont vendues aux enchères.

Les banques commerciales, françaises ou étrangères peuvent acheter des obligations, c’est-à-dire détenir une partie de la dette, en pariant sur le fait qu’elle sera remboursée.

Ainsi, tout est fait pour que l’État rembourse sa dette même si c’est au détriment des intérêts de la population (les politiques d’austérité en sont le meilleur exemple). C’est comme ça qu’à la valeur de l’emprunt est venue se rajouter le taux d’intérêt, fixé ou négocié par les banques et destiné à rémunérer les banques. Concrètement, cela signifie que notre dette publique, qui représentait 96 % de notre PIB fin 2016 en France soit 2 147,2 milliards d’euros environ et qui gonfle d’année en année, ce n’est en très grande majorité que l’accumulation des intérêts qu’on doit aux banques. Mais bon, il reste toujours environ 19 % de notre dette qui est détenue par des assurances françaises et 10 % par des établissements de crédit français.

Pourquoi on a besoin des dettes ?

La dette n’est pas foncièrement une mauvaise chose. En fait, si on n’était pas endettés, dans le système dans lequel on vit, on serait dans une situation problématique. Parce que du moment que notre population augmente et notre activité aussi, on a besoin de créer de la monnaie ; et pour créer de la monnaie on a besoin d’emprunter auprès des banques (responsables de 90 % de la création monétaire, le reste revenant aux Etats ou aux banques centrales).

Tout notre système monétaire repose sur la dette : quand on fait un emprunt, la banque fait de la création monétaire « ex nihilo », c’est-à-dire qu’elle note juste un chiffre sur notre compte – qui n’a aucune valeur en soi puisque l’argent n’existe pas encore – en pariant sur le fait que cet argent « virtuel » sera détruit par le remboursement.

Leurs taux d’intérêts ça leur sert à spéculer sur les marchés financiers (où plus c’est risqué plus ça rapporte gros), et à financer les millionnaires qui travaillent dans la banque.

Comment peut-on diminuer la dette ?

Il y a eu deux types de réponses majoritaires qui ont évolué entre avant et après les années 1970 pour répondre au problème de la dette : avant les années 1970 on était plutôt dans les politiques de relance keynésiennes qui cherchent à relancer l’emploi en augmentant les dépenses publiques (en faisant des grands travaux par exemple).

Le problème étant que, dans le monde globalisé, les pays industrialisés ont plus augmenté leurs importations que leur production nationale d’où des phénomènes d’inflation (soit perte du pouvoir d’achat de la monnaie et donc augmentation des prix).

Après les années 1970 on est passé à des politiques de lutte contre l’inflation où on cherchait à favoriser les entreprises en stimulant leurs profits pour augmenter la compétitivité. Mais ces politiques ont systématiquement mené à une hausse des taux d’intérêt.

Est-ce qu’on a besoin de rembourser la dette ?

On dit souvent qu’il faut rembourser la dette pour ne pas laisser de dette à nos enfants, mais c’est faux ! Quand on fait le calcul avec la prise en compte de nos richesses de patrimoine, on se rend compte qu’on a un surplus, c’est-à-dire qu’on a plus de richesses que ce qu’on doit aux banques.

« De notre point de vue, s’il est crucial de réduire l’endettement public, c’est en raison de ses effets redistributifs des pauvres vers les riches. »

En effet, une part des impôts prélevés sur l’ensemble des contribuables servent en partie à payer la charge de la dette (39 milliards d’euros en 2009), alors qu’ils auraient pu être affectés à d’autres usages tels que la santé ou l’éducation, tandis que ces intérêts sont versés en partie aux contribuables rentiers qui détiennent 35 % de la dette publique.

« Les finances publiques servent donc d’intermédiaire à un transfert de revenu vers les ménages les plus aisés. »

Ce que montre cet article du Monde c’est que plus on est endetté, plus on doit de l’argent aux grands rentiers, et quand on applique des politiques d’austérité on ne fait que faire passer le petit pécule des citoyens dans les mains de ces grands contribuables qui sont déjà blindés. D’autant plus que l’augmentation de la dette n’est pas due à une augmentation des dépenses publiques, au contraire celles-ci restent assez stables (autour de 50 % du PIB depuis 1985), ce qui augmente ce sont les taux d’intérêt fixés par les banques !

Donc oui, il faut essayer de rembourser le plus possible la dette pour arrêter le cercle vicieux de « tu t’endettes, tu payes plus, donc tu te réendettes parce que tu n’as pas assez », en tout cas dans notre système actuel. Mais on ne remboursera jamais totalement la dette, à cause de ce même cercle vicieux. Une des solutions proposées par certains (Mélenchon notamment) serait que la BCE rachète la dette, pour court-circuiter les marchés financiers au moins en partie.

Pourquoi les pays ultra-endettés restent endettés ?

Le FMI c’est l’instance de surveillance et d’harmonisation des politiques économiques des 189 États membres. En effet, c’est le FMI qui dicte les règles du jeu aux États. Mais le FMI ne gère pas tout, il y aussi les agences de notation (tel que Standard et Poor’s ou Moody’s) qui donnent des bons points aux pays qui vont bien, et des mauvais points aux pays qui sont déjà dans le rouge.

C’est le fameux sigle « AAA », qui est en fait un indicateur pour les marchés financiers, qui font baisser les taux d’intérêt dans les pays qui sont en croissance économique et les augmenter pour les pays en récession. Par exemple, pendant la crise grecque les taux d’intérêt des créanciers étaient entre 7 % et 18 % selon la durée pour rembourser, alors qu’en Allemagne au même moment était proche de 0 % !

Pour les rentiers, il est plus sûr de mettre des taux d’intérêt bas à un pays dont on sait qu’il est en mesure de rembourser (il y a moins de risque), alors qu’un pays comme la Grèce on sait qu’ils vont avoir des difficultés pour rembourser et qu’il y a même un risque qu’ils ne remboursent pas du tout.

Crédit Photo : Jimi Filipovski

Grèce VS Argentine

On en a assez peu entendu parler (de façon surprenante) mais en 2001 l’Argentine était dans une situation comparable à celle actuellement en Grèce (surendettés avec des taux de chômage, de pauvreté, de mortalité très élevés, les gens se précipitaient pour aller retirer leur argent, il y avait des émeutes, du vandalisme, ils ont même changé cinq fois de président en quelques jours !).

Ainsi, le FMI leur a accordé généreusement un prêt mais à condition qu’ils ne s’en servent pas pour aider directement les populations dans le besoin. Non, eux, ils voulaient sauver les banques avant de sauver les gens. Ça veut dire qu’ils ont fait lancer sept plans d’austérité qui ont été un désastre pour l’Argentine.

En 2002, le PIB argentin dégringole de 10,9 %. 57 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et le taux de chômage dépasse les 20 %. En un an, la dette publique passe de 63 % à 135 % du PIB. On voit apparaître dans les rues des « piqueteros », des pauvres et des chômeurs qui coupent les routes pour exiger du travail et du pain. Les Argentins doivent renoncer aux produits américains dont ils raffolaient en raison du coût exorbitant des biens importés. 

Roberto Lavagna, ministre de l’Economie, décide de s’imposer face à Horst Köhler, qui était alors directeur général du FMI. L’Argentine a décidé fin 2001 / début 2002 de « sortir de la crise en dehors des chemins tracés par le FMI ». En faisant défaut sur sa dette et en se coupant de tout financement sur les marchés internationaux depuis 10 ans, l’Argentine a certes souffert en 2001 et 2002, mais affiche depuis un taux de croissance impressionnant, en moyenne de 7,5% par an depuis 2003. Grâce à cela, le pays a réussi à remonter la pente. En 2002, l’Argentine était endettée à 137,2 % de son PIB, en 2015 à 52,14 % !

Alors pourquoi on ne fait pas la même chose en Grèce ?

La Grèce est tenue par l’Europe et les règles de la BCE : comme pour le FMI la BCE a prêté de l’argent à la Grèce mais sous conditions qu’elle suive ses recommandations en matière de politique économique. Ainsi, on impose l’austérité mais ça ne marche pas parce qu’évidemment quand tu coupes dans les dépenses publiques qui sont destinées aux populations (salaires, postes dans la fonction publique…) tu ne risques pas de relancer la consommation et donc l’économie du pays.

La grosse différence avec l’Argentine, c’est que la Grèce n’a pas beaucoup de ressources naturelles (par exemple le soja, qui représente ¼ des exportations de l’Argentine a vu ses prix décoller, + 150 %, entre 2003 et 2011. La Grèce quant à elle a vraiment besoin des importations, c’est pour ça qu’une relance keynésienne ne serait sans doute pas une solution miracle, puisque cela augmenterait d’avantage les importations que les productions nationales.

Pour récapituler :

  • On a besoin de la dette parce qu’on a besoin de créer de la monnaie pour que l’activité économique se développe à mesure que la population augmente
  • Le problème c’est qu’on a arrêté d’emprunter auprès des banques centrales (à des taux proches de 0) pour emprunter auprès des banques privées à des taux variables.
  • Les taux des emprunts sont négociés sur le marché financier international en fonction des notes déterminées par les agences de notation. Le montant de notre dette est donc complétement déterminé par le marché financier.
  • Pour rembourser cette dette et atteindre les critères fixés par l’Europe, on applique des politiques d’austérité qui sont injustes pour les populations.
  • Aujourd’hui on est même endetté auprès de la Terre, alors autant se désendetter à tous les niveaux !

Voici ce que donne notre enquête en vidéo ! 

28 mai 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
L’esclavage moderne par la dette
FacebookTwitter
Graine - Numéro 2 Tous les auteurs de « Graine » sont des acteurs du changement. De Pierre Rabhi à Hubert Reeves, ou encore Joël de Rosnay et Stéphanie Gibaud, ils nous font part de leurs expériences hors normes et de leurs visions de la société. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^