Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Des militants anti-bassines ont été arrêtés chez eux, puis relâchés : « une tentative d’intimidation indigne »

« Cette arrestation de militants, menottés et à l'aube est une véritable mise en scène visant à intimider à nouveau l'ensemble du mouvement anti-bassines. »
27 octobre 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Stupeur au sein du collectif « Bassines Non Merci ». Tôt ce matin, deux de leurs membres, dont le porte-parole Julien Le Guet, ainsi qu’un membre de la Confédération Paysanne, ont été arrêtés chez eux puis placés en garde à vue. Leur tort : être entrés de façon illégale sur un chantier lors de leur action du 22 septembre pour dénoncer le « hold-up sur l’eau », au profit de l’agriculture industrielle, des 16 bassines d’eau géantes prévues dans les Deux-Sèvres. Leurs soutiens dénoncent une « tentative d’intimidation indigne » et appellent à une manifestation solidaire le 6 novembre.

Ce mercredi 27 octobre à 8h15, Julien Le Guet et Thomas X, militants du collectif Bassines Non Merci ont été arrêtés chez eux puis mis en garde-à-vue à la gendarmerie de Coulonges-sur-l’Autize. Leurs résidences ont également été perquisitionnés par les forces de l’ordre.

Comme l’a confirmé le parquet de Niort au journal Ouestfrance, ces deux arrestations font suite avec la manifestation du 22 septembre. Plus de 100 opposants avaient investit le chantier en cours de la première retenue à Mauzé-sur-le-Mignon pour arrêter temporairement les machines à l’arrêt sous la surveillance de gendarmes et des gardes mobiles.

Lire aussi : Guerre de l’eau : plus de 1000 opposants durcissent le ton face aux méga-bassines des Deux-Sèvres

Engagé depuis cinq ans et demi contre la construction des seize réserves de substitution sur le bassin de la Sèvre niortaise et du Mignon, le porte-parole du collectif Julien Le Guet a été interpellé pour « provocation publique et directe non suivie d’effet à commettre un délit ». La justice lui reproche d’avoir tenu les propos suivants : « Une bassine construite, trois détruites » lors de la manifestation.

Julien Le Guet lors de l’action du 22 septembre – Crédit : Bassines Non Merci

Sa garde à vue s’est terminée peu après 14 h. Celle de Thomas, 30 ans, l’autre membre du collectif « Bassines non merci ! » lui aussi arrêté, s’est achevée vers 16 h 30. Selon son avocat, maître Ambroise Garlopeau, il aurait reconnu les faits reprochés, à savoir l’introduction de son de blé dans le réservoir d’une pelleteuse. Il devrait être prochainement convoqué devant le tribunal correctionnel de Niort.

A l’heure où nous écrivions ces lignes, la garde-à-vue du membre de la Confédération paysanne était toujours en cours. Pour leurs soutiens :

« Cette arrestation de militants, menottés et à l’aube est une véritable mise en scène visant à intimider à nouveau l’ensemble du mouvement anti-bassines. Une convocation aurait en effet suffi, le collectif Bassines Non Merci ayant désormais l’habitude de répondre aux convocations de la gendarmerie. Cette mise en scène indigne ne fait que confirmer le soutien du gouvernement à ces projets d’accaparement de l’eau par l’agro-industrie, qu’il appuie déjà financièrement. Ces méga-bassines privatisent la ressource en eau, au profit de quelque uns et d’un modèle agricole simplifié, industriel et destructeur. »

Les Soulèvements de la Terre, la Confédération paysanne et Bassines Non Merci expriment leur solidarité sans faille et renouvellent leur appel à mobilisation nationale contre les méga-bassines le 6 novembre prochain à Mauzé-sur-le-Mignon en pleine COP 26.

« Nous ne nous laisserons pas intimider. Ce coup de pression ne fait que renforcer notre détermination à stopper ces projets absurdes et mortifères et à nous battre pour une préservation et un partage de la ressource en eau. Nous serons encore plus nombreux.ses le 6 novembre prochain pour répondre à cette attaque et marquer notre solidarité. No bassaran ! » concluent-ils d’un ton déterminé

27 octobre 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Guide pour faire échouer des projets contre-(la)-nature Ce nouveau guide de résistance vous explique toutes les techniques pour faire échouer des grands projets écocidaires. Autoroutes, supermarchés, entrepôts Amazon, vagues artificielles à quelques kilomètres de l’océan : alors que le réchauffement climatique arrive, il est primordial de protéger le peu de nature qu’il nous reste. Se basant sur son expérience et ses années de militantisme, François Verdet a regroupé étape par étape toutes les techniques nécessaires pour faire échouer des projets contre la nature.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^