Un milliard de résistants au capitalisme mondial : les paysans

Le 17 avril 2020 – Journée internationale des luttes paysanne – La Via Campesina gardera la mémoire du massacre #EldoradoDosCarajás au Brésil et de notre lutte continue contre l’impunité des entreprises et des États. La crise COVID-19 nous montre que le moment est venu d’exiger des réformes structurelles des systèmes agroalimentaires au niveau mondial.
17 avril 2020 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre nouvelle bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 130 pages
- Impression : France

Commander

Aujourd’hui, le 17 avril 2020, des millions de producteurs alimentaires dans le monde entier – parmi lesquels des paysan·ne·s, des petits et moyens exploitants agricoles, des indigènes, des travailleur·se·s migrant·e·s, des ouvrier·e:s agricoles, des éleveurs, des pêcheurs – commémorent la Journée internationale des luttes paysannes. La Via Campesina marque cette journée en publiant une version illustrée de la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP). Nous avons choisi de relayer leur tribune ici.

Cette terre, cette eau, cette forêt – c’est nous !

La société humaine moderne est confrontée à une crise extraordinaire. C’est une crise de civilisation qui s’aggrave depuis des centaines d’années. Au coeur de cette crise se trouvent quelques “personnes” qui possèdent et contrôlent aujourd’hui plus de la moitié des richesses mondiales. Ils exploitent la nature et l’humanité pour le profit, en toute impunité. Les conséquences de leurs actes sont flagrantes.

Au moment de la rédaction de cette note, la majorité des habitants de la planète vivent sous les verrous. COVID-19 et son impact remplissent toutes les conversations publiques et privées partout dans le monde. Alors que les gouvernements s’efforcent d’arrêter la propagation du virus et de sauver leurs citoyens, les retombées économiques de cette crise menacent de faire dérailler la vie et les moyens de subsistance de milliards de personnes.

Le virus n’a épargné personne. Cependant, les travailleur·se·s urbain·e·s et ruraux·ales, les migrant·e·s, les paysan·ne·s et les personnes issues des peuples autochtones – dont la majorité n’a pas accès à des soins de santé publics de qualité – sont parmi les plus vulnérables, tout comme les personnes âgées et les personnes ayant des problèmes de santé préexistants.

La santé n’est pas le seul souci ici. Dans de nombreuses régions du monde, les usines licencient les travailleur·se·s et les gouvernements ferment les marchés paysans ruraux et périurbains. Avec l’entrée en vigueur de mesures de quarantaine strictes, les petits producteur·trice·s de denrées alimentaires ne peuvent plus commercialiser leurs produits ; les pêcheur·se·s ne peuvent plus s’aventurer en mer, les éleveur·se·s ne peuvent plus conduire leur bétail aux pâturages et les populations indigènes ne peuvent plus aller dans les forêts.

Un paysan et sa fille en Turquie – Crédit : Huseyin Kaya

En conséquence, le monde va bientôt être confronté à une aggravation de la faim et de la pauvreté – peut-être plusieurs fois plus grave que celle à laquelle nous avons déjà assisté au cours des deux dernières décennies. Entre-temps, les États à tendance dictatoriale ont trouvé une opportunité dans cette crise, en légitimant la surveillance de masse, en érodant les processus démocratiques et en brisant progressivement la liberté d’association et la dissidence organisée.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

On peut dire que COVID 19 n’est pas un problème en soi, mais simplement un symptôme. L’espèce humaine vivait déjà au bord du gouffre, les émissions de gaz à effet de serre (GES) atteignant un niveau record et la terre se réchauffant à un rythme sans précédent.

En 2019, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies a publié un rapport intitulé Changement Climatique et Terres, qui a une nouvelle fois mis en évidence l’impact dévastateur de l’agriculture industrielle et des systèmes d’élevage industriel sur les terres, les forêts et l’eau, ainsi que sur les émissions de GES.

Quelques mois après la publication du rapport du GIEC, des incendies de forêt faisaient ravage en Amazonie, en Australie et en Afrique centrale, nous rappelant la fréquence inquiétante des conditions météorologiques extrêmes de ce siècle. Tout comme les grandes exploitations agricoles et les multinationales de l’agroalimentaire mettent à rude épreuve les ressources limitées de la planète, elles font peser des risques énormes sur la santé de toutes les formes de vie, y compris celle des êtres humains. Plusieurs études documentées ont déjà révélé comment la grippe et d’autres agents pathogènes émergent d’une agriculture contrôlée par les multinationales.

Mais ce système agro-industriel complexe n’a pas été construit en un jour. Le principal catalyseur de ce système a été le capitalisme et les politiques économiques néo-libérales, qui ont permis sa libre expansion.

Poussés par la cupidité humaine et favorisés par de puissants intérêts corporatifs – les défenseurs du capitalisme ont remplacé la nature par des briques d’usine, des cheminées et des serres industrielles. Ils ont conçu les villes comme moteurs de l’activité économique, en se souciant peu de la biodiversité de la planète. Ce faisant, ils ont négligé les villages, les côtes, les forêts et les gens qui y vivent.

Crédit : Nandhu Kumar

Ils ont coupé les arbres pour créer de grandes plantations ou des stations de luxe pour les touristes fortunés et ont foré la terre pour extraire des minéraux. Tout cela, en dépossédant des millions de personnes qui coexistaient avec cet environnement.

Un modèle singulier d’industrialisation a été imposé aux peuples du monde par une poignée de dirigeants. Celles et ceux qui y ont résisté ont été ridiculisé·e·s, persécuté·e·s, emprisonné·e·s et parfois tué·e·s en toute impunité.

Depuis le milieu du XXe siècle, habilement soutenus par des institutions telles que l’Organisation mondiale du commerce, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, les sociétés transnationales et leurs gouvernements amis ont signé des accords qui ne tiennent pas compte du coût humain de l’expansion industrielle.

Les promoteurs de la mondialisation ont élaboré des accords de libre-échange qui ont encouragé la privatisation des services publics et la déréglementation – ce qui a fini par faire s’effondrer les systèmes de santé publique et par pousser les communautés rurales et urbaines dans une situation de vulnérabilité extrême.

COVID-19 expose brutalement ces vulnérabilités.

Toutes les grandes grippes qui ont frappé l’humanité ces derniers temps rappellent le coût humain de cette expansion sans entrave dans le sens de l’homogénéité au détriment de la diversité. Les pathogènes mortels qui mutent dans ces agro-environnements spécialisés et en sortent sont la conséquence d’un système répandu de l’extrême ouest à l’extrême est, qui a remplacé la production locale d’aliments sains, diversifiés et adaptés au climat par des aliments homogènes produits en usine.

Les gouvernements ont peu tenu compte des avertissements répétés des mouvements sociaux et de la société civile. Avec l’expansion du capitalisme, les nouvelles concernant les paysan·ne·s, les pêcheur·se·s, les éleveur·se·s, les artisan·e·s et de nombreuses autres personnes travaillant dans les zones rurales ont disparu des récits quotidiens dominants.

L’invasion des campagnes par le capital a marqué le monde de guerres civiles, de migrations de détresse, d’environnement malsain et des gens en colère.

La réaction des gens face à des circonstances aussi éprouvantes n’est pas toujours agréable. Dans de nombreuses régions du monde, des personnes frustrées ont commencé à trouver refuge dans des idéologies de droite qui tirent leur force de la haine, de l’esprit de clocher et de la division.

Il est essentiel de reconnaître que la suspicion et l’hostilité des uns envers les autres naissent fortement dans un monde où il faut se battre pour obtenir des ressources et des salaires quotidiens. Le capitalisme a créé ce monde polarisé, où la concurrence a remplacé la solidarité.

Cependant, tout espoir n’est pas perdu. Une riposte des peuples, menée par les personnes les plus touchées par ces crises et s’appuyant sur la force de l’internationalisme, de la solidarité et de la diversité, peut démanteler le capitalisme et nous redonner un monde socialement juste et égal.

Crédit : Gabriel Jimenez

ÉDUQUEZ, ORGANISEZ, AGITEZ !

Depuis 1993, grâce à La Via Campesina, des millions de personnes vivant dans les zones rurales ont averti le monde du naufrage qui s’annonçait. Après une décennie d’agitation et de lutte pour contrer l’expansion du capital mondial, La Via Campesina a proposé et commencé à faire campagne pour un instrument juridique international qui défend les droits des peuples sur leurs territoires, leurs semences, leur eau, leurs forêts.

Pendant dix-sept longues années, des paysan·ne·s, des travailleur·se·s, des pêcheur·se·s et des autochtones d’Asie, d’Afrique, d’Amérique et d’Europe ont négocié avec patience et persévérance au sein et en dehors du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, partageant leurs histoires de dépossession et de désespoir.

Eleveur de chèvres en Tanzanie – Crédit : Rémy Venturini

Ce processus de négociation a encouragé les cadres du mouvement et leur a permis de mener une campagne plus énergique. Les organisations non gouvernementales alliées, les autres mouvements sociaux de producteur·trice·s alimentaires, les universitaires et les gouvernements progressistes ont également contribué à créer une dynamique qui a favorisé la mise en place d’un mécanisme juridique international.

Le 18 décembre 2018, ces efforts ont finalement porté leurs fruits et l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysan·ne·s et autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP).

Cette déclaration appelle à ce que les paysan·ne·s ne soient pas seulement de simples “sujets de droit”. Au contraire, elle reconnaît les paysan·ne·s et les personnes travaillant dans les zones rurales comme des acteur·trice·s fondamentaux pour surmonter les crises. Cette déclaration de l’ONU est un instrument stratégique pour renforcer les luttes et les propositions des mouvements ruraux. Elle établit également une jurisprudence et une perspective juridique internationale pour guider la législation et les politiques publiques à tous les niveaux institutionnels au profit de ceux qui nourrissent le monde.

Le cœur de la Déclaration est centré sur le droit à la terre, aux semences et à la biodiversité, ainsi que sur plusieurs “droits collectifs” ancrés dans la Souveraineté alimentaire.

La Souveraineté alimentaire est le droit des peuples à déterminer leurs systèmes alimentaires et agricoles et le droit de produire et de consommer une alimentation saine et culturellement appropriée.

En plus d’avoir un article unique consacré à leurs obligations, la déclaration des Nations unies établit également dans chaque article une série d’obligations et de recommandations pour les États membres. Ces articles de la Déclaration expliquent non seulement les droits des paysan·ne·s, mais aussi les mécanismes et les instruments permettant aux États de les garantir.

Il incombe désormais aux États membres des Nations unies, aux mouvements sociaux et à la société civile de tous les coins du monde d’adapter et de mettre en œuvre cette déclaration dans différents contextes nationaux.

https://viacampesina.org/fr/illustrations-droitspaysans/
17 avril 2020 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^