Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

UE : La France bloque les négociations de la taxe sur la spéculation financière

Cette taxe permettrait de remplir deux objectifs : financer le plan de relance sans avoir besoin d’une réforme des retraites et avoir plus d’argent « pour les hôpitaux, pour la santé, pour l’emploi, pour le climat » précise l’eurodéputé.
4 juin 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

0,1% de taxe sur le privé pour un gain de 50 à 60 milliards d’euros au service de l’intérêt général. C’est la proposition du rapporteur général du budget européen qui se bat depuis des mois, jusqu’à avoir fait une grève de la faim, afin de taxer les transactions financières. Et ce qui n’était que des bruits de couloir, parfois dénoncés avec fracas par les ministres des finances impliqués dans le processus, vient de se confirmer : la France bloque les négociations pour taxer le monde de la finance. L’eurodéputé Pierre Larrouturu accuse le gouvernement d’Emmanuel Macron d’être le porte-parole du lobby bancaire, et appelle la société civile à faire pression sur ses élus.

En finir avec l’impunité du monde de la finance

« Il ne nous reste plus que 4 semaines pour arriver à un accord pour taxer la spéculation financière au niveau Européen. Alors que de nombreux pays comme l’Allemagne sont favorables à une mesure ambitieuse, nous avons la preuve que la France bloque les négociations. » proclame l’eurodéputé Pierre Larrouturou

En cause : une interview du Ministre des Affaires européennes français Clément Beaune parue dans Les Echos, lors de laquelle il répond aux accusations du rôle de la France pour bloquer les négociations en expliquant :

« Il y a beaucoup de confusion et d’hypocrisie sur ce dossier. La France a toujours voulu un accord à 27. »

Pour le rapporteur général du budget européen, Pierre Larrouturou, c’est bien là tout le problème. Selon lui, un accord à 27 sera forcément minimaliste, pétri de compromis et donc loin d’être à la hauteur des enjeux en cours.

« La France, hélas, aussi bien la France de François Hollande que la France avec Emmanuel Macron, se fait le porte-parole du lobby bancaire, qui ne veut pas de taxe, même pas 0,1 %. Or, je trouve ça choquant : quand on nous dit qu’il faut une réforme des retraites pour rembourser le plan de relance, j’aimerais rappeler à Bruno Le Maire qu’en moyenne, un retraité ou une retraitée gagne 1 400 € par mois, tandis que chez BNP Paribas, sans compter les bonus, un trader est à 24 000 € par mois. Donc, s’il faut demander un effort à quelqu’un pour rembourser le plan de relance, est-ce que c’est au retraité à 1 400 € par mois de payer ? Ou est-ce que c’est au trader qui est à 24 000 ? » dénonce l’eurodéputé Pierre Larrouturou

D’ailleurs, au niveau européen, la négociation a repris le 24 février. Et fait notable, le Parlement européen et la Commission ont décidé que vu l’ampleur des enjeux, il suffit que neuf pays se mettent d’accord dans le cadre d’une coopération renforcée afin de mettre en place une taxe sur les transactions financières.

Lire aussi : Mobilisation collective pour obtenir 57 milliards d’euros en taxant la finance en Europe

Une taxe au service de l’intérêt général

Le principe est très simple : de la même façon que chacun paie une TVA lorsqu’il achète un bien, quelqu’un qui achète des actions, des produits dérivés ou des obligations devrait lui aussi payer une taxe.

En taxant seulement 0,1 % d’actions et 0,01 % de produits dérivés et d’obligations, la taxe sur les transactions financières rapporterait chaque année plus de 50 milliards d’euros à l’UE.

Cette taxe permettrait de remplir deux objectifs : financer le plan de relance sans avoir besoin d’une réforme des retraites et avoir plus d’argent « pour les hôpitaux, pour la santé, pour l’emploi, pour le climat » précise l’eurodéputé.

Lire aussi : L’eurodéputé Pierre Larrouturou a entamé une grève de la faim pour taxer la finance

Les marchés financiers ne se sont d’ailleurs jamais aussi bien portés. Les volumes échangés sur les marchés financiers européens sont 45% plus élevés qu’en 2010. Cette taxe permettrait donc également de lutter contre un accaparement des richesses indécent à l’heure où la pauvreté augmente dans de nombreux pays, dont la France.

En France, il y a tout de même une taxe de 1% sur les volumes des transactions financières, un argument souvent brandi par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire en gage de bonne foi.

« C’est vrai, mais elle n’est que sur 1 % des volumes. 99 % des volumes financiers ne sont pas taxés. Donc, ça prouve que c’est possible. On taxe à 0,3 %, mais seulement les actions des grands groupes et ça n’a pas fait fuir les capitaux. Bruno Le Maire a dit que l’an dernier, ça rapportait plus d’un milliard. Donc la question est de savoir ce qu’on taxe : juste 1 % des volumes ou est-ce qu’on taxe 100 % de l’assiette ? Est-ce que cet argent, au lieu d’aller vers la spéculation et de nous préparer une prochaine crise financière, va créer de l’emploi dans l’économie réelle ? » décrypte Pierre Larrouturou

Le chrono est désormais relancé pour faire pencher les négociations d’un côté ou de l’autre : un conseil des ministres des finances se tiendra le 18 juin, et le Conseil de tous les Chefs d’Etat le 25 juin.

Il ne reste donc que quelques semaines à l’eurodéputé pour rassembler des les voix de la société civile et espérer faire plier les gouvernements réticents pour taxer la spéculation.

« Le projet que nous défendons pourrait rapporter 55 milliards d’euros par an au niveau européen, soit 10 milliards d’euros pour la France chaque année. Nous avons besoin de cette manne pour financer la transition écologique ainsi que notre système de santé ! Nous devons nous mobiliser et faire pression sur le gouvernement Français d’ici le 30 juin. » conclut-il

➡️ Signez la pétition : https://taxonslaspeculation.eu/

4 juin 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^