Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

L’Espagne adopte les caméras de surveillance dans tous les abattoirs du pays

Les responsables des abattoirs auront l’obligation de conserver les images de vidéosurveillance pendant au moins 30 jours, durant lesquels elles seront tenues à la disposition des services d’inspection sur simple demande.
1 septembre 2022 - Augustin Langlade
Générations, notre nouveau livre qui marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde

- Thème : Changements climatiques, répression policière, inégalités, agroécologie, politique, féminisme, nature…
- Format : 290 pages
- Impression : France

Commander

Bonne nouvelle pour le bien-être animal. Mardi 23 août, l’Espagne a adopté une mesure obligeant tous les abattoirs du pays, sans exception, à installer des systèmes de vidéosurveillance pour s’assurer que les bêtes ne sont pas maltraitées avant leur mise à mort.

Approuvé par le gouvernement socialiste de Pedro Sánchez, le décret royal contenant cette mesure emblématique touche environ 700 établissements, qui disposent d’un ou deux ans, en fonction de leur taille, pour se mettre en conformité avec la loi.

Comme le précise le ministère de la Consommation espagnol, les caméras devront couvrir, à minima, « les installations où se trouvent les animaux vivants, y compris les zones de déchargement, les couloirs et les espaces où sont pratiquées les activités d’étourdissement et de saignée », ainsi que d’échaudage, dans le cas des porcs et des volailles.

Lire aussi : « Il est toujours impossible d’avoir un débat sérieux autour de la condition animale »

Les responsables des abattoirs auront l’obligation de conserver les images de vidéosurveillance pendant au moins 30 jours, durant lesquels elles seront tenues à la disposition des services d’inspection sur simple demande.

Le pari gagnant des animalistes

Alberto Garzón, le ministre de la Consommation, s’est félicité de voir son pays « à l’avant-garde de l’Europe » dans le domaine du bien-être animal. Jusqu’à présent, seuls l’Angleterre, l’Écosse et Israël avaient adopté un tel système.

Ces dernières années, en Espagne, les associations de protection animale ont publié de nombreuses enquêtes chocs dénonçant les pratiques illégales de certains abattoirs du pays. Utilisant les mêmes méthodes que L214, en France, ces structures militantes ont misé sur la violence des images saisies sur le vif, en caméra cachée, pour infléchir la législation. Un pari gagnant.

Lire aussi : « L214 lutte contre un méga-élevage d’Herta, coupable de sévices, voulant exploiter 25 000 cochons »

« Cela a secoué les consciences, celles des organisations animalistes, mais aussi des citoyens ordinaires de ce pays, sans oublier le coût en termes de réputation pour la majorité du secteur, pour tous ceux qui font bien leur travail », a ainsi reconnu Alberto Garzón.

Son homologue à la tête de l’Agriculture, Luis Planas, a quant à lui précisé que le décret royal avait obtenu « le soutien total du secteur » de la viande, ulcéré, semble-t-il, que les pratiques d’une « minorité » portent atteinte à tous les autres.

Et en France ?

Selon Libération, sur les 886 abattoirs que comptait notre pays, début 2022, « moins d’une soixantaine sont équipés d’un système vidéosurveillance », installé à chaque fois à l’initiative du propriétaire.

Évoqué par Emmanuel Macron pendant sa campagne, en 2017, le principe d’obligation a finalement été abandonné après son élection.

Lire aussi : « Le gouvernement fait appel pour maintenir la “surveillance idéologique” de la cellule Demeter »

En déplacement à Madrid, le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau a cependant rappelé que des expérimentations étaient menées dans certains abattoirs volontaires, et que la demande d’une surveillance renforcée montait parmi les salariés du secteur.

L’idée avance, lentement.

1 septembre 2022 - Augustin Langlade
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Générations Notre nouveau livre « Générations » marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde. Changements climatiques, répression policière, inégalités, capitalisme hors de contrôle : la nouvelle génération va devoir relever des défis inédits, pour certains presque insurmontables. Mais que ressent-elle ? Quel sens donne-t-elle au présent ? Et comment perçoit-elle l’avenir ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre dans ce nouveau livre-journal, « Générations ».
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^