Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Les hirondelles sont des alliées indispensables pour lutter contre la prolifération des moustiques tigres

« (Les hirondelles sont le) symbole d’une biodiversité en ville y compris parce qu’elles sont depuis des millénaires totalement liées à l’homme. Elles ne font leurs nids qu’au-dessus de nos fenêtres et sur les façades pour l’espèce dite rustique. Si elles ne peuvent plus cohabiter, on va les perdre. »
19 juillet 2021 - Liza Tourman
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Qu’il s’agisse de libre échange, d’artificialisation des sols, d’utilisation de pesticides à outrance, tous ont un impact néfaste sur l’écosystème et par conséquent, sur l’être humain. Ces fléaux ont pour seul maître : le capitalisme libéral. Son libre échange favorise l’importation de moustiques, vecteurs de virus mortels et son agriculture intensive décime un de nos alliés le plus précieux : les hirondelles. Face à leur disparition, des initiatives essaiment partout en France pour favoriser leur retour.

Le moustique tigre, un insecte en constante augmentation à travers le monde

Quand on parle de libre échange, l’idée première que l’on s’en fait est la circulation des biens et des personnes à travers la planète. Mais si l’on observe les circuits au microscope, un être d’un tout autre genre a prospéré grâce à cette gigantesque toile d’araignée : le moustique tigre.

De son nom scientifique Aedes albopictus, le moustique tigre est un insecte noir aux marques argentées et mesure environ 5mm. On le distingue par sa ligne longitudinale d’écailles blanches au centre de son thorax, visible à l’œil nu.

Originaire d’Asie du sud-est, on l’a observé pour la première fois à Calcutta (Inde) en 1984. Actuellement, on recense sa présence dans 100 pays sur les 5 continents. Il fait partie des espèces les plus invasives au monde.

Pour cause, il a une capacité d’adaptation lui permettant de survivre à des environnements qui ne lui sont pas favorables. Les femelles peuvent se mettre en hibernation, sans repas de sang pendant les périodes froides ou trop sèches.

Ainsi, si le réchauffement climatique ne participe pas de façon primordiale à l’expansion de cet animal, le libre-échange, lui, oui.

Le moustique tigre a été aperçu en Europe pour la première fois en 2004, à Menton dans les Alpes-Maritimes.

Les scientifiques se sont rendus compte qu’il était arrivé via le commerce international de pneus d’occasions. En effet, les femelles pondent leurs œufs à l’intérieur. Les larves étant résistantes au manque d’eau et ralentissant leur métabolisme en cas de conditions environnementales défavorables, elles endurent de longs trajets maritimes.

De la sorte, elles se propagent à travers le monde entier. En France, le moustique tigre se diffuse via les autoroutes en s’introduisant dans les véhicules et en envahissant les aires de repos.

S’il s’agissait d’une autre espèce, sa prolifération ne serait pas si inquiétante. Se faire piquer par un moustique est l’une des contreparties de l’été. Seulement, ce dernier peut être porteur de virus dangereux. On peut citer la Dengue, le Zika, le Paludisme, la Fièvre jaune ou encore le Chikungunya qui sont potentiellement mortels pour l’homme.

A présent, les moustiques tigres occupent 67 % du territoire français. Selon le bulletin de Santé Publique France, du 1er mai au 4 juin 2021, on recense un cas de Chikungunya et 30 de Dengue, tous dûs à des piqûres de moustiques tigres. Quels sont les moyens de lutter contre cet insecte ?

Les hirondelles, un précieux allié contre les moustiques

Une hirondelle est capable d’avaler plus de 3000 insectes par jour. Ainsi, pour lutter contre l’invasion des moustiques pendant la période estivale et plus particulièrement contre le tigre, plusieurs communes ont pris des initiatives écoresponsables pour favoriser l’arrivée de ces migrateurs.

En effet, les hirondelles dites « de fenêtres », plus visibles en ville que celles dénommées « rustiques », ont l’habitude d’installer leurs nids sous les génoises et d’y revenir d’une année à l’autre. Malheureusement, nombre de ces derniers sont détruits entretemps.

A Bègles, en Gironde, en collaboration avec la LPO Aquitaine, la mairie va installer une centaine de nichoirs. Aussi, une aide financière a été mise en place pour les habitants désireux de s’en fournir pour leurs jardins et devenir des hôtes pour ces oiseaux de la famille des Hirundinidae.

De plus, l’artificialisation des sols étant l’une des causes principales de la diminution des sites de nidification, il a été décidé de reconstruire des corridors de biodiversités en milieu urbain.

En Alsace, grâce à des pondoirs remplis d’eau infusée au foin, des brigades vertes recensent chaque année le nombre de moustiques tigres présents sur le territoire. Suite à une augmentation constante de ces populations, cinq hôtels à hirondelles ont été installés à Saint-Louis, frontière franco-suisse afin d’encourager les essaims à s’y arrêter pendant leur périple.

Crédit : Ville de Saint Louis

A Orléans, dès 2015, la municipalité a réparti dans sa ville une soixantaine de nichoirs pour tenter de réguler l’usage de produits phytosanitaires contre les insectes considérés comme « nuisibles ».

A Grenoble, l’installation d’hôtels à volatiles bat des records avec 600 petites maisons mises en place. Le but est d’atténuer les ravages de la pyrale du bois et de la chenille processionnaire du pin.

A Montpellier, la jeune chambre économique dévoile un projet à 20 000 euros pour construire un ensemble de plusieurs mètres de haut équipé d’un composteur destiné à attirer les insectes comestibles pour les oiseaux. Ce système est surmonté d’un nichoir pour les accueillir. Le projet est baptisé, « le printemps des hirondelles ».

Toujours avec l’aide de la LPO, dans le Vaucluse à St-Didier, on compte 80 nichoirs en cours d’installation. Comme on peut le constater, les initiatives fleurissent pour nos alliés ailés. Pourtant, l’arrivée printanière des hirondelles se fait de plus en rare.  A qui la faute ?

Nicheur-composteur nommé « le printemps des hirondelles » à Montpellier

Les hirondelles, des populations en déclin

Dans l’Hexagone, on dénombre cinq espèces d’hirondelles, toutes migratrices : les rustiques, de fenêtre (ces deux citées supra), de rivage, de rocher et enfin de rousseline. Les plus populaires et celles que l’on observe le plus, sont les deux premières.

Interrogé par le magazine dis-leur, Florian Gardel, le responsable des Compagnons du Devoir de Baillargues témoigne :

« (Les hirondelles sont le) symbole d’une biodiversité en ville y compris parce qu’elles sont depuis des millénaires totalement liées à l’homme. Elles ne font leurs nids qu’au-dessus de nos fenêtres et sur les façades pour l’espèce dite rustique. Si elles ne peuvent plus cohabiter, on va les perdre. »

Pourtant, la population d’hirondelles de fenêtre a diminué de 33 % et la population d’hirondelles rustique de 43 %.

Crédit : Arjan Stalpers

Selon la LPO, ce déclin est similaire à celui des oiseaux des champs. Les causes ? En premier lieu, l’usage expansif des produits phytosanitaires en agriculture intensive utilisés contre les insectes. Les hirondelles étant insectivores … on en devine les conséquences.

Lire aussi : Néonicotinoïdes : la LPO attaque en justice les industriels de l’agrochimie pour le déclin des oiseaux des champs

De surcroît, la perte de sites de nidification due à l’artificialisation des sols, à la construction dans le bâtiment où les nids sont détruits participent activement à ce déclin.

Pour concilier la cohabitation entre nids et travaux, il est possible de joindre les LPO locales qui aident les acteurs de la construction à intégrer de la biodiversité aux chantiers. 

Le remembrement, qui consiste à aménager les terres agricoles en regroupant différents terrains, supprime haies et roselières. De ce fait, il détruit les zones riches en insectes et empêche les hirondelles de s’abreuver dans les roselières.

Lire aussi : La France perd chaque année 8 500 km de haies : « dans tous les départements, il y a urgence à replanter. »

Il apparaît donc que tout est intimement lié. D’une part, la propagation du moustique tigre, vecteur de virus potentiellement mortels pour l’homme, du fait du transport de biens à travers le monde au nom de la loi du libre-échange. D’autre part, le déclin de la population des hirondelles, alliées essentielles contre ces derniers, provoqué par une agriculture intensive et une artificialisation des sols engendrés par un capitalisme déréglé.

Libre-échange et capitalisme dérégulé procèdent de la même manière d’observer le monde et le vivant qui l’entoure. A savoir, l’aborder en prédateur et non comme partenaire, avec respect.

Fort heureusement, des initiatives voient le jour pour intégrer la biodiversité à notre quotidien. Il est essentiel de soutenir ces prises de position et de les faire connaître. Individuellement, nous pouvons aussi ajouter notre pierre à l’édifice en arrêtant l’utilisation de pesticides à domicile, en ne détruisant pas les nids de ces oiseaux migrateurs, acte par ailleurs puni par la loi. Plus efficient encore, il est possible d’acheter ou construire des nids pour hirondelles, de laisser des bacs d’argile pour qu’elles puissent consolider leurs habitats, ainsi que d’installer des vasques d’eau peu profondes pour qu’elles puissent s’y désaltérer après leur long périple.

19 juillet 2021 - Liza Tourman
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^