Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Le projet d’entrepôt géant d’Amazon est abandonné en Loire-Atlantique

Les banderoles phares du mouvement telles que « Stop à Amazon et son monde », ou «Ni ici ni ailleurs », qui dénonçaient l’impact néfaste du projet pour l’économie locale, ont finalement porté leurs fruits.
27 octobre 2021 - Maïté Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Initialement prévue début 2021, la construction d’un entrepôt géant Amazon n’aura pas lieu. La multinationale de Jeff Bezos, l’un des hommes les plus riches de la planète, voulait implanter une plateforme automatisée de distribution de colis de 185 000 m2 sur un terrain de 14,5 hectares à Montbert, au sud de Nantes (Loire-Atlantique). L’entrepôt aurait été d’une capacité de livraison de plus de 250 millions de colis par an. Une véritable victoire pour les militants qui luttent depuis plus d’un an contre le projet.

Depuis l’annonce de l’installation de la plateforme, en septembre 2020, de nombreuses manifestations ont eu lieu. Associations, syndicats, commerçants locaux, collectifs militants et riverains se sont réunis par centaines dans ce même but.

Le samedi 28 novembre, la détermination monte en flèche : plus de 2500 manifestants se mobilisent et marchent dans une ambiance joviale de chants jusqu’à l’emplacement prévu pour l’installation de l’entrepôt, et cela malgré les mesures de confinement, des gendarmes, des chiens, un hélicoptère et la présence d’un drone sur place.

Les banderoles phares du mouvement telles que « Stop à Amazon et son monde », ou «Ni ici ni ailleurs », qui dénonçaient l’impact néfaste du projet pour l’économie locale, ont finalement porté leurs fruits.

Ce lundi 25 octobre, les élus de la commune de Grand Lieu annoncent dans un communiqué que le projet est abandonné :

« Malgré l’intérêt du projet et, notamment, une création d’emplois importante, les élus communautaires ont, au fur et à mesure, constaté les difficultés du projet et particulièrement l’accumulation de contraintes techniques et juridiques décalant largement le calendrier initial. Au mieux, le centre logistique n’aurait pu sortir de terre qu’à partir de 2025, une date très éloignée du projet initial, ce qui le fragilisait pour l’ensemble des acteurs ».

Crédit : Les Amis de la Terre

Or, la fabrication d’emplois amenée par Amazon se fait au détriment des commerces de proximité. Chaque métier créé pour Amazon est un métier perdu pour le commerce local et responsable. Selon une enquête de novembre 2020 par les économistes Florence Mouradian et Ano Kuhanathan, le recours croissant au e-commerce a engendré 114 000 destructions d’emplois dans le secteur du commerce non-alimentaire en France entre 2009 et 2018.

Amazon, c’est 19% du marché français, et ainsi la commercialisation de 2 milliards de produits dans notre pays en 2019, pour la majorité neufs, importés d’Asie, et ainsi avec une durabilité minime. C’est également environ 3 millions de produits à peine conçus qui sont détruits en 2018, la preuve d’un gaspillage considérable.

Son implantation signifie également l’artificialisation des sols, la destruction de la biodiversité de diverses zones qui nécessitent d’être protégées, l’augmentation du trafic aérien et routier, ainsi que des poids lourds et la pollution qu’elle provoque. Mais le modèle d’Amazon favorise avant tout la surproduction, alors que l’industrie textile contribue à elle seule à 1,7 milliards de tonnes de CO2 par an.

Les Amis de la Terre, association qui enquête et lutte depuis des années contre les implantations d’Amazon, a signalé auprès de La Relève et La Peste en 2020 le manque soutenu de transparence de l’entreprise, notamment auprès des populations locales, qui se retrouvent informés après le début des travaux.

Lire aussi : France : Amazon veut doubler son nombre d’entrepôts d’ici 2021, un danger écologique et économique

Aujourd’hui, Alma Dufour, chargée de campagne pour l’association, explique qu’Amazon bénéficie également du refus du gouvernement de qualifier les e-commerces en sites commerciaux, les maintenant artificiellement dans la catégorie des sites industriels. Ces sites profitent ainsi d’une réglementation moins stricte pour leurs implantations, et d’une exonération d’impôts. Amazon est ainsi exemptée d’environ 30 millions d’euros de Taxe sur les surfaces commerciales par an.

La décision d’arrêt de cette gigantesque plateforme suit celui du projet d’Ensisheim (Haut-Rhin) en 2020 et survient alors que celui de Fournès (Gard) est menacé d’annulation devant les tribunaux. Le rapporteur public a émis un avis défavorable à la demande de dérogation aux règles environnementales de la préfète du Gard.

Cependant, une dizaine d’autres entrepôts Amazon sont en cours d’autorisation et de construction sur le territoire. Toujours selon Alma Dufour : « Sous la présidence d’Emmanuel Macron, le nombre de projets d’entrepôts Amazon a augmenté de 411% ».

« Amazon prospecte abondamment, parce qu’avec le temps, ses dirigeants ont compris que sur tous les projets qu’ils avaient, seuls quelques-uns allaient au bout, parce qu’il y a des oppositions locales fortes. Ils prospectent plus de sites qu’ils n’en ouvriront réellement », analyse Benoît Berthelot, auteur du Monde selon Amazon.

Pour les Amis de la Terre, le seul outil de lutte actuel contre les projets d’aujourd’hui sont les oppositions locales. La victoire d’octobre à Montbert en est une démonstration. La médiatisation permet de lever le voile sur chaque projet mené avec une stratégie opaque.

Les opposants restent mobilisés. D’après les Amis de la Terre, Amazon ferait actuellement pression sur le gouvernement afin d’obtenir un raccourcissement des délais de jugement des recours en justice menés contre ses projets.

Crédit photo couv : Projet d »implantation d’un entrepôt Amazon de 185 000 m2 à Montbert – extrait avis MRAe

27 octobre 2021 - Maïté Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Guide pour faire échouer des projets contre-(la)-nature Ce nouveau guide de résistance vous explique toutes les techniques pour faire échouer des grands projets écocidaires. Autoroutes, supermarchés, entrepôts Amazon, vagues artificielles à quelques kilomètres de l’océan : alors que le réchauffement climatique arrive, il est primordial de protéger le peu de nature qu’il nous reste. Se basant sur son expérience et ses années de militantisme, François Verdet a regroupé étape par étape toutes les techniques nécessaires pour faire échouer des projets contre la nature.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^