Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

La posidonie, poumon de la Méditerranée, aide à réduire la pollution plastique

« Tout suggère que les plastiques se trouvent piégés par les plants de posidonie », explique A. Sànchez-Vidal. « Dans les herbiers, les plastiques sont incorporés à des agglomérats de fibre naturelle en forme de boule, qui sont expulsés des fonds marins durant les tempêtes ».
31 janvier 2021 - Marine Wolf
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

La revue Scientific Reports a publié une nouvelle étude scientifique aux conclusions étonnantes. Les chercheurs ont découvert que les herbiers sous-marins de posidonie jouent un rôle important dans la lutte contre la pollution des océans. En effet, ces plantes aquatiques sont capables de capturer et éliminer les plastiques déposés dans les fonds marins en les rejetant sous forme de « pelotes de mer » sur le rivage.

En Méditarranée, la pollution plastique constitue un véritable fléau. Au moins 600 000 tonnes de déchets y sont rejetées chaque année, une catastrophe dont la France se trouve en grande partie responsable. Le pays se place en effet comme le premier producteur de ce matériau parmi ses vingt-deux voisins européens.  

Une fois dans l’eau, les microparticules de plastiques sont emportées par les courants continus des fonds marins jusque dans des zones essentielles aux écosystèmes aquatiques. Là, leur concentration est extrêmement préoccupante. Une étude pilotée par l’Université de Manchester a récemment enregistré un taux de deux millions de microparticules de plastique par mètre carré en analysant l’eau de la Méditerranée.

Lire aussi : Méditerranée : deux millions de microparticules plastique par mètre carré de fond marin

Alors que les initiatives se multiplient et que les scientifiques explorent des solutions pour contrer ce désastre, des chercheurs espagnols viennent de montrer l’action de la posidonie sur les déchets plastiques. Publiée dans la revue Scientific Reports, l’étude a été dirigée par Anna Sànchez-Vidal, de la Faculté des sciences de la Terre de l’Université de Barcelone (UB).

En analysant les côtes de l’île de Majorque, les chercheurs ont pour la première fois montré une capacité inattendue des herbiers de posidonie, ces prairies des fonds de la Méditerranée. Ceux-ci seraient capable de filtrer et capturer les déchets plastiques sur les zones côtières.

« Tout suggère que les plastiques se trouvent piégés par les plants de posidonie », explique A. Sànchez-Vidal.  « Dans les herbiers, les plastiques sont incorporés à des agglomérats de fibre naturelle en forme de boule, qui sont expulsés des fonds marins durant les tempêtes ».

Ces boules sont appelées aegagropile, ou pelotes de mer. De couleur brune et de texture fibreuse, elles sont formées des restes de posidonies et s’accumulent sur les plages sous l’action des vagues. Elles résultent de l’effilochage des feuilles mortes de la plante, dont les fibres s’agglomèrent sous l’effet des mouvements de la mer.

Pelotes de mer (ou egagropili) l de couleur brune végétale formés par la posidonie et l’action des vagues, trouvés sur une plage de sable – Crédit : LucileB

D’après l’étude, les microplastiques piégés dans les prairies de posidonie sont principalement des filaments, des fibres et des fragments de polymères plus denses que l’eau de mer, tels que le polyéthylène téréphtalate (PET).

Les chercheurs ont prélevé près de 1500 plastiques par kilogramme de fibre végétale, un taux bien supérieur aux quantités de plastique capturées par les autres végétaux ou le sable.

Ce mécanisme naturel surprenant constitue une nouvelle raison de protéger la posidonie en Méditerranée. Se plaçant comme l’une des clés de voûte de la biodiversité marine, ces prairies se trouvent uniquement dans ses eaux.

Faisant office de nurserie et de lieu d’alimentation pour les poissons, elles abritent 25 % de la biodiversité. Elles ont aussi la capacité de capter le CO2, produire de l’oxygène et empêcher l’érosion des fonds marins.

Se posant comme l’un des écosystèmes les plus utiles pour l’Homme, sa valeur monétaire à l’hectare dépasserait donc largement celle des récifs coralliens ou de la forêt amazonienne.

Cependant, quasiment tous les herbiers subissent des pressions d’origine diverse. La pollution, les aménagements côtiers, le mouillage des bateaux, la pêche au chalut, la surfréquentation du littoral freinent les services rendus par la posidonie.

Face à une régression de 10 % de ces herbiers en un siècle, un réseau de surveillance regroupant 14 pays a été créé.

31 janvier 2021 - Marine Wolf
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Guide pour faire échouer des projets contre-(la)-nature Ce nouveau guide de résistance vous explique toutes les techniques pour faire échouer des grands projets écocidaires. Autoroutes, supermarchés, entrepôts Amazon, vagues artificielles à quelques kilomètres de l’océan : alors que le réchauffement climatique arrive, il est primordial de protéger le peu de nature qu’il nous reste. Se basant sur son expérience et ses années de militantisme, François Verdet a regroupé étape par étape toutes les techniques nécessaires pour faire échouer des projets contre la nature.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^