Haute-Savoie : le Préfet veut abattre avant l’été des bouquetins sains pour lutter contre la brucellose

Les conditions d’élevage et les contacts de plus en plus fréquents entre animaux domestiques et faune sauvage du fait de la diminution drastique de son territoire, favorisent la propagation des maladies et leurs mutations.
6 mai 2020 - Sarah Roubato
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Pour ceux qui ont cru que le coronavirus serait le répit de Dame Nature, qu’on ne s’y trompe pas. Ce répit n’est que temporaire et artificiel, et les politiques à l’encontre du vivant continuent plus que jamais.

La brucellose est une maladie infectieuse qu’on retrouve chez certains animaux et chez l’homme. Elle est le plus souvent attrapée par contact avec des bovins caprins et ovins affectés. La majorité des personnes infectées sont donc des éleveurs. Fièvre, douleurs musculaires, fatigue, douleurs articulaires sont les symptômes habituels. Elle se soigne par antibiotiques. Cette maladie domestique a été transmise à certains animaux sauvages.

Depuis, régulièrement, la « crise du brucellose » revient, avec la question des abattages du bouquetin du massif du Bargy, espèce menacée et protégée. Car on a tendance à l’oublier, mais les maladies que l’on retrouve chez certains animaux sauvages proviennent très souvent de contaminations par des animaux élevés par l’homme.

Les conditions d’élevage et les contacts de plus en plus fréquents entre animaux domestiques et faune sauvage du fait de la diminution drastique de son territoire, favorisent la propagation des maladies et leurs mutations.

Crédit : Marian Kroell

En 2014 des défenseurs du bouquetin avaient campé près du massif pour empêcher les tireurs d’agir. Le Préfet de Haute-Savoie avait déposé une demande d’abattage total et non seulement des animaux contaminés. Or, quand un tel abattage est fait, on a du mal à cibler les femelles âgées. On abat donc principalement les mâles âgés, plus facilement reconnaissables.

Les survivants reconstituent alors un troupeau tant bien que mal, et les comportements changent. Les femelles plus âgées s’accouplent avec de jeunes mâles et la maladie se propage encore plus.

Le scénario s’est reproduit quatre ans plus tard, et encore aujourd’hui : le préfet de Haute-Savoie annonce l’abattage indiscriminé de 20 bouquetins, la capture de 50 supplémentaires qui seront testés et euthanasiés en cas de contamination. Ces abattages n’ont pourtant pas réussi à éradiquer la maladie, ni même à la faire reculer. La désorganisation sociale induite par l’abattage entraîne une propagation de la liberté entre les troupeaux.

Crédit : Juliette Félix

Enfin, aucune mesure n’est prise pour obliger les éleveurs à empêcher leurs troupeaux de s’aventurer dans les zones d’habitat du bouquetin. Le Conseil National de la Protection de la Nature était bien allé dans ce sens en émettant un avis défavorable, mais la situation actuelle de la crise du covid peut permettre de faire passer cette mesure inefficace injuste et irresponsable en douce.

La Préfecture de Haute Savoie présente ce projet en vue de « maîtriser l’enzootie de brucellose au sein de cette population et de ce fait la préserver, dans l’intérêt de la santé publique, ainsi que pour prévenir les dommages à l’élevage et aux filières agricoles de montagne. »

Elle lance toutefois une consultation publique pour recueillir l’avis des citoyens. Cette consultation peut être faite jusqu’au 20 mai sur ce site. Avis aux Savoyards ! 

Faisons en sorte que la crise du covid-19 ne nous aveugle pas sur d’autres crises et sur les combats que nous devons continuer à mener, car la préservation du vivant reste, plus que jamais, la clé pour éviter à nouveau ce genre de crise.

6 mai 2020 - Sarah Roubato
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^