Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

Habitat Léger : la plus grande « Figue » de France a été construite en Haute Vienne

« Au-delà de son architecture unique, la Figue, comme tous les habitats légers, est aussi une façon de trouver sa place dans le monde et être propriétaire de sa vie » précise Guillaume
23 janvier 2023 - Laurie Debove
Forêts est le seul livre en France à faire un tour d’horizon aussi complet sur notre monde végétal. Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation… bien d’autres sujets vous attendent pour vous émerveiller et vous donner une dose d’inspiration positive.

- Thème : Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation, santé…
- Format : 300 pages
- Impression : France

Commander

La plus grande « Figue » de France est sortie de terre en 2022. Inventée par Guillaume de Salvert, cette hutte féérique est un modèle en matière d’habitat écologique grâce à son « architecture de cueillette » qui valorise les ressources locales, son empreinte carbone quasi-nulle, ainsi que son accessibilité à tous les budgets.

La Figue, « un habitat elfique »

La Figue a tout de l’habitat d’un être de la forêt : elle rappelle autant une châtaigne tombée de l’arbre qu’un champignon pelé. Mais pour son créateur Guillaume de Salvert, c’est tout simplement « une Figue ». C’est en construisant des yourtes depuis 17 ans qu’il en est venu à inventer « cet habitat elfique », car il souhaitait trouver une alternative aux toiles des yourtes qui ne le satisfaisaient pas entièrement en terme d’impact.

« J’ai trouvé du bois déroulé dans une usine désaffectée qui m’a plu pour son aspect esthétique mais n’était pas adapté pour couvrir une yourte. J’ai alors essayé de couvrir un dôme géodésique, et c’était très joli, mais il m’a semblé qu’une forme pointue serait mieux adaptée. Chemin tortueux faisant, j’ai fabriqué un panier géant grâce aux techniques de vannerie en m’inspirant des huttes à sudation qu’on conçoit en plantant des piquets dans le sol. Une manière de construire aussi vieille que l’humanité » sourit Guillaume de Salvert en racontant la genèse de l’histoire à La Relève et La Peste

Ce « panier » fait en moyenne 5 mètres de diamètre et jusqu’à 6 – 7 mètres de hauteur, ce qui permet d’installer une mezzanine de 10 m² à l’intérieur, et une surface habitable moyenne de 30m². Le sol est un plancher isolé en copeaux de bois et d’ajonc qui fait office de barrière naturelle pour les rongeurs.

Sa charpente est conçue grâce au glanage de bois local (châtaigner, frêne, noisetier, acacia ou chêne) assemblée avec du fil de fer recuit « qui permet de lier les bouts de bois sans les percer, donc sans entraver leur résistance mécanique » ; tandis que le bardage extérieur est fait de bois de peuplier déroulé, cousu en suite de « tuiles » puis fixé à l’ossature bois. L’isolation est en laine de mouton lavée et traitée aux huiles essentielles.

Chantier collectif pour l’ossature – Crédit : Guillaume de Salvert

« Chaque charpente est fabriquée avec des grandes perches issues de boisements assez serrés pour que les arbres aient poussé très haut, très long. Nous pratiquons des coupes d’éclaircie et pas de coupes rases, et travaillons uniquement avec des outils manuels comme des petites scies d’élagage et hachettes afin que le projet reste à échelle humaine et ne pas trop déranger la forêt. Pour moi, c’est une architecture qui a quelque chose d’elfique : elle touche à notre nature profonde de créature des forêts, un être sensible qui soit une partie prenante de la Nature » explique Guillaume de Salvert à La Relève et La Peste

Niveau confort, tout est possible en fonction des envies des habitants. Seuls fondamentaux :  les toilettes sèches, « car on ne fait pas ses besoins dans l’eau potable », ce qui permet de construire une Figue n’importe où en résolvant instantanément la problématique de l’assainissement. Un poêle à bois permet de se chauffer et un système solaire de très petite taille suffit pour l’éclairage. Tout le reste : « des surplus et de l’ajustement » précise Guillaume.

Figue au soleil couchant – Crédit : Guillaume de Salvert

Aujourd’hui, trois Figues d’habitation sont actives dans le Poitou, une autre a été construite pour le décor du film « Rester vertical » d’Alain Guiraudie et une dernière se trouve au Conservatoire des figuiers dans les Cévennes.

A l’issue d’un chantier participatif de deux mois, la toute dernière vient de sortir de terre en 2022 au Croissant Fertile, un terrain de 10 hectares situé à Marval en Haute Vienne, acquis par l’association Désobéissance Fertile en Mai 2021.

La Figue du Croissant Fertile – Crédit : Désobéissance Fertile

L’habitat léger, un autre rapport au monde

Le défi a été de taille : avec un diamètre de 10 mètres, la Figue du Croissant Fertile est la plus grande de France, « et même d’Europe » précise Jonathan Attias avec enthousiasme.

Un terme qui fait sourire son créateur Guillaume, « car pour l’instant c’est juste une petite trouvaille ». Mais pour Jonathan et Caroline, les fondateurs de la Désobéissance Fertile, ce petit habitat est bien plus : la Figue représente pour eux l’avant-garde de la recherche sur l’habitat léger.

Avec quatre types d’habitas légers déjà présents sur le Croissant Fertile (yourte, chapiteau mobil-home, tiny-house), ces pionniers recherchaient la structure idéale pour construire un QG qui permettra aux lobbys citoyens de faire évoluer la législation en faveur de l’habitat léger et de Droits pour la Terre. 

L’intérieur de la Figue du Croissant Fertile – Crédit : Désobéissance Fertile
Lire aussi : L’écocide : d’un crime contre l’humanité à un droit pour la Terre

« Nous souhaitons installer progressivement un collectif de plusieurs habitants œuvrant au sein de l’association Désobéissance Fertile. Pour nous, la Figue s’inscrit dans la continuité des 3 piliers fondateurs de la Désobéissance Fertile : s’intégrer dans les écosystèmes Vivants, aggrader les territoires et ne pas attendre que les lois changent pour agir » expliquent-ils sur la page dédiée au projet

Lire aussi : « Plutôt que de dégrader, aggrader les écosystèmes nous permettra de faire un grand pas dans notre humanité »

Capture d’écran du reportage « Insolite : Habiter dans une Figue »

Du 04 septembre au 02 octobre, un immense chantier participatif a eu lieu au Croissant Fertile pour sortir de terre ce magnifique habitat compostable afin « d’expérimenter et diffuser une façon d’habiter le territoire radicalement au service des vivants ».

La Figue du Croissant Fertile en construction – Crédit : Laurie Debove

« J’ai un travail tout-terrain où je peux vraiment m’adapter. Les chantiers participatifs permettent de limiter les coûts, mais surtout de vivre une aventure humaine unique : une sorte de paradis du faire-ensemble sans enjeux d’argent ou d’attentes. Cet espace sera aussi un espace de formation. L’idée est que les personnes qui le souhaitent puissent venir apprendre sur le chantier et savoir se débrouiller après pour construire leur propre figue. Le tout sera aussi filmé : je n’ai posé aucun brevet sur la Figue, et j’aimerais que chacun puisse se l’approprier et la faire évoluer » détaille Guillaume de Salvert à La Relève et La Peste

Pose du toit « pelé » – Crédit : Guillaume de Salvert

Guillaume, Jonathan et Caroline ont déjà réalisé ensemble un premier chantier participatif : celui de la yourte du Croissant Fertile. Des temps forts ont rythmé le chantier de la Figue pour favoriser les liens humains et accomplir les défis architecturaux de cette réalisation de 8 mètres de hauteur, conçue en perches de châtaigniers cueillies sur place.

Petite pause après la pose du plancher – Crédit : Désobéissance Fertile

« Au-delà de son architecture unique, la Figue, comme tous les habitats légers, est aussi une façon de trouver sa place dans le monde et être propriétaire de sa vie » précise Guillaume

« La construction, l’immobilier, la maison sont imprégnés de logiques de domination et d’exploitation. Je me sens vraiment concerné par la situation catastrophique de l’immobilier en France. J’ai réalisé que ce qu’on fait est politique car en effet la manière qu’on a d’habiter l’est pour deux raisons.

La Figue, une porte d’entrée vers un nouveau monde – Crédit : Guillaume de Salvert

« D’abord, la façon dont l’économie nous tient sous emprise : le loyer, l’emprunt, tout cela a pris une part des revenus qui est scandaleuse. La bulle immobilière, qui bénéficie à beaucoup de gens, construit un imaginaire toxique qui est celui d’une pyramide de Ponzi : tout le monde pense qu’il va pouvoir s’enrichir en espérant que le bien pour lequel il s’endette va prendre de la valeur, et l’emprise locative n’est pas forcément mieux…

C’est aussi un combat écologique : les maisons « modernes » sont très énergivores, nos foyers sont devenus de gros paquebot avec des flux énormes d’eau et d’électricité, pétrole, gaz, charbon… Alors que ce dont on a besoin c’est un abri, d’avoir de l’eau, et de l’énergie.

L’habitat léger, c’est l’espace où l’on peut guérir ce rapport toxique à l’économie et à l’énergie et on peut vivre dans son propre laboratoire pour se demander vraiment de quoi on a besoin et se libérer d’un prétendu confort de vie qui est devenu standardisé » conclut Guillaume

Pour son créateur, la Figue fait donc partie d’une variété de possibilités de constructions dans lesquelles on peut habiter : yourte, dômes en tout genre, tipis, roulottes, tiny-houses, kerterres, paillourtes, love shack, etc. Rendez-vous en Haute Vienne pour les plus curieux sur cet habitat insolite.

Crédit photo couv : La Figue du Croissant Fertile – Désobéissance Fertile

Lire aussi : L’association Hameaux Légers créé le premier MOOC sur l’habitat réversible

23 janvier 2023 - Laurie Debove
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Forêts Notre nouveau livre «Forêts » est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Ces géants immobiles, nichés entre ciel et terre, sont apparus il y a plus de 400 millions d’années. Ils ont été les premiers à peupler notre planète. Ils ont traversé les âges, les tempêtes, un climat aussi varié que puissant, mais ils ne résisteront peut-être pas au passage de l’être humain, qui est en train d’anéantir les écosystèmes les plus riches de la terre. Ingénieur forestier, botaniste, mycologue, philosophe, journaliste, photographe, cultivateur : des plumes scientifiques et poétiques se sont unies pour vous proposer un tour d’horizon le plus complet possible sur notre monde végétal. Des sujets variés pour comprendre nos plus fidèles alliés, savoir comment les protéger et créer, peut-être, un sursaut collectif en devenant des gardiens de la forêt.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^