Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

Des centaines d’activistes ont empêché les actionnaires de Total de faire leur AG à Paris

Un véritable face-à-face idéologique mais aussi générationnel : alors que les militants climats étaient en moyenne âgés d’une vingtaine d’années, les actionnaires eux affichaient pour la plupart 65 ans bien passés. Les plus acariâtres sont restés de marbre face aux injonctions de la jeunesse leur demandant de penser à leurs petits-enfants.
25 mai 2022 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Générations, notre nouveau livre qui marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde

- Thème : Changements climatiques, répression policière, inégalités, agroécologie, politique, féminisme, nature…
- Format : 290 pages
- Impression : France

Commander

Ce matin, 250 activistes pour le climat se sont réunis devant la salle Pleyel où les actionnaires de Total avaient rendez-vous pour l’AG du Groupe. La major pétrolière a dû l’annuler en présentiel et les actionnaires sont restés à la porte, une victoire symbolique pour les militants. Ils et elles dénoncent les faiblesses du plan climatique du groupe pétrolier français et l’impact désastreux de son méga-projet EACOP en Ouganda.

L’assemblée générale de TotalEnergies restera gravée dans les annales du groupe. Ce matin, devant les portes de la Salle Pleyel où elle devait avoir lieu, des centaines de militants écologistes avaient investi la rue et certains s’étaient carrément menottés aux grilles pour empêcher les actionnaires d’entrer sous l’impulsion d’Action Non-Violente COP21, Alternatiba Paris, les Amis de la Terre France, et Greenpeace France ; avec le soutien d’autres organisations du mouvement climat.

La raison de leur présence : le vote du plan climat de l’entreprise, jugé « incompatible avec l’urgence climatique puisqu’il permet le développement de nouveaux projets fossiles et prévoit une baisse anecdotique des émissions de gaz à effet de serre. 70% de ses dépenses d’investissement restent dédiées aux énergies fossiles et sa production d’hydrocarbures va augmenter d’ici à 2030 » explique le ThinkTank Reclaim Finance.

Crédit photo : Denis Meyer

« L’action d’aujourd’hui contre TotalEnergies consacre la mobilisation sans précédent du mouvement climat contre ce groupe, explique Emma Tosini, porte-parole d’ANV-COP 21. Cela prouve bien que ce genre d’entreprise ne pourra plus jamais se réunir tranquillement pour valider, en toute impunité, une stratégie destructrice pour la planète. Les citoyens seront toujours là pour s’y opposer ». 

Avec cette action spectaculaire, les militants espéraient donc faire réfléchir les actionnaires à la portée de leurs décisions… avec plus ou moins de succès. Si certains d’entre eux, plusieurs petits actionnaires, étaient arrivés bien décidés à influencer l’orientation climatique du groupe en cohérence avec la crise écologique en cours, d’autres sont restés arc-boutés dans leurs réflexions, ainsi que le montrent plusieurs échanges vidéos virulents où des actionnaires insultent copieusement les militants déterminés.

Un véritable face-à-face idéologique mais aussi générationnel : alors que les militants climats étaient en moyenne âgés d’une vingtaine d’années, les actionnaires eux affichaient pour la plupart 65 ans bien passés. Les plus acariâtres sont restés de marbre face aux injonctions de la jeunesse leur demandant de penser à leurs petits-enfants. D’autres ont rétorqué que leurs petits-enfants sont heureux de travailler pour les industries pétrolières.

Autres raisons de la colère des manifestants : les investissements du groupe en Russie où TotalEnergies détient 40 % de ses réserves mondiales et mise sur de méga-projets d’extraction et d’exportation de gaz en Arctique russe comme Arctic LNG2, mais également en Ouganda et Tanzanie où TotalEnergies développe le méga-projet EACOP, le plus grand oléoduc de pétrole brut chauffé au monde.

Bombe climatique en puissance, EACOP menace également d’exproprier plus de 16 000 familles et de polluer l’un des plus grands havres de biodiversité d’Afrique, le lac Albert, et le parc des Murchison Falls, le plus vaste et plus beau parc naturel de l’Ouganda. La moindre fuite de pétrole pourrait polluer de façon dramatique les ressources en eau d’un bon quart du continent africain.

Sur place, la zone est déjà devenue ultra-militarisée car la major pétrolière n’a pas hésité à nouer des alliances avec le dictateur au pouvoir depuis 35 ans, et ceci avec la complicité active de l’État français que nous avions documenté dans un précédent article.

« Malgré le danger que représente TotalEnergies, l’entreprise a toujours été soutenue par Emmanuel Macron et son gouvernement, rappelle Elodie Nace, porte-parole d’Alternatiba Paris. Qu’il s’agisse d’aides financières, d’appuis politique ou diplomatique, c’est toute la puissance de l’État qui est mise au service du pétrole et du gaz. Ce n’est pas étonnant car les frontières ne sont pas étanches entre TotalEnergies et l’administration ».

Crédit photo : Denis Meyer

Malgré tous ces écueils et l’énergie déployée par les activistes, 88,9% des actionnaires de TotalEnergies ont approuvé le plan climat de l’entreprise à distance aujourd’hui. Le taux de rejet de la résolution s’établit à 11,1%, en légère hausse par rapport à 2021 (8%).

« Ce résultat semble confirmer que les grands actionnaires de TotalEnergies comme BlackRock, Amundi, AXA et BNP Paribas ne se sont pas opposés au plan de l’entreprise. “L’échec des Say on Climate est emblématique des travers de l’engagement actionnarial : un dialogue sans fin et sans résultats. Les investisseurs doivent réagir en mobilisant tous les moyens à leur disposition : cela implique de voter contre le renouvellement des administrateurs mais aussi de désinvestir lorsque le dialogue avec l’entreprise échoue. Le gouvernement a aussi un rôle à jouer : il faut d’urgence rendre obligatoire l’adoption de stratégies climatiques par les entreprises, fondées sur un cahier des charges et des critères précis afin de mettre fin au greenwashing. » conclut Lucie Pinson de ReclaimFinance

Pourtant, le grand groupe possède les moyens pour changer de stratégie : il a réalisé un bénéfice exceptionnel de 16 milliards de dollars l’an dernier.

Crédit photo couv : Denis Meyer

Lire aussi : L’État français est au service de Total pour son méga-projet écocidaire en Ouganda

25 mai 2022 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Générations Notre nouveau livre « Générations » marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde. Changements climatiques, répression policière, inégalités, capitalisme hors de contrôle : la nouvelle génération va devoir relever des défis inédits, pour certains presque insurmontables. Mais que ressent-elle ? Quel sens donne-t-elle au présent ? Et comment perçoit-elle l’avenir ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre dans ce nouveau livre-journal, « Générations ».
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^