De l’animal machine à l’être sensible : lutter pour des alternatives à l’expérimentation animale

« On reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux » Mahatma Gandhi.
7 avril 2021 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Fin février, la France a enfin adopté une « charte de transparence » sur l’expérimentation animale. Un maigre engagement comparé à l’omerta qui règne encore en maître dans les laboratoires pratiquant l’expérimentation animale. En France, cette pratique a lieu sur environ 2 millions d’animaux par an, et 12 millions en Europe – en plus de ceux qui sont tués pour étudier leurs tissus ex vivo. Face au manque de transparence, des associations écologistes luttent à présent pour mettre fin à ces pratiques barbares et développer des alternatives éthiques. Un article de Liza Tourman.

L’expérimentation animale, un projet détourné par les industriels

Dans un passé pas si lointain, à l’ère de la toutepuissance de l’industrie du tabac où cette dernière nous rendait encore en bonne santé ; une partie de la communauté scientifique se rassemblait afin de prouver ce que l’on peut nommer sans scrupules une majestueuse entourloupe.

Comment ces derniers s’y prenaient-ils ? En sollicitant une aide précieuse et innocente : celle des animaux. Ils badigeonnaient les souris de goudron, engendrant ainsi des cancers ou encore en forçant des singes attachés solidement au cou à fumer en non-stop.

Depuis, fort des combats des associations de protection des animaux, il y a eu des avancées sur la réglementation encadrant l’expérimentation animale. Mais qu’en est-il entre réalité et dissimulation ? Et surtout, des points de vue qui séparent les individus dans leur rapport aux animaux ?

Au sein de l’union européenne, la répartition des cobayes utilisés est faite ainsi : 90 % sont des souris, des rats, des poissons ou encore des oiseaux ; 10 % sont des lapins, des cochons d’Inde ou encore des poulets. Et un infime pourcentage mais représentant tout de même des dizaines de milliers de victimes sont des chiens, des chats ainsi que des singes.

En 2017, plus de 30 % des primates subissant des expériences dans l’Union européenne se trouvaient ainsi en France. De même, notre pays est le plus gros « consommateur » de chats parmi nos voisins, deuxième plus important pour les chiens après le Royaume-Uni.

Avec l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, La Belgique est l’un des pays de l’UE le plus concerné par cette thématique. Aujourd’hui, plus de 538 000 animaux sont soumis chaque année à des expérimentations dans ses laboratoires.

S’appuyant sur l’argument de la biologie fondamentale, les chercheurs justifient les tests comme ceux de toxicité, de virologie, de traitements oncologiques (anti-cancéreux) comme nécessaires à la recherche et au développement.

En 2017, 1856 tests ont été effectués sur des chiens, et 82 536 expériences ont été considérées par les chercheurs comme octroyant des souffrances « graves » aux animaux. Enfin, 157 496 souris ont été élevées et tuées sans avoir subi d’expériences.

Les défendeurs de l’expérimentation animale se targuent qu’elle est le b.a.-ba des avancées scientifiques et la panacée de la lutte contre les maladies graves. Permettant de comprendre ces dernières et de développer ainsi les moyens de les éviter ou de les soigner.

Pourtant, une analyse récente publiée dans le BMJ a souligné le manque d’éléments convaincants qui prouveraient que les essais sur les animaux sont bénéfiques aux humains ou constituent une utilisation efficace des moyens à disposition de la recherche.

En 2015, PETA avait défrayé la chronique en révélant les expérimentations menées sur des chats par un laboratoire de l’Université de Wisconsin–Madison. Face à la polémique, l’expérience s’était terminée et les félins relâchés. Crédit : PETA

La trop faible réglementation de l’expérimentation animale

En Belgique, la mise en place du code Wallon le 1er janvier 2019 élaboré par le ministre Di Antonio, encadre désormais l’expérimentation animale. Les établissements doivent être agréés, les chercheurs soumettre leur projet de recherche à l’autorisation préalable d’une commission d’éthique locale, et une check-list de contrôle est élaborée par un expert qui transmet un rapport trimestriel au département du bien-être animal.

Aussi, une cellule locale est mise en place pour appliquer les recommandations du dit expert. Les utilisateurs doivent désormais appliquer le principe des 3R : Remplacement, Réduction, Raffinement.

Son but ? Limiter les nombres d’animaux utilisés et recourir à des méthodes alternatives qui n’utilisent pas d’êtres vivants ou le moins possible. Pourtant, les chiffres, en constante augmentation des dernières années, prouvent qu’il n’y a pas de réelle volonté de trouver d’alternative à ces pratiques.

Ainsi, derrière cet écran de fumée insufflé par la mise en place de lois, réglementations et de démonstrations de bonne volonté des chercheurs, on décèle une réalité moins idéale que celle écrite sur le papier.

Penchons-nous du côté des associations de défense des animaux qui se battent au quotidien pour révéler aux citoyens les sévices que subissent les animaux et qui sont payés en partie par leur impôt ; alors qu’un récent sondage a démontré que 68 % des européens sont opposés à ces méthodes cruelles.

En 2016, une membre de Gaïa a infiltré l’université libre néerlandophone de Bruxelles (VUB) au campus de Jette. Grâce à une caméra cachée, elle révèle au monde les atrocités qui y sont perpétrées : les comportements anormaux et démentiels des rongeurs dus à des conditions de vie plus qu’insalubres.

Parfois à plus de 17 dans les cages, les animaux se battent, s’automutilent, se dévorent entre eux et se blessent alors même qu’ils n’ont subi aucune expérience.

Après avoir questionné plusieurs chercheurs, il s’avère que les trois-quarts d’entre eux ne peuvent même pas quantifier le niveau de douleur qu’ils infligent aux animaux entre 1 et 4. Quand il y a surplus d’animaux, on les décapite ou on les euthanasie en les plaçant dans des congélateurs pour qu’ils meurent.

Pendant la période couverte par cette enquêtrice, elle n’a pu constater qu’un seul contrôle. Le responsable avait été prévenu une semaine à l’avance, laissant amplement le temps aux chercheurs de camoufler la vérité.

De nombreuses associations comme Gaïa, PETA, S.E.A, One Voice, 30 millions d’amis ou XR Animal se mobilisent pour l’arrêt de de la recherche effectuée sur les animaux :

« La plupart d’entre nous n’accepterait pas que des millions d’êtres humains naissent chaque année dans le seul but d’être soumis contre leur gré à des tests dangereux et invasifs. Alors, pourquoi accepterions-nous que des animaux non humains soient privés de nourriture, d’eau ou de sommeil, ou bien soient empoisonnés, brûlés, gazés ou électrocutés avant d’être enfin tués ?», estime Peta.

Crédit photos : AvyWildRebel

Pour répondre à ces attentes sociétales, les laboratoires se tournent désormais vers des animaux génétiquement modifiés qui ressentiraient moins la douleur, comme les poissons zèbres. Seulement, cette « alternative » fait face à deux écueils.

D’un point de vue éthique, nous pouvons ouvertement nous poser la question de la légitimité de ces expériences à partir du moment où souffrance il y a, peu importe sa quantification.

D’un point de vue pratique, ces fameux poissons zèbres ne partagent que 75 % du patrimoine génétique humain. Sachant que des expériences sur d’autres animaux avec un patrimoine génétique plus proche du nôtre sont invalidés par la science, la question de leur pertinence se pose largement.

De plus, les coûts engendrés par les conditions d’élevage sont terriblement élevés. Privilégier la libération de fond pour la recherche de méthodes alternatives sans animaux et moins coûteuses s’avère donc être la solution.

Pour l’heure, les habitudes ont la peau dure et les politiques tardent à mettre en place des mesures nécessaires à un changement structurel, comme en témoigne le gel du projet proposé par la ministre du bien-être animal belge Céline Tellier et qui constitue le chapitre VIII du code Wallon.

Ce dernier propose de taxer l’expérimentation animale, de prévoir un financement en faveur de méthodes innovantes sans animaux (travail en culture cellulaires humaines (in vitro), l’analyse de génome humain, la bio-informatique ou l’utilisation de la « banque d’organoïdes » etc …) qui seraient fiables dans la mesure où le patrimoine génétique serait humain.

Sous la pression tenace de nombreux scientifiques, la ministre a dû suspendre son arrêté pour le repousser au mieux à 2022/2023. Il serait donc convenable de se demander pour quelles raisons tant de voix se sont élevées contre ce projet alors que ces mêmes protestations se disent engagées et ouvertes à l’amélioration de la cause animale. Duplicité ?

Dans ce contexte obscur, de nombreux militants et experts du monde animal luttent pour que les citoyens et les autorités compétentes et indépendantes (vétérinaires, associations de protection de animaux, etc.) s’emparent de ce sujet si important et éthique et établissent eux-mêmes des lois régissant les questions sur l’expérimentation animale.

Des associations comme XR Animal (Collectif extinction Rébellion animale), ont ainsi récemment mené une action dans plusieurs universités belges dont celles de Liège pour dénoncer l’opacité et l’absence de démocratie qui flottent autour de ces institutions : un cimetière animal, une procession mortuaire, des stèles avec des photos de souris, de chiens, de singes, de poissons ont été déposées dans ces institutions, lieux symboliques de ce combat.

Crédit : Cruelty Free International – SOKO-Tierschutz.

En France, l’association One Voice a révélé en mars 2021 le rôle de la plateforme Silabe, un établissement de l’Université de Strasbourg, dans le commerce international des singes pour l’expérimentation animale.

Selon les informations recueillies par l’ONG et Action for Primates, cette plateforme importe et revend chaque année plus d’un millier de macaques à longue queue à d’autres laboratoires de recherche européens.

 » Ce sont de très jeunes primates qui font le voyage. Beaucoup de ceux venus de Maurice ont à peine un an et demi. De très frêles individus pesant deux kilos environ sont envoyés par « lots », dans des caisses sans confort, loin de l’attention et de la protection de leur mère. Le temps et les conditions de transport sont terriblement éprouvants pour les petits : stress, peur, etc. Et qu’est-ce qui les attend ? Les paillasses carrelées froides des laboratoires, des trépanations, des contentions insupportables, des produits irritants, des électrodes inquiétantes, des médicaments-poisons… Les singes ayant beaucoup de valeur pour les chercheurs, les survivants sont parfois vendus à d’autres laboratoires pour encore des années d’expériences. Pour finir, l’euthanasie ou l’abattage les attend, sans qu’ils entrevoient la moindre issue, la moindre retraite… » explique One Voice

Maigre consolation, la France a adopté fin février 2021 une « charte de transparence » sur l’expérimentation animale. En effet, les amendes prévues en cas de non-respect de certaines règles sont tellement dérisoires (d’un maximum de 450 à 750 euros), et si peu mises en oeuvre, qu’il n’existe aucun véritable garde-fou pour contrôler les expérimentations animales dans l’Hexagone.

A l’aube de la sixième extinction de masse, du réchauffement climatique qui se rapproche de nous à vitesse grand V. Au milieu d’une pandémie où la course aux vaccins représente plus qu’une question d’actualité, n’est-il pas évident que la thématique de l’expérimentation animale est devenue plus urgente que jamais ? Souhaitons-nous vraiment que les animaux soient les victimes de nos erreurs ou les épargnerons-nous en mettant nos efforts et notre argent dans la recherche de méthodes alternatives à l’expérimentation en laboratoire sur des êtres vivants et doués de sensibilité ?

7 avril 2021 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^