Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Dans l’Arctique russe, cannibalisme en hausse chez les ours blancs

Ce ne sont pas les ours polaires adultes qui sont menacés par cette augmentation du cannibalisme, mais les oursons qui se font manger par les mâles affamés.
27 février 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Dans l’Arctique russe, la crise climatique est plus rapide qu’ailleurs. En conséquence, les ours polaires se tournent de plus en plus vers le cannibalisme pour se nourrir, alors que l’activité humaine rétrécit leurs terrains de chasse dans la région.

Souvent méconnus du grand public, les cas de cannibalisme sont observés depuis longtemps chez les animaux : les hippopotames, les salamandres tigrés, l’ours lippu, les chimpanzés et les ours polaires. Mais bien que le cannibalisme soit un élément reconnu du comportement naturel des ours polaires, sa fréquence a fortement augmenté ces dernières années alertent les scientifiques de l’Académie Russe des Sciences.

« Des cas de cannibalisme parmi les ours blancs sont avérés depuis longtemps. Mais alors qu’ils étaient auparavant rarement constatés, ils le sont maintenant assez souvent, ce qui nous inquiète. » a affirmé mercredi Ilia Mordvintsev, de l’Institut de l’écologie et de l’évolution Severtsov de Moscou.

Pour les chercheurs, c’est le développement effréné de la péninsule de Yamal et du golfe d’Ob par les sociétés pétrolières et gazières ayant dégradé les terrains de chasse de l’ours polaire qui ont ainsi perturbé leurs habitudes alimentaires.

Crédit : Annie Spratt

En effet, la région est un haut lieu de développement pour les principaux producteurs de gaz et pétrole comme Gazprom et Novatek. L’Arctique est ainsi devenu une priorité économique et militaire stratégique de la Russie.

« Maintenant la glace dans le golfe de l’Ob, qui avait toujours été une terre de chasse pour les ours blancs, est brisée toute l’année. » a précisé la scientifique Ilia Mordvintsev

Les chercheurs n’ont pas donné de chiffres précis, mais se sont appuyés sur les témoignages de plus en plus nombreux de personnes ayant observé le phénomène. Ironie du sort, ce sont les employés des compagnies pétrolières et gazières, mais aussi les fonctionnaires du Ministère de la Défense Russe, qui en sont les principaux observateurs.

Le gouvernement russe a précisé que le pays se réchauffe 2,5 fois plus vite que le reste du monde. Selon un autre expert russe, Vladimir Sokolov, la taille des glaces arctiques en fin d’été a ainsi baissé de 40% lors des 25 dernières années. Il a évoqué la possibilité qu’à l’avenir les ours blancs ne chassent plus sur la banquise, mais uniquement sur les côtes ou les archipels de haute latitude.

Fait préoccupant : ce ne sont pas les ours polaires adultes qui sont menacés par cette augmentation du cannibalisme, mais les oursons qui se font manger par les mâles affamés. Moins grandes et moins fortes que les mâles, les mamans ourses n’arrivent pas à défendre leur progéniture de ce phénomène, et assistent impuissantes à leurs enfants dévorés sous leurs yeux, comme en témoigne une vidéo perturbante réalisée par National Geographic lors d’une expédition en 2015.

Une ourse essaie de protéger son petit – Extrait de la vidéo National Geographic

Déjà classés vulnérables sur la liste rouge de l’IUCN, les ours polaires affaiblis sont moins fertiles et les mères ont un taux de mortalité des nouveau-nés plus élevé, ce qui empêche les populations de se renouveler. Le cannibalisme sur les oursons risque de contribuer encore plus à ce phénomène.

Un mâle dévore un ourson – Extrait de la vidéo de National Geographic

Pour les scientifiques,si l’Arctique continue de se réchauffer, les deux-tiers des ours polaires pourraient mourir au cours de ce siècle. Et l’appétit des industries des énergies fossiles pour les ressources de la région ne font que précipiter leur perte.

27 février 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Guide pour faire échouer des projets contre-(la)-nature Ce nouveau guide de résistance vous explique toutes les techniques pour faire échouer des grands projets écocidaires. Autoroutes, supermarchés, entrepôts Amazon, vagues artificielles à quelques kilomètres de l’océan : alors que le réchauffement climatique arrive, il est primordial de protéger le peu de nature qu’il nous reste. Se basant sur son expérience et ses années de militantisme, François Verdet a regroupé étape par étape toutes les techniques nécessaires pour faire échouer des projets contre la nature.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^