Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

Venise veut mettre fin au tourisme de masse

Même après confinement, les voyages organisés ne reprendront pas immédiatement. Dès lors le tourisme de proximité pourrait bien se développer, moins par conscience environnementale que par nécessité.
21 avril 2020 - Sarah Roubato
Forêts est le seul livre en France à faire un tour d’horizon aussi complet sur notre monde végétal. Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation… bien d’autres sujets vous attendent pour vous émerveiller et vous donner une dose d’inspiration positive.

- Thème : Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation, santé…
- Format : 300 pages
- Impression : France

Commander

Elle a tout de suite été l’un des symboles du silence retrouvé dans les villes, et de la nature en répit. Venise, la ville aux 30 millions de visiteurs par an, est vide depuis cinquante jours. Vide ? Pas tout à fait. Les habitants retrouvent leur ville autrement que comme un musée où se ruent les touristes descendant des avions et bateaux-immeubles.

Certes le confinement est respecté et ce n’est pas à proprement parler une vie de village qui s’installe, mais d’un coup, on peut se croiser, se reconnaître dans le quartier, distinguer les contours de la place San Marco où les oiseaux prennent un bain de soleil à défaut d’être gavés par les touristes.

Dans une Europe qui reste le premier marché mondial du tourisme plus de 700 millions de touristes par an, qui concentre 50% du tourisme mondial, la crise du coronavirus va porter une atteinte sévère au secteur. 1 milliard d’euros par mois selon le commissaire européen en charge du marché unique et du numérique. L’Italie perdrait 7,4 milliards d’euros en trois mois.

À Venise, les élus et les habitants se demandent si ça n’est pas l’occasion de changer de politique. Le maire-adjoint de Venise chargé du développement économique déclare que :

« c’est l’occasion d’aller vers un tourisme intelligent, avec des touristes qui prennent le temps de comprendre et ainsi sortir des circuits frénétiques d’autrefois »

Prendre le temps, autrefois… on le disait dès le départ, toute crise amène des questionnements et peut être l’occasion de changements radicaux. Le rapport au temps et à l’espace sont radicalement interrogés durant cette période de confinement. Mais les acteurs de l’industrie du tourisme – hôtels, agences de voyage, musées, compagnies aériennes – ne le verront pas du même oeil. Pour eux le tableau de clés vides sonne le glas de leurs métiers.

A Venise, les habitants respirent aussi sans tourisme de masse – crédit : Tj Holowaychuk

Le tourisme est une économie difficilement maîtrisable, et extrême dans les profits comme dans les dégâts qu’elle génère. Elle fait le bonheur de certains locaux et le malheur des autres.  À Venise comme à Barcelone ou Amsterdam, tandis que les hôteliers et restaurateurs font le plein, l’artisanat et le commerce local sont écrasés, les dégâts environnementaux sont massifs, et la vie locale n’existe plus.

Bien sûr, même après confinement, les voyages organisés ne reprendront pas immédiatement. Les mesures de distanciation devront être respectée pendant au moins un an même si les gens pourront à nouveau se déplacer.

Qu’on souhaite le retour du tourisme de masse ou pas, il va falloir inventer d’autres manières de faire.

C’est peut-être là que les défenseurs d’un tourisme responsable et ceux qui souhaitent le retour du tourisme de masse, vont devoir s’entendre. Que ce soit en attendant que la frénésie reprenne ou bien dans l’optique de changer durablement la politique touristique, il faudra bien trouver une autre manière de vivre la ville et de relancer l’économie, dans la période qui suivra immédiatement le confinement.

Dès lors le tourisme de proximité pourrait bien se développer, moins par conscience environnementale que par nécessité. Pour la Terre, peu importent les motivations, cela fera du bien quand même. Comme souligne l’écrivaine française Arielle Butaux installée à Venise :

« Il ne serait pas juste d’empêcher les touristes de revenir à Venise, mais il serait profondément injuste de continuer à spolier les vénitiens de leur ville. Ce n’est pas possible qu’on ait des artisans extraordinaires à Murano et que ces gens-là se fassent damer le pion par de la verroterie qui vient de Chine et qui retourne en Chine. On marche sur la tête. »

Comment mettre en valeur un patrimoine sans l’abîmer ? Comment faire que ces lieux magnifiques restent des lieux de vie au lieu d’être des lieux sans vie accueillant des hordes de touristes qui vivent d’une ville à l’autre la même expérience ? De la cité des doges aux villages de France eux aussi victimes de la montée des prix et désertés en dehors des touristes, un débat idéologique culturel et identitaire va avoir lieu.

21 avril 2020 - Sarah Roubato
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Forêts Notre nouveau livre «Forêts » est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Ces géants immobiles, nichés entre ciel et terre, sont apparus il y a plus de 400 millions d’années. Ils ont été les premiers à peupler notre planète. Ils ont traversé les âges, les tempêtes, un climat aussi varié que puissant, mais ils ne résisteront peut-être pas au passage de l’être humain, qui est en train d’anéantir les écosystèmes les plus riches de la terre. Ingénieur forestier, botaniste, mycologue, philosophe, journaliste, photographe, cultivateur : des plumes scientifiques et poétiques se sont unies pour vous proposer un tour d’horizon le plus complet possible sur notre monde végétal. Des sujets variés pour comprendre nos plus fidèles alliés, savoir comment les protéger et créer, peut-être, un sursaut collectif en devenant des gardiens de la forêt.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^