Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Permis rejeté pour le projet géant de forage pétrolier en Alaska

Revers inattendu pour ConocoPhillips. Mercredi 18 août, une juge fédérale a retiré à la firme pétrolière américaine plusieurs autorisations de forer dans le nord de l’Alaska, estimant que les impacts environnementaux du projet ont été sous-évalués.  Il s’appelait « Willow », le nom anglais du saule. Approuvé en octobre 2020 par Donald Trump et confirmé en mai dernier […]
25 août 2021 - Augustin Langlade
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Revers inattendu pour ConocoPhillips. Mercredi 18 août, une juge fédérale a retiré à la firme pétrolière américaine plusieurs autorisations de forer dans le nord de l’Alaska, estimant que les impacts environnementaux du projet ont été sous-évalués. 

Il s’appelait « Willow », le nom anglais du saule. Approuvé en octobre 2020 par Donald Trump et confirmé en mai dernier par son successeur, Joe Biden, ce méga-projet de forage devait s’installer à l’ouest de Prudhoe Bay, en Alaska, sur les immenses steppes qui bordent l’océan Arctique. 

Situé au cœur d’une réserve nationale pétrolière fondée en 1923, à proximité de Nuiqsut, une communauté autochtone où l’on chasse encore le caribou migrateur, le site convoité est équivalent à la superficie de la Belgique et des Pays-Bas réunis. 

Jusqu’à la semaine dernière, ConocoPhillips comptait y répartir cinq zones de forage, d’où seraient sortis, dès 2024, quelque 160 000 barils de pétrole par jour pendant une trentaine d’années. 

De plusieurs milliards de dollars, le chantier exigeait de construire, autour des puits, une usine de traitement, une mine de graviers, une piste d’atterrissage, mais aussi des centaines de kilomètres d’oléoducs et de routes, sous lesquelles auraient été enterrés autant de kilomètres de tubes réfrigérants censés garder la toundra, de plus en plus chaude, assez gelée pour être praticable.    

Lire aussi : « L’État français s’apprête à subventionner une gigantesque usine à gaz dans l’Arctique russe »

Peu après son approbation par l’administration de Donald Trump, des autochtones de l’Alaska et des associations environnementales avaient poursuivi en justice le projet. Ce recours avait conduit, en février 2021, la Cour d’appel des États-Unis pour le neuvième circuit à suspendre toute construction, le temps, pour les juges, d’examiner le dossier. 

Dans une décision de 110 pages très attendue, la juge fédérale Sharon L. Gleason, nommée par Barack Obama à la cour de district d’Anchorage, en Alaska, a finalement annulé les autorisations délivrées par le président républicain, donnant de facto raison aux organisations écologiques. 

Forage pétrolier sur la pente nord – David Gaylor

Selon Sharon Gleason, explique le Washington Post, les déclarations d’impact environnemental des agences fédérales, notamment le Bureau of Land Management (BLM) qui gère les terrains publics, n’étaient pas conformes à « deux lois historiques », le National Environmental Policy Act et l’Environmental Protection Act, qui encadrent toute la politique écologique des États-Unis.   

Lire aussi : « L’ Arctique se réchauffe deux fois plus vite que prévu mais la Russie inaugure une nouvelle raffinerie de gaz »

Dans le viseur de la cour : le Fish and Wildlife Service, l’organisme en charge de la protection de la faune, qui avait considéré, l’année dernière, que le méga-projet de forage ne nuirait pas aux très fragiles ours polaires et à leur habitat essentiel, localisé près des côtes alaskaines. Sharon Gleason a constaté, dans sa décision, que l’agence fédérale n’avait pas correctement évalué l’impact réel que le projet pourrait avoir sur cette espèce aussi menacée que protégée, ni détaillé les mesures d’atténuation qui seraient mises en œuvre pour la protéger.  

Pour mesurer la pollution globale des forages de ConocoPhillips, le BLM se serait quant à lui servi d’un modèle d’estimation des émissions de gaz à effet de serre (GES) « arbitraire », « capricieux », mais surtout obsolète, car rejeté par la même cour de justice dans une affaire semblable. 

Il s’agit du projet « Liberty » : fin 2020, les promoteurs de cette opération pétrolière en mer de Beaufort avaient été accusés d’avoir exclu de leur évaluation environnementale l’impact que la consommation de leur pétrole dans les pays étrangers aurait eu sur les émissions globales de GES.        

En ce sens, le gouvernement fédéral aurait « indûment approuvé le projet » Willow et échoué à « analyser de façon adéquate toutes ses alternatives », une exigence pourtant « au cœur de l’étude d’impact environnemental ».  

Lire aussi : « Victoire juridique de paysans nigérians contre le pétrolier Shell »

De par son ampleur excessive et ses dommages potentiels, l’opération Willow est devenue, selon les termes imagés du New York Times, « un paratonnerre politique et environnemental » pour l’administration de Joe Biden, à laquelle de nombreux observateurs reprochent de prendre des décisions contraires à ses promesses de campagne. 

« C’est une victoire retentissante pour nos clients et le climat », a écrit Jeremy Lieb, avocat d’Earthjustice, qui représentait différents plaignants au procès. « Nous espérons que l’administration Biden saisira cette occasion pour reconsidérer le projet à la lumière de son engagement à faire face à l’urgence climatique. »

Bridget Psarianos, avocate de six autres plaignants dont le Mouvement Iñupiat souverains pour un Arctique vivant, espère elle aussi que le président américain, à l’avenir, « honore[ra] ses promesses électorales », en prenant « des décisions fondées sur la science » et en répondant aux « préoccupations des populations autochtones ». La multinationale ConocoPhillips n’a pas encore annoncé comment elle réagirait à cette décision de justice.

25 août 2021 - Augustin Langlade
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Guide pour faire échouer des projets contre-(la)-nature Ce nouveau guide de résistance vous explique toutes les techniques pour faire échouer des grands projets écocidaires. Autoroutes, supermarchés, entrepôts Amazon, vagues artificielles à quelques kilomètres de l’océan : alors que le réchauffement climatique arrive, il est primordial de protéger le peu de nature qu’il nous reste. Se basant sur son expérience et ses années de militantisme, François Verdet a regroupé étape par étape toutes les techniques nécessaires pour faire échouer des projets contre la nature.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^