Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Nanaia Mahuta devient la première femme māori ministre des Affaires étrangères

Nanaia Mahuta est « profondément ancrée dans sa whakapapa (concept māori se référant à la généalogie, aux liens entre les êtres vivants). C’est une personne profondément intègre, très solide sans pour autant le montrer, endurante et marquée par des valeurs fortes. »
5 novembre 2020 - Marine Wolf
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Après un succès électoral éclatant, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a créé la surprise ce lundi 2 novembre en présentant un nouveau gouvernement diversifié qui comprend, pour la première fois, une femme autochotone comme Ministre des affaires étrangères : Nanaia Mahuta.

Une brillante diplomate

Elue pour la première fois comme parlementaire en 1996, Nanaia Mahuta a déjà brigué plusieurs mandats, dont celui de ministre du Développement māori et ministre des gouvernements locaux. Nommée en 2017 au sein du gouvernement Ardern, elle avait alors prêté serment en langue māori. Elle était là aussi la première femme à accéder à cette fonction.

En se penchant sur sa carrière politique, les observateurs remarquent que son goût pour la diplomatie ne vient pas de nulle part. Sa jeunesse a été marquée par son père, Robert Mahuta, négociateur de premier plan pour la cause du peuple Tanui. Elle-même a défendu les Tainui et les Tainui-Waikat durant des décennies, assistant son père dans ses travaux de recherche.  

L’an dernier, son rôle a été déterminant dans les discussions autour de la « Three Waters reform » ; destinée à améliorer la qualité de l’eau potable, réduire les pertes d’eau et mieux recueillir l’eau de pluie.

Il s’agissait alors de réduire le nombre de fournisseurs en les regroupant en de plus grandes entités, plus efficaces. À cette occasion, selon ses collaborateurs, Nanaia Mahuta a montré d’impressionnantes qualités de négociation et d’écoute.

Interrogé sur celle qui a été sa collègue pendant 17 ans, David Cunliffe, ancien dirigeant du Labour Party, s’est enthousiasmé de sa nomination. Selon lui :

Nanaia Mahuta est « profondément ancrée dans sa whakapapa (concept māori se référant à la généalogie, aux liens entre les êtres vivants). C’est une personne profondément intègre, très solide sans pour autant le montrer, endurante et marquée par des valeurs fortes. »

En 2016, Nanaia Mahuta a choisi de porter un moko kauae, tatouage du menton réservé aux femmes dans la culture māori. Chargés de symboles, les moko contiennent des informations sur les ancêtres de la personne qui le porte, sur son statut et son histoire personnelle.

Pour Rukuwai Tipene-Allen, journaliste politique à la télévision māori, le tatouage de la nouvelle ministre a un impact fort.

« Cela montre que notre culture a une place à l’international. », s’est-elle enthousiasmée. « La personne que les gens verront d’abord sur la scène internationale sera quelqu’un qui parle comme un Māori et qui ressemble à un Māori. Le visage de la Nouvelle-Zélande est autochtone ».

Meka Whaitiri & Nanaia Mahuta – Crédit : Nevada Halbert

Un nouveau gouvernement diversifié

Cette nomination intervient dans le contexte du second mandat de Jacinda Ardern, suite aux élections générales du 17 octobre. A la tête du pays depuis 2017, la Première Ministre a mené le New Zealand Labour Party (social-démocrate) à un triomphe historique. Les travaillistes ont en effet obtenu leur meilleur score depuis 1946.

En remportant 64 des 120 sièges du Parlement, le parti est aussi devenu le premier à y obtenir la majorité depuis 1996, date à laquelle le système politique actuel a été mis en place.

Deux semaines après ces élections, Jacinda Ardern a pu ainsi constituer une équipe sans les populistes, avec lesquels elle avait dû difficilement composer lors de son précédent mandat.

Avec ce remaniement, la Première ministre se pose encore une fois comme précurseur dans le milieu politique. Les femmes occupent 8 des 20 postes du nouvel exécutif, soit 40%, alors que dans le monde la moyenne globale est de 25%.

Les personnes LGBTQIA + représentent pour leur part près de 15 % du gouvernement. Parmi eux Grant Robertson, ouvertement homosexuel, occupe le poste crucial de vice-premier ministre. Numéro 2 du gouvernement, celui-ci est chargé de suppléer Jacinda Ardern quand elle se trouve à l’étranger.

Les Maoris, quant à eux, représentent 25 % des élus, tandis qu’en Nouvelle-Zélande les autochtones représentent 15% de la population.

« Il s’agit d’un gouvernement dont les membres ont été nommés à cause de leur mérite », a déclaré Jacinda Ardern, « Il se trouve qu’il est aussi incroyablement diversifié, et j’en suis fière. Ces ministres reflètent la Nouvelle-Zélande qui les a élus ».

5 novembre 2020 - Marine Wolf
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^