Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

L’une des plus vieilles grizzly sort de l’hibernation avec 4 oursons

Quand on sait qu’en 1975 ils n’étaient que 150 grizzlys à Yellowstone, on comprend que 399, qui a eu à ce jour 27 descendants, soit essentielle à la survie de son espèce. À ce jour elle est grand-mère et pourrait bien être bientôt arrière grand-mère.
12 juin 2020 - Sarah Roubato
Forêts est le seul livre en France à faire un tour d’horizon aussi complet sur notre monde végétal. Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation… bien d’autres sujets vous attendent pour vous émerveiller et vous donner une dose d’inspiration positive.

- Thème : Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation, santé…
- Format : 300 pages
- Impression : France

Commander

Elle est l’un des individus les plus âgés vivant en liberté. 399 est son nom. C’est une ourse grizzly, et il y a quelques semaines, elle a fait aux humains une très grande surprise. Au parc de Yellowstone, le photographe Thomas Mangelsen a réussi à la prendre en photo au début du printemps, n’en croyant pas ses yeux : à 24 ans, la vénérable 399 va bien et en plus elle a donné naissance à quatre oursons.

Le grizzly, une espèce encore fragile

Comme Echo l’éléphante, matriarche, observée pendant près de 30 ans par l’éthologue Cynthia Moss, 399 tient une place particulière parmi les observateurs de la vie sauvage. Car il est certains individus qui deviennent des guides dans la compréhension d’une espèce.

Ils ont souvent un caractère hors du commun, font des choses qu’on n’avait jamais observées, et surtout, se laissent observer. Ils développent une confiance dans les êtres humains qui les observent et ne briment pas leurs comportements devant eux.

On ne trouve les ours grizzly qu’aux États-Unis et au Canada. Il y en aurait entre 30 000 et 45 000. Lorsqu’il devient président, Thomas Jefferson, auteur de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis, assouvit un rêve du philosophe et chercheur qu’il était : explorer l’ouest.

Il convainc le Congrès d’allouer 2500 dollars pour une expédition, la fameuse expédition Lewis et Clark, qui dura deux ans, fut difficile et exceptionnelle. C’est au cours de cette expédition que le monde occidental eut pour la première fois une description de l’ours grizzly, qu’ils appellent alors ursus horribilis, l’ours horrible, décrivant sa férocité.

Le grizzly passe l’hiver dans un état de semi-hibernation, ayant accumulé la graisse. Il est le seul ours qui ne dort pas profondément pendant cette période. Il se nourrit de poissons, d’insectes, de petits mammifères, de baies et de racines, et ira plus volontiers disputer une proie aux loups que de chasser lui-même. Les grizzlys vivent en solitaire, s’accouplent au printemps, les petits naissent pendant l’hibernation.

Les ours grizzly de Yellowstone sont considérés comme espèce menacée depuis 1975. En juillet 2017, ils ont été retirés de cette liste par les services américains US Fish & Wildlife Service, ouvrant la voie à des chasses à l’ours qui étaient prévues à l’automne 2018.

Les protecteurs de l’ours se sont mis en action et en septembre, juste avant la chasse, la décision est reboutée par un juge fédéral. En juillet 2020, la cour d’appel de San Francisco a décidé de maintenir jusqu’à nouvel ordre cet ours sur la liste des espèces protégées. Une victoire décisive pour la conservation de l’espèce.

399 et ses 4 oursons. Source : gregbalvin

399, une mère exceptionnelle

Quand on sait qu’en 1975 ils n’étaient que 150 grizzlys à Yellowstone, on comprend que 399, qui a eu à ce jour 27 descendants, soit essentielle à la survie de son espèce. À ce jour elle est grand-mère et pourrait bien être bientôt arrière grand-mère.

Thomas Mangelsen photographie 399 depuis près de 15 ans. Il vit depuis plus de 40 ans dans la petite ville de Jackson, dans le Wyoming, en bordure des parcs de Grand Teton, Caribou-Targhee, Bridger-Teton et le fameux Yellowstone. C’est lui qui fait connaître au public 399 dans son livre Les Grizzlies de Pilgrim Creek.

L’histoire de 399 et des hommes est faite de rencontres inattendues et miraculeuses. Au printemps 2013, le photographe part à sa recherche dans des milliers de kilomètres de zone qu’il ne peut que survoler. Un jour la voilà, sur une lisière de forêt avec… trois nouveaux oursons.

Quelques mois plus tard elle apparaît sur un pont, et le traverse avec ses trois petits, sous l’oeil médusé de ceux qui s’y trouvent.

Un succès à double tranchant

Le livre de Mangelsen s’est vendu à des millions d’exemplaires et a été salué par la critique et notamment la célèbre primatologue Jane Goodall. Mais ce type de succès est toujours à double tranchant pour les animaux. En effet, pour sensibiliser le grand public à l’importance de préserver la vie sauvage, les scientifiques doivent faire de la vulgarisation, et raconter de belles histoires.

Les grands mammifères vont toujours attirer plus de gens. Ainsi, chers lecteurs, vous serez plus nombreux à lire cet article qu’un article sur des poissons ou des insectes, bien que leur préservation soit tout aussi essentielle que celle des ours.

Quand un scientifique parvient, par un livre ou un film, à faire d’un animal sauvage une célébrité, il crée en même temps un nouvel objet de consommation de masse. 

Le seul tourisme du loup engendre 35.5 millions de dollars par an. Dans les boutiques à souvenir, les peluches d’ours et de loups ont beaucoup de succès. Le parc de Yellowstone accueille 4.2 millions de visiteurs par an. Le but des touristes : pouvoir photographier les animaux, et les célébrités en particulier.

L’animal sauvage devient exactement comme un animal de zoo : une bête curieuse dont on se soucie plus d’en attraper l’image, que de la comprendre, en étant à l’écoute de son environnement. Et les routes se trouvent encombrées de ce qu’on appelle « wildlife jams ».

Les ours ont appris à vivre avec ces bêtes curieuses à gros oeil qu’ils tiennent entre leurs mains et qui les approchent, bien trop, pour avoir leur cliché. Mais il y a toujours des limites.

En 2007, un instituteur s’était approché de l’endroit où elle et ses petits étaient en train de manger une carcasse. Elle malmena l’homme, qui survit, mais les autorités du parc établirent qu’elle était dans son droit d’auto-défense. À noter cependant, que parmi la descendance de 399, les trois jeunes ours qui sont morts ont été tués par des humains : un chasseur en tua un, un éleveur un autre alors que le jeune s’approchait de son bétail, et un troisième fut percuté par une voiture.

399 et sa progéniture

Mais sans les touristes, les parcs nationaux ne pourraient pas survivre. C’est un moindre mal que les parcs choisissent, pour que survivent le mieux possible les espèces. Dans le monde tel qu’il est, le tourisme reste la première source de revenus pour ces parcs.

Comment préserver la vie sauvage sans en faire un tourisme de masse ? Sommes-nous encore capables de nous intéresser aux animaux sauvages, les majestueux comme les gluants, les bêtes à magnifique fourrure comme les bêtes à six pattes ? Devons-nous trouver beau un animal pour qu’il mérite une meilleure protection ? Avons-nous vraiment besoin de faire de ces animaux les objets de récits fabuleux pour nous y intéresser et comprendre que nous en avons besoin ? Avons-nous besoin d’aller les voir et d’avoir des clichés pris par notre appareil photo ?

Prenons-nous à rêver, d’un jour où nous pourrions, en voyant un animal sauvage, comprendre que nous sommes dans son environnement, et plutôt que de sortir l’appareil et de l’approcher, au contraire, reculer, lui faire comprendre que nous ne sommes pas une menace, qu’il peut marcher tranquille, qu’il n’a qu’à nous ignorer, et garder en soi de façon indélébile ce moment de grâce où un animal sauvage nous fait le cadeau de nous ignorer.

Crédit photo couv : Ourson : Janko Ferlič

12 juin 2020 - Sarah Roubato
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Forêts Notre nouveau livre «Forêts » est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Ces géants immobiles, nichés entre ciel et terre, sont apparus il y a plus de 400 millions d’années. Ils ont été les premiers à peupler notre planète. Ils ont traversé les âges, les tempêtes, un climat aussi varié que puissant, mais ils ne résisteront peut-être pas au passage de l’être humain, qui est en train d’anéantir les écosystèmes les plus riches de la terre. Ingénieur forestier, botaniste, mycologue, philosophe, journaliste, photographe, cultivateur : des plumes scientifiques et poétiques se sont unies pour vous proposer un tour d’horizon le plus complet possible sur notre monde végétal. Des sujets variés pour comprendre nos plus fidèles alliés, savoir comment les protéger et créer, peut-être, un sursaut collectif en devenant des gardiens de la forêt.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^