L’hyperconsommation et l’abondance ne rendent pas heureux

Aujourd’hui, il y a tout autour de nous une espèce d’évidence fantastique de la consommation et de l’abondance, entrainée par l’offre pléthorique d’objets, de services, de biens matériels…
25 septembre 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Livre-Jounal numéro 3
Pour Noël, offrons des cadeaux engagés qui ont du sens ! Notre nouveau livre réunit de grands acteurs du changement et vous donne les clés d'un monde meilleur.
Acheter votre Livre-Journal

On ne s’entend plus penser ces temps-ci. Le divertissement médiatique nous captive, l’actualité politique nous démotive, les impératifs de la vie nous poursuivent ; et pendant ce temps, une pluie d’étoiles filantes rare, appelée « êta-Aquarides » passe au-dessus de nos têtes.

Les « 10 commandements de l’homme moderne » éclipsent sans doute le phénomène : La voiture au garage tu amèneras, la machine à laver tu répareras, le dernier smartphone tu te procureras, au supermarché tu te rendras, et ça n’en finit pas… « J’ai pris les choses et les choses m’ont pris » dixit notre Jean-Jacques Goldman national. Et si la solution c’était l’épuration ? Voici les conseils de Fumio Sasaki pour se libérer du fourbi et apaiser son esprit.

Crédit Photo : Kevin Grieve

Aujourd’hui, il y a tout autour de nous une espèce d’évidence fantastique de la consommation et de l’abondance, entrainée par l’offre pléthorique d’objets, de services, de biens matériels…

« À proprement parler, les hommes de l’opulence ne sont plus tellement environnés, comme ils le furent de tout temps, par d’autres hommes, que par des objets » disait Jean Baudrillard en 1970.

Contrairement à la période des Trente glorieuses, le « vouloir d’achat » est en progression tandis que le « pouvoir d’achat » est en berne, ce qui conduit à un déséquilibre grandissant et à la frustration.

« Donnez-lui toutes les satisfactions économiques, de façon qu’il n’y ait plus rien à faire qu’à dormir, avaler des brioches et se mettre en peine de prolonger l’histoire universelle. Comblez-le de tous les biens de la terre, et plongez-le dans le bonheur consumériste jusqu’à la racine des cheveux. De petites bulles crèveront à la surface de ce bonheur, comme sur de l’eau. » Dostoïevski

On a tendance à croire que la « décroissance » ou la « déconsommation » sont synonymes d’une terrible austérité… Au contraire, c’est un chemin joyeux à entreprendre. Pourquoi ne pas soigner notre qualité de vie, plutôt que de s’affairer autour de nos bricoles domestiques ? Se déposséder, c’est se soulager ! « Ce sont les choses qui finissent par nous posséder, on est obligé de passer un temps fou à s’en occuper. C’est une source de stress dont on peut se passer » explique Cyril Dion, coréalisateur du film Demain.

Crédit Photo : Frankie Cordoba

« Dorénavant, mes dépenses ne concernent plus des choses matérielles mais des « expériences » » se confie Fumio Sasaki, ancien collectionneur compulsif. Ce jeune japonais découvre le concept du « minimalisme » en 2014. Depuis, cette philosophie l’a poussé à changer radicalement de mode de vie, et l’a passionné à tel point qu’il en a fait un livre : Au revoir les choses.

L’hyperconsommation est un support bien fragile pour se construire une identité et trouver un sens à son existence. « J’avais l’habitude d’acheter beaucoup de choses en pensant que toutes ces possessions augmenteraient l’estime que j’avais de moi-même », et il ajoute : « Une fois l’achat effectué, la joie disparaissait. Je pensais continuellement à ce que je ne possédais pas encore, à ce qu’il me manquait ».

Aujourd’hui, dans le dressing de Fumio Sasaki, on peut trouver quatre t-shirts, trois chemises, quatre pantalons, quatre paires de chaussette. Il en est certain, vivre avec moins rend plus heureux ! « Pourquoi une telle ascèse ? » se demanderont certains. À cette question, Fumio Sasaki évoque le temps.

Les choses, dit-il, aspiraient son énergie et ses heures. Dorénavant, faire le ménage ne lui prend que quelques minutes et son déménagement peut être bouclé en moins d’une heure. « Il ne s’agit pas de décroitre pour décroitre, mais d’associer une façon de vivre extérieurement plus « pauvre » avec un intérieur plus riche » précise Emeline de Bouver, auteure de Moins de biens, plus de liens.

Pour vous y mettre, il vous suffit d’avoir en tête une question toute bête : « En ai-je vraiment besoin ? » lorsqu’une vitrine réveille votre fièvre acheteuse, ou « est-ce indispensable ? » face à un objet qui, manifestement, vous encombre plus qu’il ne vous est utile. En théorie c’est une formule magique, ne reste que la volonté de la mettre en pratique.

25 septembre 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
L’hyperconsommation et l’abondance ne rendent pas heureux
FacebookTwitter
L'Éveil - Numéro 3 Tous les auteurs de « L'Éveil » cassent les codes de l'information. De Idriss Aberkane à Sébastien Arsac ou encore David Koubbi et Valérie Cabanes, nos auteurs nous alertent sur les plus grands enjeux de notre décennie. Si nous voulons changer notre société, nous devons passer par l'éveil. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^