Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

« Le COVID 19 n’est qu’un avant-goût des conséquences liées au réchauffement climatique et à l’érosion de la biodiversité »

Depuis novembre 2020, en France, en Belgique et dans d’autres pays, 150 personnes de tous horizons ont entamé des grèves de la faim pour exiger le déblocage des moyens nécessaires à la transition écologique mais aussi à la santé, à l’éducation et à l’emploi.
17 mars 2021 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Les Grévistes de la Faim pour un Avenir Possible lancent aux citoyennes et citoyens un appel solennel à se joindre à leur action, dans chaque pays. Nous relayons ici leur tribune. Ce collectif se décrit comme un mouvement de citoyens bouleversés, indignés ou révoltés par le manque d’ambition politique face au réchauffement climatique mondial et à l’effondrement systémique de la Nature.

La crise écologique mondiale se confirme sous nos yeux : l’année 2020 a été la plus chaude jamais enregistrée dans de nombreux pays, les catastrophes liées au dérèglement climatique se sont multipliées partout (méga-feux, ouragans, inondations, atteinte aux productions agricoles…) et la sixième extinction de masse, qui concerne tous les pans du Vivant, s’est poursuivie et aggravée.

Depuis des décennies, des centaines d’études scientifiques (travaux du « Club de Rome », du GIEC, de l’IPBES, etc.) alertent sur cette crise globale à venir. Pourtant, nous constatons que la plupart des gouvernements ne prennent pas de mesures assez fortes dans la bataille mondiale engagée pour la protection du climat et de la biodiversité.

La crise sanitaire en cours montre à chacun d’entre nous, quel que soit son pays d’origine, sa couleur de peau, son âge, son métier, ses revenus, qu’un effondrement systémique de nos sociétés est possible.

Ce qui se passe avec le COVID 19 n’est qu’un petit avant-goût de l’ensemble des conséquences liées au réchauffement climatique et à l’érosion de la biodiversité.

Lire aussi : « 2430 espèces animales et végétales sont menacées d’extinction en France »

Cette crise sanitaire aurait dû être l’occasion d’engager davantage l’ensemble des nations dans la transition écologique. Pourtant, nous constatons que la majeure partie des efforts financiers actuels vise au maintien des systèmes économiques existants plutôt qu’au développement de systèmes adaptés aux enjeux futurs.

Le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies a récemment appelé à la mise en place d’un état d’urgence climatique mondial jusqu’à atteindre la neutralité carbone et a déclaré : « Si nous ne changeons pas de cap, cest du suicide ! ».

Or, nous ne changeons pas suffisamment vite de cap. Notre stagnation est même un facteur fortement limitant de nos chances d’avenir.

La grève de la faim effectuée à partir d’octobre 2020 par le Rapporteur Général du Budget Européen, pour dénoncer le misérable montant alloué à la résolution de la crise climatique et exiger une taxation de la spéculation financière, a lancé une véritable vague d’indignation dont notre mouvement est issu.

Lire aussi : Mobilisation collective pour obtenir 57 milliards d’euros en taxant la finance en Europe

Depuis novembre 2020, en France, en Belgique et dans d’autres pays, 150 personnes de tous horizons ont entamé des grèves de la faim pour exiger le déblocage des moyens nécessaires à la transition écologique mais aussi à la santé, à l’éducation et à l’emploi.

Notre mouvement de grévistes de la faim est spontané, notre organisation informelle, non partisane et solidaire. Nous sommes des citoyens déterminés à peser sur les décisions de ceux qui nous dirigent et à contribuer à engendrer une prise de conscience collective.

La grève de la faim est une forme de mobilisation radicale, c’est précisément pourquoi nous l’avons choisie. Elle exige un engagement physique et mental fort qui préfigure les difficultés alimentaires qui attendent une grande partie de l’Humanité.

Chacun est libre de s’engager au sein du collectif dans une grève pour un jour, vingt jours ou plus, puis de s’interrompre et de recommencer quand bon lui semble.

Notre grève est collective et permanente : nous nous passons le relais. Quand certains s’engagent dans une grève de durée indéterminée, d’autres choisissent la date de son terme, d’autres encore s’impliquent par un jeûne de protestation, récurrent ou ponctuel.

Le but n’est pas de nous mettre en danger mais d’interpeller en conscience nos concitoyens et la classe politique qui ne prend pas suffisamment la mesure de la gravité et de l’urgence de la situation.

Les Grévistes de la Faim pour un Avenir Possible sont responsables, à l’écoute de leur corps, au service du Vivant. Nous nous engageons également dans d’autres actions publiques : Cercles de Silence pour un Avenir Possible, rencontres avec les médias et les élus de nos communes, actions de convergence des luttes avec d’autres collectifs au niveau national et international.

Nous proposons aux citoyen(ne)s de s’organiser dans chaque pays en collectifs et de profiter de leur agenda politique (grands rendez-vous institutionnels sur le climat, votes de lois sur le climat et la transition écologique, échéances électorales, etc.) pour organiser des actions collectives de grèves de la faim, dans une démarche non-violente et pacifique, en s’associant aussi souvent que nécessaire aux actions d’autres collectifs et ONG engagés dans ces domaines, pour prendre soin du Vivant et de notre avenir.

Les citoyens des grandes villes comme ceux des villages peuvent engager le dialogue et l’action auprès de leurs responsables politiques locaux pour inscrire la lutte pour le climat, la transition écologique, la résilience au cœur de leurs programmes et de leur quotidien.

Nous devons exiger collectivement des dirigeants du monde entier qu’ils engagent la totalité des moyens légaux, économiques et financiers nécessaires pour affronter l’urgence écologique et sanitaire et enrayer le chaos planétaire annoncé par la communauté scientifique.

La spéculation financière, par exemple, n’a aucune justification économique. Pourtant, elle est moins taxée que le pain. Nous exigeons notamment la mise en place d’une taxe d’au moins 1% sur les transactions financières spéculatives, partout dans le monde, ainsi qu’une taxation de tous les produits financiers qui échappent à l’impôt alors qu’ils devraient contribuer à la construction d’un futur acceptable, juste, sur une planète habitable. Mais ce n’est là qu’un exemple de ce qui peut être mis en place par les gouvernements.

Le jugement historique rendu pour « l’Affaire du Siècle » par le tribunal administratif de Paris le 3 février 2021, qui condamne l’inaction climatique de l’État français, conforte tous les ONG et collectifs engagés dans la bataille pour le Climat.

« À hauteur des engagements qu’il avait pris et qu’il n’a pas respectés dans le cadre du premier budget carbone, l’État doit être regardé comme responsable (…) d’une partie du préjudice écologique constaté », ont tranché les juges.

A chaque collectif d’imaginer ses actions et stratégies de mobilisation.

Pour suivre les actions de notre collectif, nous contacter et nous informer de vos actions : notre page FB.

Solidairement,
Les Grévistes de la Faim pour un Avenir Possible

Signataires

Le collectif des Grévistes de la Faim pour un Avenir Possible

et parmi eux :

BARDOU Magali – Paris – Géographe, musicienne

BARRET Françoise – Pas de Calais – Conteuse, comédienne, autrice

BETINSKY Elinka – Bordeaux (Gironde) – Naturo-art-thérapeute

BILLET Morgane – Sarthe – Artiste lyrique

BONNET Pierre – Saint Etienne (Loire) – Retraité, éducateur médico-social

BOUZON Anaïs – Mezos (Landes) – Ingénieur, explor.actrice des transitions

BREUKEL Julie – Le Mas d’Azil (Ariège) – Médecine traditionnelle tibétaine et ethno-médecine, co-fondatrice Centro Lungta

BROWAEYS Dorothée – Essonne – Journaliste scientifique, directrice de Tek4Life

CANOBBIO Pascale – Joigny (Yonne) – Graphiste

CLABE Aude – Nouvoitou (Ile et Vilaine) – Potière

COUTANCE Virginie – Avallon (Yonne) – Jardinière, formatrice en permaculture

DELCOURT Cyril – Landéda (Finistère) – Moniteur de voile

DUBUCQ Maroussia – Corbais (Belgique) – Kinésiologue, consultante climat environnement transition

DUSSON Jean Baptiste – Paris – Ingénieur en transition

EBERHARDT Françoise Zoé – Bourbach le Haut (Haut-Rhin) – Commerciale

EHL Fanny – Paris – Designer, doctorante géographie, aménagement & urbanisme

FAVRE Isabelle Jeanne – Lyon (Rhône) – Géographe

GARBISU Jean Pierre – Uza (Landes) – Ingénieur telecoms, plasticien

GUYARD Nicolas – Mezos (Landes) – Ingénieur Environnement

LENOIR Eric – Montholon (Yonne) – Pépiniériste-paysagiste, auteur

NAHON Florence – Paris – Bibliothécaire

NOUALHAT Laure – Joigny (Yonne) – Journaliste, auteure, réalisatrice

MAASS Nini-Inka – Gard – Réseau Hortus

MOREAU Amélie – Yonne – Fileuse de laine

MUHLETHALER Clara – Joigny (Yonne) – Violoniste

PICHERAL Luc – Ploneour Lanvern (Finistère) – Récoltant d’algues

SERVIGNE Pablo – Drôme – Agronome et biologiste, auteur

SUTTER Béatrice- Paris – Journaliste, fondatrice de la revue ADN

Signataires de soutien

AZIOSMANOFF Nils – Yvelines – Directeur culturel

BERQUE Augustin – Palaiseau (Essonne) –  Géographe, orientaliste, auteur

BIROULES Julie – Saint Maurice le Vieil (Yonne) – Réalisatrice radio

BOURG Dominique – Pully (Suisse) – Philosophe, professeur honoraire à l’UNIL de Lausanne

CAMPANA Louis – Carcassonne (Aude) – Président-fondateur de Gandhi International, auteur

CAVARRETTA Fabrice – Paris – Professeur de management

CINGAL Georges – Cagnotte (Landes) – Secrétaire Général Fédération Sepanso Aquitaine

COCHET Yves – Ille-et-Vilaine – Mathématicien, homme politique

DEBOVE Laurie – Tosse (Landes) – Rédactrice-en-chef de La Relève et La Peste

FABUREL Guillaume – Gard – Enseignant-chercheur en géographie à l’Institut d’Urbanisme de Lyon, auteur

FLIPO Fabrice – Paris – Maitre de conférences en développement durable à l’Institut Mines Telecom, auteur

FREROT Olivier – Lyon (Rhône) – Ancien haut-fonctionnaire du ministère de l’Équipement, conférencier-essayiste

GRISEL Laurent – Yonne – Auteur

GROSSET Claude – Yonne – Alternatiba Yonne et Collectif citoyen C3V

ITO WAIA Edouard – Bourail (Nouvelle Calédonie) – Artiste Kanak, Gardien de la Terre, secrétaire du conseil des clans de la tribu d’Azareu

LABRO Camille – Paris – Journaliste et fondatrice de L’école comestible

LACOMBLEZ Sébastien – Charleroi (Belgique) – Designer-urbaniste-paysagiste

LARROUTUROU Pierre – Bruxelles (Belgique) – Ingénieur agronome, fondateur de Nouvelle Donne, député européen

LE GUEN Jo – Brest (Finistère) – Navigateur

LEYA Johnny – Bruxelles (Belgique) – Architecte

LIBOUBAN Jean Baptiste – Joncels (Hérault) – Ancien responsable général de l’Arche de Lanza del Vasto, initiateur des Faucheurs Volontaires

MOLLO Pierre – Quimper (Finistère) – Biologiste marin

MORRONE Frida – Lyon (Rhône) – Comédienne

NICK Christophe – Paris – Producteur, réalisateur, journaliste

NOWAK Régine – Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) – Retraitée, jardinière

OUSSOU LIO Appolinaire – Bénin – Environnementaliste, Gardien de la Terre, fondateur du GRABE-BENIN

PAQUIN Pascal – Yonne – Co-rédacteur du site d’informations l’Yonne l’autre

PINOT de VILLECHENON Louis – Paris – Co-fondateur de la Convention des Entreprises pour le Climat

PROST Richard – Joigny (Yonne) – Cinéaste

RENOU Xavier – Beaumont-sur-Oise (Val d’Oise) – Formateur, fondateur du collectif des Désobéissants

RENOUARD Cécile – Paris – Fondatrice du Campus de la Transition de Forges, philosophe et professeur à l’Essec et à l’Ecole des Mines

SETO Momoko – Montreuil (Seine-Saint-Denis) – Réalisatrice

STEUDLER Barbara – Préverenge (Suisse) – Fondatrice de NiceFuture et de la

Fondation pour le Vivant

TRAORE Fousseny – Bamako (Mali) – Militant écologiste, porte-parole de Fridays for Future Mali et Citoyens pour le Climat-Bamako

Crédit photo couv : VPEREMEN

17 mars 2021 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Guide pour faire échouer des projets contre-(la)-nature Ce nouveau guide de résistance vous explique toutes les techniques pour faire échouer des grands projets écocidaires. Autoroutes, supermarchés, entrepôts Amazon, vagues artificielles à quelques kilomètres de l’océan : alors que le réchauffement climatique arrive, il est primordial de protéger le peu de nature qu’il nous reste. Se basant sur son expérience et ses années de militantisme, François Verdet a regroupé étape par étape toutes les techniques nécessaires pour faire échouer des projets contre la nature.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^