Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Le combat de chercheurs français pour lutter contre la pollution lumineuse

« Les conséquences de l’excès d’éclairage artificiel ne se limitent pas à la privation de l’observation du ciel étoilé. Elles sont aussi une source de perturbations pour la biodiversité (modification du système proie-prédateur, perturbation des cycles de reproduction, des migrations…) et représentent un gaspillage énergétique considérable. ».
18 mars 2021 - Pierre Boccon-Gibod
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Le CNRS a récemment proposé une nouvelle pratique pour lutter contre la pollution lumineuse : celui de « réseau écologique sombre ». Issu d’une étude qui synthétise une multitude de recherches autour de l’impact de la lumière artificielle sur les êtres vivants, ce concept fait apparaître les limites de la stratégie politique dominante. S’il y a aujourd’hui un consensus sur le besoin de réduire la pollution lumineuse, les dirigeants politiques ne parviennent toutefois pas à penser le problème autrement qu’en traçant depuis l’espace des « voies d’obscurité » sur le territoire national français, sortes de « trames noires » conçues d’après le modèle des « trames vertes et bleues ». Pour les spécialistes du sujet, cette approche hors-sol présente de fortes insuffisances. D’abord parce qu’elle néglige les besoins spécifiques de chaque collectivité et de chaque espèce animale, mais aussi parce qu’elle trace de grandes directives générales mal adaptées à une échelle locale. Face à ce problème, les chercheurs souhaitent donc diversifier les acteurs consultés pour élaborer ces « trames noires ». Ils proposent d’élargir la prise de décision entre élus, techniciens et experts de la sécurité publique pour qu’elle puisse intégrer l’avis des habitants, des spécialistes de la faune concernée, et des divers autres usagers de la nuit. Et faire ainsi de la pollution lumineuse un sujet de débat public.

Les enjeux de la pollution lumineuse

Mais pourquoi s’inquiéter de l’excès de lumières artificielles pendant la nuit ? Pourquoi parle-t-on même de « pollution » ou de « nuisance » lumineuse ? Parce que la lumière artificielle provoque des perturbations sur au moins quatre plans : culturel, économique, sanitaire et écologique.

Sur le plan culturel, c’est l’effacement de la voûte céleste qui pose problème. L’étude des chercheurs susmentionnés rapporte ainsi qu’un tiers de la population mondiale ne peut discerner la voie lactée à cause d’un ciel pollué par sa lumière. En Europe, cette situation concerne 60% de la population.

Cette disparition de la voûte céleste participe de l’affaiblissement d’un rapport intime à l’univers, que provoque l’exposition au ciel étoilé, et participe ainsi à faire oublier notre commune condition d’êtres situés quelque part au milieu de son immensité.

Plus pragmatiquement, sur le plan économique, la pollution lumineuse constitue un gâchis énergétique et donc financier, puisqu’elle suppose l’éclairage de certaines zones inutilisées. En effet, selon le CNRS :

« …la lumière artificielle nocturne représente […] 20 % de la consommation mondiale d’électricité, 6 % des émissions de CO2 et 3 % de la demande mondiale en pétrole. Rien qu’aux États-Unis, l’International Dark-sky Association estime qu’au moins 30 % de tout l’éclairage extérieur est gaspillé. Toujours selon cette ONG, ce gaspillage coûte annuellement jusqu’à 3,3 milliards de dollars et émet, sur la même période, 21 millions de tonnes de dioxyde de carbone. »

Or, il faut payer pour produire cette énergie et la dépenser. Tous les acteurs économiques – des plus grandes entreprises aux petites communautés rurales – trouvent ainsi un intérêt à réduire ces coûts en réduisant tout gaspillage lumineux.

Mais c’est aussi sur le plan sanitaire qu’une exposition prolongée et intense à certains types de lumières artificielles (comme à la lumière bleue par exemple) peuvent poser problème.

Cette exposition peut notamment avoir un impact nocif sur les cycles circadiens, humains et non-humains, ce qui résulte en une dégradation de la qualité du sommeil et peut provoquer des insomnies.

https://www.facebook.com/onestpret.fr/videos/373269560694323/

Enfin, sur le plan écologique, les effets de cette lumière sur les animaux, leurs territoires et leurs manières de s’en servir est simplement catastrophique.

Parmi ces effets, prenons l’exemple des jeunes tortues marines, que rapporte cet article de la revue Espaces Naturels :

« …après l’éclosion, elles retrouvent la mer en se repérant sur l’horizon nocturne plus clair sur l’eau que sur la terre. Affectées par la luminescence du ciel et les lumières directes artificielles, les jeunes tortues vont alors dans la mauvaise direction et meurent victimes des prédateurs, et de la chaleur après le lever du jour. »

Crédit : les tortues marines de Guadeloupe

En résumé, et selon les mots du gouvernement français, « les conséquences de l’excès d’éclairage artificiel ne se limitent pas à la privation de l’observation du ciel étoilé. Elles sont aussi une source de perturbations pour la biodiversité (modification du système proie-prédateur, perturbation des cycles de reproduction, des migrations…) et représentent un gaspillage énergétique considérable. ».

Mais pour en arriver à la reconnaissance de cet enjeu par l’Etat, il a fallu une série de mobilisations historiques venues des différents champs mentionnés – ce sont ces mobilisations qui ont permis à la question d’être intégrée à la loi et d’informer aujourd’hui les processus concrets d’aménagement publics et privés.            

La Voie Lactée depuis la Vallée des Merveilles, en France – Crédit : Denis Degioanni

L’engagement politique des chercheurs

Dans un article daté de 2014, le docteur en géographie Samuel Challéat (co-signataire de l’article sur les réseaux écologiques sombres) et le maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme Dany Lapostolle retracent l’histoire politique de la pollution lumineuse.

Ce sont d’abord les astronomes qui l’ont initié. Ces derniers, soucieux de voir leur objet d’étude voilé par les éclairages urbains, se réunissent en congrès à Grenoble en 1976 pour en discuter.

Puis, de fil en aiguille, cette communauté inquiète se consolide, se coordonne et se constitue autour d’une charte militante aboutissant, en 1993, à la création du Centre pour la Protection du Ciel Nocturne, renommée Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne en 1998, puis Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne (ANPCEN) en 2006.

La création de cette association, et son adhésion rapide à une autre association internationale concernée par le même sujet (la Dark Sky Association) permet de donner un point d’appui aux autres disciplines dont l’objet d’étude est perturbé par l’excès de lumières artificielles.

C’est par exemple le cas des recherches médicales portant sur les perturbations du sommeil, mais aussi des recherches éthologiques et environnementales sur les perturbations des écosystèmes.

La rencontre de ces études fera ainsi naître, en 2010, un nouveau champ d’étude : la « scotobiologie » ou « l’étude des réactions biologiques et des comportements nécessitant l’obscurité pendant leur fonctionnement normal. »

Ce développement progressif des connaissances sur le sujet est souvent relayé par l’ANPCEN, qui ne tarde pas à apparaître comme un antagoniste pour les infrastructures responsables de l’éclairage public et de son aménagement. Ces dernières se sentent alors, dès le début des années 2000, accusées là où elles étaient auparavant soutenues.

Mais la montée en légitimité des études concernant la pollution lumineuse et leurs résultats permet à l’ANPCEN d’accéder aux négociations du Grenelle I de l’environnement de 2007.

Ils obtiendront alors une première victoire en 2008, avec l’adoption de l’article 36 du projet de loi stipulant que :

« Les émissions de lumière artificielle de nature à présenter des dangers ou à causer un trouble excessif aux personnes, à la faune, à la flore ou aux écosystèmes, entraînant un gaspillage énergétique ou empêchant l’observation du ciel nocturne feront l’objet de mesures de prévention, de suppression ou de limitation ».

Anormalement, cet arbre de zone tempérée, éclairé d’en bas par un spot encastré dans le sol à Lille, n’a pas perdu toutes ses feuilles en fin d’automne. Seules les feuilles du bas persistent, d’autant plus longtemps qu’elles sont plus éclairées par le spot de lumière. – Crédit : Lamiot

C’est dans ce cadre qu’une tension se cristallise en 2010, entre l’Association Française de l’Eclairage (AFE) et l’ANPCEN. Dans un échange par médias interposés, la première défend que la lumière de nuit ne peut pas être qualifiée de « pollution », sous prétexte qu’elle « est invisible » et ne requiert pas d’être décontaminée.

L’ANPCEN répondra que, si, la lumière artificielle est bel et bien polluante en tant qu’elle a des conséquences néfastes sur la santé des animaux au-delà d’un certain seuil, qu’ils soient humains ou non-humains.

Le conflit dure et se reconduit sur d’autres plans de la négociation du projet de loi Grenelle II de l’environnement, mais reste néanmoins tempéré et neutralisé par l’objectif commun de réduire les gaspillages énergétiques de l’éclairage de nuit.

 Ces négociations aboutiront à de premières mesures concrètes, où il s’agit de « régule[r] pour la première fois l’éclairage intérieur émis vers l’extérieur des bâtiments non résidentiels (vitrines de commerces, bureaux, etc.) et l’éclairage des façades de ces mêmes bâtiments et encadre les horaires de fonctionnement de ces installations. »

La question de la pollution lumineuse est devenue un motif de contrainte politique concrète.

En France, de plus en plus de communes s’engagent dans la lutte contre la pollution lumineuse grâce à l’ANPCEN

De la trame noire au réseau écologique sombre 

La Relève et La Peste a interrogé Samuel Challéat sur le développement de la tension entre l’AFE et l’ANPCEN dont il était encore question en 2014. Ce dernier nous a expliqué qu’elle s’est apaisée depuis, grâce à deux facteurs.

D’une part, les partisans écologistes ont pris l’habitude de ne pas criminaliser l’éclairage artificiel, en affirmant plutôt l’importance de pouvoir optimiser son usage dans le cadre de nos diverses pratiques nocturnes.

D’autre part, il s’explique par les modifications profondes qu’ont subi les travaux liés à l’éclairage urbain ou rural. En effet, par l’objectif de construction des « trames noires » en respect des lois Grenelle, ces travailleurs ont vu leur activité passer de ménageurs et fournisseurs de lumière à celle de ménageurs de la répartition entre les espaces lumineux et les espaces sombres.

Une fois ce saut qualitatif dans l’objet de leur action accepté, la tension qui les opposait à l’ANPCEN s’en est du même coup retrouvée apaisée.

Il reste que le projet de construire des « trames noires » provoque lui-même de nouveaux points de désaccords, comme le montre justement le travail de Samuel Challeat, Kévin Barré et d’autres chercheurs.

Interrogés par La Relève et La Peste, tous deux s’accordent pour dire que la consultation limitée sur laquelle les élus se basent pour construire ces « trames noires » provoque des effets indésirables pour les faunes concernées et pour les communautés locales.

Le passage depuis le concept de « trames noires » à sa réalisation concrète sur les territoires est pensé pouvoir se faire sans négociation avec leurs habitants. Pourtant, sans de telles négociations, les aménagements urbains et périurbains menées au nom de la loi Grenelle risquent d’être vécus comme des violences faites à leur habitat.

« Je ne sors pas ça de mon chapeau. Il y encore deux semaines, un responsable territorial me disait craindre de bientôt recevoir un plan [de trame noire] qu’il serait obligé d’appliquer trop strictement » explique le docteur en géographie Samuel Challéat pour La Relève et La Peste

C’est pourquoi les chercheurs en appellent à faire précéder la prise en compte de la pluralité des acteurs vivants sur chaque territoire, avec toute l’épaisseur que cela suppose, avant de proposer des mesures possibles pour y réaménager son éclairage, et ensuite, seulement, de penser le fil des réseaux sombres que cela trace à l’échelle nationale.

« On pourrait résumer tout ça à une question d’échelle. Si on se place à l’échelle d’une rue, on va avoir deux, trois lampadaires. La question c’est comment les remplacer par des choses qui consomment moins, qui ont moins d’impact sur leur environnement par exemple en mettant des LED qui tirent plus sur leur rouge que sur le bleu, etc. Après le réseau écologique sombre lui, vient vraiment dézoomer, pour comprendre comment est-ce qu’on fait, mais à vraiment plus grande échelle, selon d’autres paramètres. Disons que le réseau va nous dire où agir, mais après localement il y a plein de façons de le faire. » résume ainsi Kévin Barré, chercheur en biologie écologie au Muséum National d’Histoire Naturelle, pour La Relève et La Peste

En clair : si le besoin de réaménager l’éclairage artificiel fait aujourd’hui consensus, l’idée de passer pour cela par des conversations locales coordonnant la plus grande diversité d’acteurs paraît, elle, beaucoup moins consensuelle. Les chercheurs français ont encore de nombreuses batailles à mener pour gagner leur combat.

Crédit photo couv : Frédéric Tapissier

18 mars 2021 - Pierre Boccon-Gibod
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^