Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

La Clusaz : des rebelles ont bloqué le chantier de la retenue d’eau pour canons à neige

Les activistes ont déclaré rester mobilisés dans les prochains jours afin de faire tout leur possible pour sauver les espèces protégées et les ressources en eau de la convoitise d'une "industrie du ski sous perfusion".
15 novembre 2021 - Maïté Debove
FacebookTwitter
Générations, notre nouveau livre qui marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde

- Thème : Changements climatiques, répression policière, inégalités, agroécologie, politique, féminisme, nature…
- Format : 290 pages
- Impression : France

Commander

Des manifestations d’Extinction Rebellion Annecy et des habitants ont eu lieu dans le bois de la Colombière, à l’Est du plateau de Beauregard, à la Clusaz (Haute-Savoie) dimanche et lundi. Les militants luttent contre le projet de retenue collinaire, un potentiel trou béant de 148 000 m³ dans la montagne. La décision est liée à une sècheresse importante de 2018 qui avait menacé l’enneigement du domaine, et donc les mécanismes de son économie actuelle. Mais elle provoquerait la destruction de près de 8 hectares d’habitats naturels et pourrait, sur le long-terme, être à l’origine d’un autre assèchement, cette fois-ci de la tourbière.

Présenté par le conseil municipal comme un projet pour stocker l’eau potable à La Clusaz, seulement un tiers du volume de l’eau sera retenu pour les besoins de la commune. Les deux autres tiers serviront à étendre l’enneigement artificiel sur 33 hectares de pistes de ski supplémentaires.

Les impacts potentiels n’ont pas été pleinement explorés, qu’il s’agisse des prélèvements en eau et de leurs conséquences sur les cours, ou de la consommation énergétique nécessaire.

La fédération France Nature Environnement explique : « Le public ne reçoit aucune information concernant les consommations énergétiques nécessaires pour alimenter la retenue de Beauregard en eau depuis le captage de la Gonière, puis pour remonter les m³ d’eau de la retenue qui seront évaporés dans un contexte marqué par le réchauffement climatique et la contraction des ressources en eau. Comment dès lors s’inscrire dans la sobriété énergétique exigée par la loi de transition énergétique ? »

De plus, l’enquête préalable au projet a été réalisée de façon dématérialisée et non dans un débat ouvert avec les possibles opposants, dont les habitants.

Dans le cadre de l’enquête publique, 1870 observations ont été déposées dans le registre, et 76 % (1402) se sont déclarées opposées au projet. Le chiffre n’a cependant pas impacté la décision de la commission d’enquête.

Lire aussi : La Clusaz : les habitants s’opposent au saccage de la montagne pour les canons à neige

Extinction Rebellion a donc décidé d’agir. Après une marche symbolique des opposants ce dimanche, une vingtaine de manifestants se sont déplacés au bois de la Colombière et ont formé des chaînes humaines pour bloquer le début des travaux.

Blocage avec les « arm-locks » – Crédit : Extinction Rebellion Annecy

Les activistes ont également piégé les arbres du bois avec des vis, qui pourraient permettre de casser les chaînes des tronçonneuses à l’arrivée des bûcherons. Le chantier de la retenue collinaire de la Clusaz a été arrêté pour la journée suite à leur action.

Les activistes ont déclaré rester mobilisés dans les prochains jours afin de faire tout leur possible pour sauver les espèces protégées et les ressources en eau de la convoitise d’une « industrie du ski sous perfusion ».

Le projet doit être réalisé au-dessus d’une immense tourbière, c’est-à-dire une zone humide. Ces dernières sont essentielles pour le cycle de l’eau car elles sont des filtres naturels, évitent que les eaux polluées ne s’écoulent directement dans la mer et sont ainsi créatrices d’eau potable.

Elles sont également stabilisatrices des sols et permettent d’éviter leur érosion. En France, plus de 50 % des zones humides ont été détruites depuis 1960.

Lire aussi : Les zones humides sont essentielles pour limiter les inondations et protéger la biodiversité

Sandra Stavo-Debauge, membre du collectif Fier-Aravis, s’exprimait pour France 3 dimanche, pendant la marche :

« Cette forêt est très préservée, c’est l’une des dernières zones de Beauregard qui est très peu fréquentée. Il y a une faune et une flore incroyables avec un recensement d’espèces protégées très conséquent. »

Pancarte posée par les militants – Crédit : Extinction Rebellion Annecy

Fabienne Grébert, élue locale et conseillère régionale du groupe Les écologistes, sur place également, ajoute : « On doit le consacrer à des activités qui restaurent les écosystèmes, qui préservent l’eau, qui créent des emplois toute l’année. »

D’après elle, les alternatives au tourisme tout-ski sont essentielles dans le besoin de création d’emplois.

Le Conseil municipal a en effet mis en avant la redynamisation de la vallée à travers ce projet. Mais créer des emplois de façon pérenne, en parallèle avec l’accélération du réchauffement climatique, implique de les créer en anticipant les pertes et les changements de la montagne, et non en les aggravant.

Les acteurs ont besoin de développer d’autres activités afin d’être prêts, par exemple en développant un tourisme de redécouverte du patrimoine naturel et historique de la montagne.

Le but étant de ne pas surexploiter la nature ou au contraire totalement s’en séparer mais bien de vivre en harmonie en son sein.

Revaloriser la montagne, et le Vivant, mais également le village et ses traditions, c’est prendre en compte toute forme de vie avec plus de respect. C’est également ouvrir le dialogue avec les habitants plutôt que faire fruit d’une volonté des plus puissants, qui ne prennent pas en compte les besoins des citoyens.

Après un avis favorable de la part de la commission d’enquête en octobre, seul l’aval du préfet de Haute-Savoie est nécessaire pour l’investissement prévu de 7 millions d’euros dans cette retenue collinaire. La préfecture a accordé une dérogation pour destruction d’espèces et d’habitats qui concerne 58 espèces animales protégées. Actuellement, près de 52 000 personnes ont signé la pétition contestant le projet.

Crédit photo couv : Extinction Rebellion Annecy

15 novembre 2021 - Maïté Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Générations Notre nouveau livre « Générations » marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde. Changements climatiques, répression policière, inégalités, capitalisme hors de contrôle : la nouvelle génération va devoir relever des défis inédits, pour certains presque insurmontables. Mais que ressent-elle ? Quel sens donne-t-elle au présent ? Et comment perçoit-elle l’avenir ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre dans ce nouveau livre-journal, « Générations ».
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^