Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Inouk, la plus vieille orque de Marineland est en danger

Dans une pétition adressée à la ministre de la Transition écologique mise en place depuis 2019, One Voice rappelle qu'Inouk vit dans des bassins dont le plus grand ne dépasse pas cinq fois sa longueur. Muscles très faibles du fait de leur faible activité, régime alimentaire très en-dessous de leurs besoins, isolement social, conscience de leur captivité, ennui et folie sont le quotidien de ces animaux d’une intelligence extrême.
29 juillet 2020 - Sarah Roubato
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Cet été, certains loisirs prennent un goût amer, ou révèlent leur absurdité. À la sortie du confinement, des centaines milliers de touristes se précipitent dans les zoos et parcs aquatiques pour le plaisir d’aller observer des animaux sauvages…enfermés.

Inouk, l’orque qui souffre le martyre

Ce lundi, le Marineland d’Antibes a été le théâtre d’une mobilisation d’une centaine de manifestants du « Groupe anti-captivité », inquiet de l’état de santé d’Inouk, la doyenne des orques.

Ce « parc zoologique » de son statut officiel, membre de l’Association européenne des zoos et aquariums, qui participe à des programmes de protections des espèces menacées, est aussi et tout bonnement le site touristique le plus visité de l’opulente région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Mascottes du parc, les quatre orques de Marineland sont les seules élevées en France. Inouk est le doyen. Âgé de 21 ans. Les autres orques ont 19 ans, 9 ans et 6 ans. Huit orques y sont mortes à des âges très précoces (moins de 30 ans) alors qu’en milieu sauvage, les orques vivent au-delà de 60 ans.

L’association One Voice déclare porter plainte contre le Marineland d’Antibes pour actes de cruauté. Infiltrée au Marineland, elle a pris des images de l’orque édentée à force de ronger les parois de son bassin.

Ce pourrait être un signe de zoochose ou stéréotypie, un ensemble de comportements stéréotypées qui a pu être observé chez les animaux très sensibles et intelligents en captivité comme les éléphants et les grands singes : déambulations en boucles, balancements, mouvements de tête, automutilations.

Le bassin, prison des orques – Crédit : One Voice

Dans une pétition adressée à la ministre de la Transition écologique mise en place depuis 2019, l’association rappelle que Inouk vit dans des bassins dont le plus grand ne dépasse pas cinq fois sa longueur. Muscles très faibles du fait de leur faible activité, régime alimentaire très en-dessous de leurs besoins, isolement social, conscience de leur captivité, ennui et folie sont le quotidien de ces animaux d’une intelligence extrême.

L’association qui devait être reçue par le gouvernement le 9 juillet dernier, a vu le rendez-vous reporté, sans aucune date encore connue.

En mai 2019, John Hargrove, ancien entraîneur à SeaWorld en Californie puis au Marineland d’Antibes, témoignait en revenant pour la première fois à Marineland :

« Les faits sont simples : ces animaux qui, à l’état sauvage, parcourent une centaine de kilomètres par jour avec leurs familles, sont réduits à vivre avec des familles artificielles dans une boîte en béton traitée avec des produits chimiques. La quantité de chlore mis dans cette eau pour qu’elle soit claire et que les touristes voient les orques est létale. J’avais les yeux qui brûlaient et les orques aussi, au point qu’elles ne pouvaient ouvrir les yeux pendant trois jours et que des bouts de peau se détachaient. »

https://www.facebook.com/watch/?v=2674207242859254

En 2016, la biologiste Ingrid Visser, biologiste marine néo-zélandaise spécialiste des orques, a renseigné sur l’état de santé de Inouk. Avec le chercheur John Jett, ancien entraîneur qui s’est converti à la sensibilisation sur les conditions de détention des mammifères marins, et le docteur Jeffrey M. Ventre, elle a confirmé qu’Inouk souffrait de stéréotypie, et qu’il a rongé les murs du bassin jusqu’à la pulpe, causant des ulcères et une douleur comparable à celle d’une rage de dents pour les humains.

Inouk a perdu toutes ses dents à force de ronger les parois du bassin – Crédit : Groupe Anti Captivité

Le greenwashing des parcs animaliers « pédagogiques »

Dans un rapport de 2011, le médecin Jeffrey M. Ventre a détaillé les effets de la captivité chez les orques : affaissement de la côte dorsale, usure des dents, et dressé un tableau complet de la longévité des orques dans tous les parcs animaliers dans le monde, avec l’âge de naissance, de mort et la cause du décès de chaque individu.

Comme Keto, Tilikum et Taku, Inouk a une nageoire dorsale affaissée, signe de mauvaise santé

L’association demande au gouvernement de bannir les programmes d’élevage en captivité et la vente de faune sauvage marine. Car au-delà du cas préoccupant de la santé de l’orque la plus âgée de France, c’est le principe même de la captivité de ces animaux mis en spectacle qui pose question. Comme le décrit l’ancien dresseur John Hargrove :

« La base du dressage d’animaux c’est la privation de nourriture. Je ne peux pas forcer une orque de 3500 kilos à faire ce qu’elle ne veut pas. Le seul moyen que j’ai c’est de prendre mon seau et de m’éloigner, pour qu’elle voit qu’elle est privée de nourriture. À mesure que leur faim augmente, elles seront plus susceptibles de faire ce qu’elles ne voulaient pas faire en premier lieu. Ce n’est pas un choix, c’est la faim. Nous, les dresseurs, sommes là pour vendre un produit. »

Quand on pense qu’il suffirait que les gens n’y aillent plus pour que tout cela s’arrête…

Orques du Marineland d’Antibes en représentation – Crédit : Andreas Ahrens
Les orques sont privées de nourriture pour apprendre à faire des tours, spectacle de 2014 – Crédit : Loïc Ventre

Sur son site, Marineland promet « une journée de découverte du milieu marin et de sensibilisation à l’importance d’un monde plus responsable ». Dans l’onglet « Nos missions / Agir pour l’Environnement », Marineland annonce avoir renoncé aux pailles en plastique, adopter le tri sélectif et nourrir ses animaux avec des poissons issus de la pêche éco-responsable.

Comme tous les parcs dans le monde, sous la pression de défenseurs des droits des animaux et d’une prise de conscience grandissante mais toujours insuffisante face au raz de marée du tourisme de loisir, Marineland soigne son image. Une visite « pédogique » de trente minutes à 70 euros par personne permet ainsi aux visiteurs de « partager le quotidien » des soigneurs qui les emmènent pour une visite bien rodée.

Après les spectacles à visée plus « pédagogique » et moins « cirque », Marineland a compris que la mise en scène d’animaux sauvages dans un espace clos et artificiel reste le moyen le plus confortable de se faire croire qu’on aime les animaux.

Quel étrange animal que l’être humain et sa capacité sans cesse décuplée de refermer la porte sur ce qu’il est capable de comprendre, pour passer à autre chose. Capable de liker les photos d’animaux reprenant des bouts de territoire, et de se ruer vers des loisirs qui les exploitent quelques semaines plus tard. Ainsi va l’humain.

crédit photo couverture : Gac – la page – Groupe anti captivité

29 juillet 2020 - Sarah Roubato
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Guide pour faire échouer des projets contre-(la)-nature Ce nouveau guide de résistance vous explique toutes les techniques pour faire échouer des grands projets écocidaires. Autoroutes, supermarchés, entrepôts Amazon, vagues artificielles à quelques kilomètres de l’océan : alors que le réchauffement climatique arrive, il est primordial de protéger le peu de nature qu’il nous reste. Se basant sur son expérience et ses années de militantisme, François Verdet a regroupé étape par étape toutes les techniques nécessaires pour faire échouer des projets contre la nature.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^