Chaque année, le plastique tue plus d’un million d’oiseaux et plus de 100.000 mammifères marins

Si les feux ravageant l’Amazonie ou l’Australie nous frappent d’avantage, la destruction de la faune marine par le plastique est tout aussi spectaculaire et dramatique.
31 janvier 2020 - Sarah Roubato
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Au large de l’Argentine, une tortue verte, espèce en voie d’extinction, prise dans un filet, a été secourue par un pêcheur. Transférée dans un centre de soin, elle a déféqué près de 13 grammes de plastique, soit l’équivalent de 26 pailles.

13g de plastique retrouvé dans l’estomac de la tortue – Fondation Mundo Marino
Tortue verte recueillie et sauvée à temps – Fondation Mundo Marino

La présence du plastique de plus en plus petit dans les océans met en danger la faune marine : mammifères marins, poissons, reptiles et oiseaux confondent les plastiques avec des proies, et cessent de s’alimenter car ils ont le sentiment de satiété. Le plastique obstrue les voies respiratoires de l’animal, ou bien le gaz accumulé modifie leurs capacités à se diriger.

En octobre dernier, c’est une tortue tenant dans le creux de la main qui était morte après avoir ingurgité 104 morceaux de plastique. Une baleine avait été trouvée avec 40 kg de plastique dans l’estomac. Le phénomène touche les animaux de toute taille, reptiles comme mammifères marins, et bien sûr les oiseaux. On se souvient des photographies poignantes des restes d’albatros, les îles Midway en plein Pacifique, à des dizaines de milliers de kilomètres des hommes. Au milieu des plumes, une quantité impressionnante de plastiques de toutes couleurs et de toutes formes. Le photographe Chris Jordan a aussi pu prendre le gavage des petits albatros par leur mère, leur déversant des quantités effarantes de plastique.

Albatros mort de gavage par plastique – Chris Jordan

Le plastique tue les animaux marins autrement qu’en étant ingurgité : les animaux se trouvent étranglés par des filets fantômes, se coincent les ailes ou les nageoires, et meurent asphyxiés ou noyés.

Chaque année 12 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans.  Si les feux ravageant l’Amazonie ou l’Australie nous frappent d’avantage, la destruction de la faune marine par le plastique est tout aussi spectaculaire. Au total, le plastique tue plus d’un million d’oiseaux marins et plus de 100.000 mammifères marins par an selon l’UNESCO.

31 janvier 2020 - Sarah Roubato
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Animal Livre-Journal - N°5 Notre cinquième numéro ANIMAL vient de paraître. Primatologue, philosophe, journaliste, avocat, président d’ONG… animent avec force nos textes afin de nous raconter l’envers du décor du peuple animal. Des dernières découvertes en termes d’intelligence, d’émotion et de culture en passant par le trafic d’espèces sauvages ou encore la captivité animale et bien d’autres sujets, ce livre dresse un constat alarmant sur le monde animal. Dans moins de 20 à 30 ans, ce monde féérique qu’est le peuple animal n’existera plus, anéanti par l’Homme et le réchauffement climatique. On ne peut changer notre regard sans être informé, sans cela le peuple Animal disparaîtra à tout jamais.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^