Bayonne, première ville française à payer en monnaie locale

C’est inédit en France !
12 janvier 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Livre-Jounal numéro 3
Pour Noël, offrons des cadeaux engagés qui ont du sens ! Notre nouveau livre réunit de grands acteurs du changement et vous donne les clés d'un monde meilleur.
Acheter votre Livre-Journal

Après plus d’un an de mobilisation, la Ville de Bayonne a effectué ses premiers paiements en Eusko, la monnaie locale, fin décembre 2018. L’objectif : que l’argent qui provienne des impôts locaux reste sur le territoire d’origine en favorisant des échanges économiques plus vertueux.

Après de longs mois de conflit avec la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques, la Ville de Bayonne a enfin pu utiliser l’Eusko pour régler une partie de ses dépenses publiques. Fin décembre 2018, des élus ont ainsi été rémunérés en monnaie locale, l’eusko, à leur demande : en partie pour Martine Bisauta, Maire-Adjointe en charge du Développement Durable, et intégralement pour l’élu d’opposition Jean-Claude Iriart. C’est la première fois qu’une collectivité locale réalise un paiement en monnaie locale.

Crédit Photo : Tom Sekula

L’Eusko est la plus importante monnaie locale en France. Monnaie locale complémentaire créée en 2013, l’eusko compte 3.000 adhérents particuliers et 700 professionnels ou associations, dont un tiers ont même ouvert des comptes numériques alimentés en euskos. Elle est gérée bénévolement et démocratiquement par l’association sans but lucratif Euskal Moneta. Les euros reçus sont placés dans un fonds de réserve, qui se trouve en partie sur un livret de la Nef au Crédit coopératif, et en majeure partie sur un compte de la Caisse solidaire, celle-ci s’engageant ensuite à réinjecter sous forme de prêts solidaires au Pays Basque l’équivalent des fonds reçus.

C’est via cette association que la Ville de Bayonne peut désormais régler certaines dépenses municipales en Eusko.

« La Mairie verse d’abord en euros à l’association Euskal Moneta le montant de la créance (indemnités d’élu, subvention à une association ou facture d’une entreprise), puis Euskal Moneta crédite d’un montant équivalent le compte eusko de l’élu, de l’association ou de l’entreprise. Dans ce cadre, l’élu, l’association ou l’entreprise signe un mandat d’encaissement demandant à Euskal Moneta d’encaisser à sa place la créance. » détaille le réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire

La Ville de Bayonne s’est battue pour soutenir la monnaie locale afin que son budget, issu en partie des impôts locaux, participe à la relocalisation des circuits économiques en étant réutilisé directement pour le territoire.

« C’est l’argent de notre territoire, puisqu’il est issu de l’économie et de l’énergie du Pays Basque, il n’y a aucune raison qu’on ne veille pas que cet argent reste sur notre territoire », estime Jean-René Etchegaray.

Crédit Photo : Tom Sekula

« En s’inscrivant dans cette démarche, la Ville souhaite d’abord reconnaître l’intérêt que représente une monnaie locale sur son territoire, poursuit Martine Bisauta. Elle favorise l’économie locale en privilégiant des entreprises et des producteurs locaux, et c’est aussi un atout pour l’Environnement car elle réduit de façon importante les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports longues distances. La commune s’inscrit donc dans une chaîne en permettant à la fois aux usagers de régler un certain nombre de services publics locaux en eusko, et aux élu.es, fonctionnaires, associations et entreprises de percevoir pour tout ou partie un règlement de facture, de subvention ou d’indemnité en monnaie locale. »

Dans la Région, les communes d’Hendaye, de Saint-Pierre-d’Irube, et la Communauté d’agglomération Pays Basque (158 communes et 310 000 habitants) ont également voté, à l’unanimité, la possibilité de régler des dépenses en eusko. Ainsi, toutes les entreprises, les associations et les élus locaux qui en font la demande peuvent être payés pour tout ou partie en eusko.

Cette évolution monétaire pourrait bien se multiplier au-delà des frontières basques. La Ville de Bayonne a été approchée par plusieurs territoires intéressés par le concept dont Grenoble, Brest, Lille, la Région Normandie et la Communauté d’agglomération du Pays Ajaccien.

12 janvier 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Bayonne, première ville française à payer en monnaie locale
FacebookTwitter
L'Éveil - Numéro 3 Tous les auteurs de « L'Éveil » cassent les codes de l'information. De Idriss Aberkane à Sébastien Arsac ou encore David Koubbi et Valérie Cabanes, nos auteurs nous alertent sur les plus grands enjeux de notre décennie. Si nous voulons changer notre société, nous devons passer par l'éveil. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^