62 % de la population française sous une menace forte des risques climatiques

Avec plus de 16 000 contributions déjà reçues, les français et françaises racontent les impacts de la crise climatique non seulement sur la faune, la flore et les paysages autour d’eux, avec la propagation d’espèces invasives comme le moustique tigre et la disparition de nombreuses espèces locales, mais aussi sur leur vie quotidienne : santé, économie, sécurité, habitat.
10 janvier 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre nouvelle bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 130 pages
- Impression : France

Commander

Pour étayer l’Affaire du Siècle, les 4 ONG ayant attaqué l’Etat français en justice ont lancé un grand appel à témoins pour créer une cartographie des impacts de la crise climatique en France. Plus de 16 000 contributions sont sans appel : le pays est déjà durement touché, et la façon dont nous vivons doit être rapidement repensée.

En France, nous souffrons déjà des effets de la crise climatique

Le 18 décembre 2018, Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France lançaient l’Affaire du Siècle, en annonçant leur volonté d’attaquer l’État français en justice pour inaction face à l’urgence climatique. En quelques semaines, la pétition était signée par 2,3 millions de personnes : une première historique en France. 

« Cela a été une mobilisation inédite car, pour la première fois, on a mobilisé des gens pas forcément impliqués au quotidien. Grâce à une analyse plus fine des résultats de ceux qui ont signé et soutenu l’Affaire Du Siècle, nous avons réalisé qu’une partie très importante de personnes n’avaient jamais soutenu d’actions climat auparavant. » explique ainsi Cécilia Rinaudo, Coordinatrice Générale de Notre Affaire A Tous, à La Relève et La Peste

Un an plus tard, l’Etat n’a toujours pas répondu à la demande des ONG qui attendent maintenant la fin de la période d’instruction, où le juge pourra obliger le gouvernement à répondre. Malgré l’apathie du gouvernement français, le temps presse. Selon l’ONERC (Observatoire national sur les effets du changement climatique), 62 % de la population française est déjà exposée de manière forte ou très forte à des risques climatiques. Les 4 ONG ont donc lancé un appel à la population pour être #TémoinDuClimat et réaliser une cartographie des effets de la crise climatique en France.

Plus de 16 000 témoins du climat partout en France

Avec plus de 16 000 contributions déjà reçues, les français et françaises racontent les impacts de la crise climatique non seulement sur la faune, la flore et les paysages autour d’eux, avec la propagation d’espèces invasives comme le moustique tigre et la disparition de nombreuses espèces locales, mais aussi sur leur vie quotidienne : santé, économie, sécurité, habitat.

En France, l’année 2019 a été particulièrement chaude avec des épisodes caniculaires et un record absolu de 46°C atteint dans l’Hérault en juin 2019. Mais la chaleur n’est pas le seul signe d’un climat déréglé, de nombreux témoignages font cas de phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes et fréquents.

« Je vis dans le sud depuis l’âge de 4 ans. Je vivais jusqu’en 2018 à Draguignan dans le Var, j’ai connu en 2010 un évènement terrifiant : les inondations qui ont coûté la vie à près de 40 personnes. Depuis, chaque année, cette région du Var est touchée par un ou deux épisodes similaires. Cela n’existait pas avant 2010, d’ailleurs en 2010 on a parlé de crue centennale. Nous pouvons en 2019 parler de dérèglement climatique. Je vis maintenant dans les Bouches du Rhône, près de là où j’ai vécu de 4 à 20 ans. Cet été, l’épisode de canicule que nous avons vécu m’a alarmé. Oui, il fait chaud dans le sud. Non, il ne fait pas 45 degrés en juin dans le sud. Vivant en pleine nature au pied de la réserve naturelle de la Sainte Victoire, j’ai vu des animaux égarés, désorientés, des oiseaux plongeant dans la piscine pour boire alors que nous y étions … Est-ce cela notre futur ? » s’inquiète Christelle Prévôt, de Châteauneuf-le-Rouge, sur le site Témoin Du climat

Erosion de la côte Basque et tempêtes de plus en plus violentes (Christine, Saint-Jean-de-Luz), « pluies diluviennes, rafales, chutes d’arbres et de poteaux, débordements de ruisseaux et de rivière, maison inondée » à Lahonce, hausse des températures et sécheresses plus fortes qui causent de nombreux départs de feu dans le Var, mortalité exceptionnelle de certaines forêts, nappes phréatiques asséchées, etc. Ces événements extrêmes documentés sont le résultat d’un emballement climatique lié au réchauffement moyen. Et plus la moyenne va augmenter, plus ils vont gagner en intensité et en fréquence…

Repenser d’urgence l’habitat et son rapport au territoire

Les habitants se sentent ainsi parfois étouffés dans leur propre maison, qui n’a pas été conçue pour faire face à de telles canicules, tout en ayant conscience qu’utiliser plus d’énergie (par exemple pour la climatisation) pour y faire face ne fera qu’aggraver le problème. Les agriculteurs sont les premiers touchés par la crise climatique en terme économique : leurs revenus dépendent directement d’une stabilité météo.

« Il y a différentes manières d’être impactés sur l’habitat et sur les revenus, c’est pour cela que nous travaillons aussi sur des recours individuels pour quantifier les préjudices subis à cause de l’impact climatique. Cela pose aussi la question de la responsabilité de l’aménagement des territoires et des choix qui sont arbitrés. Pour cet aspect, nous travaillons dans le cadre de la campagne superlocal pour lutter contre tous les projets inutiles polluants imposés car ils impactent directement la population. On se sert du droit pour empêcher ces projets-là. » détaille Cécilia Rinaudo, Coordinatrice Générale de Notre Affaire A Tous, à La Relève et La Peste

Aujourd’hui, il est estimé que seulement 52,7 % du territoire métropolitain français reste peu anthropisé. Cette colonisation des territoires par l’humain au détriment des autres espèces, animales ou végétales, entraîne d’immenses pressions : la surexploitation des ressources, le changement climatique, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes (149 sur le territoire français) et les pollutions déversées ou répandues dans les milieux naturels, qu’il s’agissent de polluants chimiques ou de pollutions lumineuses et sonores. La façon dont nous habitons nos territoires doit donc être repensée urgemment pour devenir plus résilients face aux événements climatiques extrêmes, et pour minimiser le plus possible leur intensité.

Récemment, les Pays-Bas ont été condamné par la Cour Suprême de la Haye à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 25% d’ici fin 2020. L’association Notre Affaire à Tous espèce que ce précédent pourra servir d’exemple et influencer le juge français qui se saisira de l’Affaire du Siècle. Les témoignages du Climat vont servir à étayer le dossier juridique de l’Affaire du Siècle et faire pression sur l’Etat pour rendre compte de la façon dont laquelle est déjà impactée la population française par la crise climatique. 

Crédit photo à la une : Astrid Lagougine / Hans Lucas via AFP

10 janvier 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
62 % de la population française sous une menace forte des risques climatiques
FacebookTwitter
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^