Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

100 tonnes de poissons retrouvés morts dans un fleuve. Une pollution chimique hors norme

Le mardi 16 août, les pompiers polonais ont annoncé qu’ils en avaient déjà repêché 100 tonnes dans leur partie du fleuve, mais le bilan pourrait s’avérer bien plus lourd. Des carcasses d’oiseaux, de loutres et de castors ont aussi été retrouvées.
19 août 2022 - Augustin Langlade
Forêts est le seul livre en France à faire un tour d’horizon aussi complet sur notre monde végétal. Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation… bien d’autres sujets vous attendent pour vous émerveiller et vous donner une dose d’inspiration positive.

- Thème : Intelligence et communication, protection des forêts, déforestation, santé…
- Format : 300 pages
- Impression : France

Commander

Catastrophe écologique en Pologne : le fleuve Oder, le deuxième plus long du pays, est frappé par une mortalité sans précédent, dont on ignore encore les causes et les conséquences.

C’est un désastre écologique sans précédent en Pologne. Depuis quelques jours, des dizaines de milliers de poissons flottent, ventre en l’air, le long des rives de l’Oder, dans un silence apocalyptique. 

Le mardi 16 août, les pompiers polonais ont annoncé qu’ils en avaient déjà repêché 100 tonnes dans leur partie du fleuve, mais le bilan pourrait s’avérer bien plus lourd. Des carcasses d’oiseaux, de loutres et de castors ont aussi été retrouvées.

Long de 854 kilomètres, l’Oder prend sa source en République tchèque et traverse le territoire polonais, avant de se jeter dans la mer Baltique. Sur 160 kilomètres, son avant-dernier segment constitue une frontière naturelle entre l’Allemagne et la Pologne.

Les tout premiers signalements de poissons dérivant, sans vie, dans l’Oder ont été effectués à la fin du mois de juillet par des habitants et des pêcheurs polonais. Les autorités du pays ont pourtant tardé à réagir : en fin de semaine dernière, à la découverte des monceaux de cadavres, le gouvernement venait de recevoir l’information, et l’Allemagne n’avait pas encore été alertée.

Toutes les pistes envisagées

Les causes exactes de la catastrophe restent inconnues ; cependant la piste d’une pollution massive aux substances chimiques se préciserait de jour en jour. 

« D’énormes quantités de déchets chimiques ont sans doute été déversées dans le fleuve en toute connaissance des risques et des conséquences », a ainsi déclaré le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, la semaine dernière.

Des échantillons d’eau prélevés en Pologne et en Allemagne sont en cours d’analyse par différents laboratoires de ces deux pays, de République tchèque, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Publiés le 16 août, les premiers résultats de ces analyses prouvent que le niveau d’oxygène, les taux de sel, le pH et la turbidité de l’eau du fleuve ont soudainement augmenté ces dernières semaines, alors que les quantités d’azote diminuaient tout aussi brutalement.

Le 13 août, l’Allemagne prétendait avoir retrouvé, dans ses échantillons, des concentrations importantes de mercure – l’un des métaux les plus toxiques et persistants qui soient –, mais la ministre de l’Environnement polonaise a contesté cette hypothèse, affirmant pour sa part qu’« aucun des échantillons testés jusqu’à maintenant n’a[vait] montré de substances toxiques ». Les journaux allemands mentionnent également la piste d’une algue toxique émanant de résidus de potasse.

Selon la Pologne, l’hécatombe pourrait avoir été provoquée par un déversement trop important d’eaux usagées contenant du chlore, ou encore par les canicules successives qui, en faisant baisser le niveau de l’eau, pourraient avoir empêché le fleuve de se débarrasser des substances polluantes et des sels « habituellement » émis par l’activité humaine.

La police polonaise promet une récompense d’un million de zlotys (210 000 euros) à celui ou celle qui parviendra à découvrir les responsables de la catastrophe.

Des conséquences « sur des années », voire des décennies

Depuis les années 1990, l’Oder a fait l’objet de plusieurs accords de protection entre les trois États qui en partagent la gestion. Créé en 1992, le parc national de la vallée de la Basse-Oder (165 km2), en Allemagne, est notamment connu pour abriter des paysages intacts de polders et de très nombreuses espèces aquatiques et limicoles telles que la loutre, le castor, la cigogne ou encore la barge et le combattant.

Les conséquences réelles de cette pollution sur le fleuve restent difficiles à mesurer. Chef adjoint du parc national de la Basse-Oder, Michael Tautenhahan parlait le 14 août de « décennies de travail réduites en miettes »

« Certains experts comparent la catastrophe écologique qui frappe l’Oder à un second Tchernobyl, ajoutait, le lendemain, le quotidien polonais Gazeta Wyborcza. Les autorités ont prévenu les citoyens trop tard, mais ce n’est pas tout. L’éradication de toute vie de l’Oder aura un impact qui se ressentira sur des années, voire même des décennies. »

Pour l’instant, quelque 500 kilomètres du fleuve seraient touchés par la catastrophe, qui n’aurait pas encore atteint l’estuaire ni la lagune de Szczecin, elle-même protégée par un parc naturel que partagent la Pologne et l’Allemagne.

Image à la une : PATRICK PLEUL / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

19 août 2022 - Augustin Langlade
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Forêts Notre nouveau livre «Forêts » est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Ces géants immobiles, nichés entre ciel et terre, sont apparus il y a plus de 400 millions d’années. Ils ont été les premiers à peupler notre planète. Ils ont traversé les âges, les tempêtes, un climat aussi varié que puissant, mais ils ne résisteront peut-être pas au passage de l’être humain, qui est en train d’anéantir les écosystèmes les plus riches de la terre. Ingénieur forestier, botaniste, mycologue, philosophe, journaliste, photographe, cultivateur : des plumes scientifiques et poétiques se sont unies pour vous proposer un tour d’horizon le plus complet possible sur notre monde végétal. Des sujets variés pour comprendre nos plus fidèles alliés, savoir comment les protéger et créer, peut-être, un sursaut collectif en devenant des gardiens de la forêt.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^