Pays-de-la-Loire : Destruction illégale de bocages pendant le confinement

FNE et la LPO Pays de la Loire dénoncent des « pratiques illégales et irresponsables » qui risquent de causer des dégâts énormes sur la biodiversité, alors que le printemps est la période de l’année où se passent nidification, pontes, couvées et croissance des petits.
22 avril 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre nouvelle bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 130 pages
- Impression : France

Commander

Au Pays-de-la-Loire, France Nature Environnement et la LPO dénoncent les destructions de haies qui sont commises en période d’interdiction printanière et de confinement. Pour les deux ONG, cette destruction est à contre-courant de ce que nous confirme la crise sanitaire actuelle : l’importance de préserver et régénérer la biodiversité.

Destruction illégale de haies bocagères

Avec la plateforme de vigilance citoyenne « Sentinelles de la Nature », France Nature Environnement Pays-de-la-Loire a reçu de nombreux signalements de destruction de haies et le brûlage du bois vert issu de ces coupes. En cause, les conditions hivernales qui n’ont pas permis de réaliser un grand nombre de chantiers, et leur relance avec l’arrivée du printemps.

Problème : cette destruction se fait en illégalité au regard de la législation en cours. En effet, les tailles de haies en milieu agricole sont interdites du 1er avril au 31 juillet, pour respecter la nidification et l’essor de la biodiversité, tandis que le brûlage des déchets verts est interdit pour ne pas aggraver la pollution de l’air.

« La haie joue pourtant plusieurs rôles importants pour l’environnement : filtre naturel des eaux polluées par les activités de l’homme, rôle d’éponge permettant de stocker l’eau dans les terres agricoles, rôle de brise vent et créateur de micro-climats favorables à l’agriculture de polyculture élevage ; rôles pour la biodiversité : espace refuge et d’alimentation pour la faune, lieu de nidification pour les oiseaux et de gîte pour les chauve-souris et composante importante du puits de carbone face au changement climatique. » rappelle François Halligon, président de la LPO Pays de la Loire

FNE et la LPO Pays de la Loire dénoncent des « pratiques illégales et irresponsables » qui risquent de causer des dégâts énormes sur la biodiversité, alors que le printemps est la période de l’année où se passent nidification, pontes, couvées et croissance des petits.

La Ferme Ursule, en Vendée, a choisi de conserver et entretenir les bocages – Crédit : Laurie Debove

Le bocage, une espèce en voie de disparition

Lors de l’industrialisation de l’agriculture, à la fin de la deuxième guerre mondiale, le « remembrement » a détruit plus de 600 000 km de haies bocagères qui délimitaient les parcelles paysannes. Pour créer de grands champs accessibles aux tracteurs, les bocages ont été systématiquement éradiqués des campagnes françaises, arrachant des arbres par milliers, souvent contre l’avis de la population.

Au Pays-de-la-Loire mais aussi dans d’autres régions françaises, de nombreuses initiatives émergent pour redonner leur place aux haies dans le paysage agricole. Les agriculteurs sont souvent partagés entre les bénéfices des bocages dans les champs, et le travail d’entretien qu’ils réclament. Alain Quéro, éleveur laitier, a choisi de replanter plus de 1500m de haies épaisses sur sa ferme.

« Avant y avait plus d’arbres, j’entendais pas un moineau, aujourd’hui j’ai un concert de gazouillement tous les jours. Ça coupe le vent, les rendements ne sont pas moins bons, les insectes qui mangent les pucerons ont un abri et je commence même à avoir du bois pour me chauffer. » énumère-t-il pour l’AFP.

Les bocages sont ainsi adaptés pour limiter l’érosion des sols causée par le vent. Cependant, les politiques agricoles menées en faveur d’une agriculture industrielle mécanisée vont à l’encontre des petites exploitations agroécologiques dans lesquelles les bocages ont toute leur place.

Une question reste en suspens : les bocages vont-ils retrouver leur juste place dans nos campagnes ou périr sous les assauts de l’agrandissement des exploitations agricoles industrielles ?

22 avril 2020 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^