Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

Les oiseaux nous rendent plus heureux que l’argent, montre une étude

D’autres études avaient aussi montré que les oiseaux ont un impact direct sur notre bien-être. Les chants qui signalent leur présence provoquent notamment une réduction du stress, une régénération éprouvée de l’attention au monde et l’émergence d’émotions positives en nous.
13 avril 2021 - Pierre Boccon-Gibod
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Voilà une nouvelle qui ne devrait pas surprendre les passionnés des volatiles : selon la revue scientifique Ecological Economics, une augmentation de 10% du revenu moyen européen résulte en une moindre satisfaction qu’une augmentation de 10% de la diversité d’oiseaux dans l’environnement immédiat. Si l’article met en garde contre l’utilisation abusive de cette comparaison, utile pour quantifier la place de la biodiversité dans le bien-être humain, elle reste frappante par sa simplicité : 14 types d’oiseaux en plus dans votre environnement vous rendront plus heureux qu’une prime de 124 € lorsque vous êtes payé au SMIC.

« En analysant les données de 26 000 adultes de 26 pays européens, compilées à partir de l’enquête européenne sur la qualité de vie de 2012, les chercheurs concluent que la diversité de la nature, notamment des oiseaux, avait la plus grande influence sur l’humeur des gens. » résume ainsi le National Post.

La revue précise alors les conclusions qu’ont tiré les chercheurs de leurs données :

« Selon l’étude, les gens étaient un peu plus de 50 % plus heureux avec une augmentation de 10 % des espèces d’oiseaux qu’avec une augmentation supplémentaire de 10 % de leurs revenus. ».

Prenons garde : cette idée qu’on puisse être « 50% plus heureux qu’un autre » est en fait une caricature inexacte des conclusions de la recherche. Les chiffres utilisés indiquent plutôt que les personnes ayant déclaré être satisfaites de leur vie sont 1,5 fois plus nombreuses parmi celles qui sont entourées d’oiseaux que parmi celles gagnant 10% de plus sur leur salaire net habituel.

Crédit : Taneli Lahtinen

Les scientifiques n’ont d’ailleurs pas oublié de préciser que celles qui profitent de côtoyer de grandes diversités d’oiseaux sont aussi celles qui profitent des aménagements naturels ou urbains dans lesquels ces espèces prolifèrent, aménagement eux-mêmes plus adaptés au développement du bien-être humain, chose que leurs chiffres ne mesurent pas.

Crédit : Diane Serik

Il reste que d’autres études ont bien montré que les oiseaux ont un impact direct sur notre bien-être. Les chants qui signalent leur présence provoquent notamment une réduction du stress, une régénération éprouvée de l’attention au monde et l’émergence d’émotions positives en nous.

De quoi interroger sur la valeur concrète de la biodiversité donc, et sur les effets qu’auront sur nous la disparition de certaines de ces espèces, par suite de la destruction décomplexée de leurs conditions d’existence et des effets du changement climatique.

Si l’étude provoque pourtant un sentiment d’absurdité, c’est parce qu’elle compare la richesse de la biodiversité à la richesse économique, choses que nous avons l’habitude de considérer bien séparément.

Les chercheurs eux-mêmes s’en étonnent : « Nous avons […] examiné les données socio-économiques des personnes interrogées et, à notre grande surprise, nous avons constaté que la diversité aviaire est aussi importante pour leur satisfaction de vie que leurs revenus. » s’est ainsi confiée, d’après le National Post, Katrin Böhning-Gaese, directrice du Centre de recherche sur la biodiversité et le climat de Senckenberg.

Ceci s’explique certainement par le fait que nous considérons l’argent comme l’ultime moyen de répondre à nos besoins essentiels (manger, se loger, se projeter dans l’avenir…). Pour la machine économique, les oiseaux ne seraient « que » des attributs inessentiels dans l’environnement.

Pourtant, en analysant plus attentivement ce qu’est l’argent, il peut devenir évident que la présence d’oiseaux soit plus satisfaisante que le prospect d’une augmentation salariale.

L’argent, à bien y regarder, n’est jamais plus qu’une promesse de pouvoir accéder, à l’avenir, à des biens ou des services produits par d’autres êtres humains. Quand les besoins de base d’un individu sont assurés, gagner plus d’argent revient à gagner plus de capacités à réclamer quelque chose des autres dans un avenir à déterminer.

Avec l’argent vient donc l’angoisse du choix (où dépenser cet argent ?), l’angoisse que la promesse ne soit pas tenue (possibilité que l’argent perde en valeur auprès des autres) et apparaissent les tourments aigres-doux du désir (aussi longtemps que l’argent n’est pas dépensé, le bien ou service qu’il sert à acheter est idéalisé, provoquant une souffrance de ne pas avoir ce qu’on veut avoir). Gagner plus d’argent, c’est ainsi augmenter le poids de cette charge mentale et morale.

A la limite, l’argent rassure, il permet d’avoir plus confiance en son pouvoir d’être satisfait à l’avenir ; mais il ne permet jamais de gagner directement de la satisfaction, du sentiment qu’il fait bon d’être vivant.

La présence d’une diversité d’oiseaux aux alentours, quant à elle, relève d’une tout autre logique. Il ne s’agit pas d’une promesse pour un avenir à déterminer. Il s’agit d’une preuve que la vie bat actuellement son plein autour de soi.

Lorsque les oiseaux chantent, l’instant est riche d’évènements dans lesquels nous sommes lancés. L’action n’est pas ailleurs, en train d’attendre d’être commencée, mais elle se trouve déjà ici, dans cette forêt ou dans ce jardin, où de petits êtres chantent pour s’appeler, se séduire et se reconnaître.

La valeur d’un tel moment, qui nous ramène immédiatement au présent, est inestimable. Aujourd’hui, la recherche scientifique peut même chiffrer ce quelque chose en plus que nous préférons à l’obtention d’une prime sur son SMIC. Les doctrinaires de l’homo economicus seront-ils prêts à l’entendre ?

13 avril 2021 - Pierre Boccon-Gibod
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^