Nos livres financent notre indépendance Nos livres financent la gratuité de notre média et notre indépendance

Le pique-bœuf rouge protège le rhinocéros des braconniers !

En swahili, le pique-boeuf rouge se dit Askari Wa Kifaru, qui signifie « gardien des rhinocéros ».
30 septembre 2021 - Liza Tourman
FacebookTwitter
Générations, notre nouveau livre qui marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde

- Thème : Changements climatiques, répression policière, inégalités, agroécologie, politique, féminisme, nature…
- Format : 290 pages
- Impression : France

Commander

Le rhinocéros est toujours en proie à un braconnage terrible qui met en danger la pérennité de l’espèce. Aujourd’hui, il ne resterait que 29 500 rhinocéros, sauvages et captifs, dont 70 % en Afrique. Au-delà des nombreuses solutions technologiques et humaines mises en place pour tenter d’endiguer le phénomène, un petit oiseau pourrait bien aider à préserver les rhinocéros. Juchés sur leur dos à la recherche de tiques à manger, ils les alertent aussi de la présence d’humains, et donc de braconniers. Un rapport mutualiste qui augmente les chances de survie de ces mammifères si convoités, selon les chercheurs à l’origine de cette étude.

Une histoire de braconnage

Nos ancêtres chassaient pour se nourrir, utilisaient la peau de l’animal mort pour se confectionner des habits chauds et taillaient leurs os pour se faire des outils. Rien n’était laissé-pour-compte.

Dans certaines tribus, la croyance veut que l’animal possède une âme comme tous les êtres vivants. Avant une chasse, les iroquoiens et algonquiens suivent minutieusement des rituels ciblés. Ils prient l’esprit de l’animal et lui offrent du tabac en lui demandant la permission de le tuer pour sustenter leur famille.

Le rhinocéros est un survivant de l’ère des mammifères géants. Il tire son nom de deux mots grecs, rhis et kéras, signifiant respectivement « nez » et « corne ». Il est aujourd’hui en voie de disparition à cause du braconnage.

En Chine et au Vietnam, la croyance voudrait que la kératine dont est faite la corne de rhinocéros possède des vertus thérapeutiques contre le cancer ainsi que des qualités aphrodisiaques. Cette légende s’est consolidée il y a une dizaine d’années lorsqu’une information parut, expliquant qu’un officiel du gouvernement vietnamien atteint d’un cancer serait rentré en rémission après avoir ingéré de la corne de rhinocéros broyée.

Pourtant des scientifiques ont démontré que l’excroissance de ce mammifère n’avait aucune propriété thérapeutique.

Hélas ! nous ne le savons que trop bien, les croyances ont la vie dure. Ajouté à cela qu’elle représente un signe de richesse certain, il n’est plus étonnant qu’elle soit si convoitée. Elle se vendrait jusqu’à 5800 euros le kilo au marché noir en Afrique du Sud et jusqu’à cinq à dix fois plus élevés en Asie. Bien sûr, en toute illégalité.

Ces dix dernières années, leur population a chuté de 70 % à cause du braconnage sauvage exercé à son encontre. C’est ce que déplore une étude récente menée par South African National Park, l’organisation qui gère le célèbre parc Kruger ainsi que 18 autres en Afrique du sud.

Estimés sur place à 10 000 habitants en 2010, ils sont aujourd’hui moins de 4000. Ces derniers représentent environs 30 % de la population totale des rhinocéros sauvages au monde, estimée à 18 000 individus.

Et pourtant aussi sauvages qu’ils soient, seul l’attribut reste car les rhinocéros sont parqués dans des réserves afin de pouvoir (sur)vivre.

6200 autres sont les biens de propriétaires privés qui les utilisent pour des safaris, des chasses légales ou encore pour la production de cornes. Car même si la vente de cornes est interdite, il existe en Afrique du sud des permis qui autorisent de les couper afin de les mettre en sécurité en attendant une légalisation de cette dernière. Cynique dites-vous ?

Cette interdiction a été prononcée en 1977 par les pays adhérant à la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites). De cette dernière, les trafiquants ont exploité la faille : celle de l’exportation de la corne de rhinocéros blanc abattu avec un permis de chasse.

De plus, cette autorisation a incité des trafiquants vietnamiens à s’enregistrer auprès d’organisations de chasseurs afin de les revendre par la suite au marché noir.  L’Afrique du sud a durci ses règles en limitant, entre autres, la prise de rhinocéros à un individu par chasseur et par an mais aussi en refusant le permis aux chasseurs vietnamiens.

 En sus, cette interdiction internationale contenait une autre faille : elle n’était valide que pour le commerce entre pays. Ainsi, elle restait légale au cœur même de l’Afrique du Sud. Un moratoire en 2009 prononcé par le ministre de l’environnement et du tourisme visait cette autorisation afin de « freiner la hausse du commerce illégal de corne de rhinocéros » et « tenter de contenir le braconnage ».

Jusqu’en 2016, plusieurs tentatives ont eu lieu pour tenter de lever cette interdiction mais en vain. Est-ce une chance ou un malheur ? L’histoire nous l’a montré : lever une interdiction sans mesure d’encadrement a amené à des catastrophes. Comme la suspension de celle concernant la vente d’ivoire d’éléphant en 2007.

Mais a contrario, interdire l’appât du gain ne fait qu’accroitre l’existence de marchés noirs. Alors serait-ce le serpent qui se mord la queue ? Quelles perspectives existent-ils afin de protéger ces énormes mammifères malvoyants à quatre pattes ?

Crédit : David Clode

Une solution au-delà de l’intervention de l’homme

Des technologies de surveillance sont utilisées dans les parcs afin d’endiguer le braconnage. Selon SANparks, il aurait, grâce à ces méthodes, reculé de 21,6 % entre 2018 et 2019.

Les parcs privés, eux, ont choisi la coupe de corne qui est excessivement onéreuse. Qui plus est que cette dernière repousse au bout de quelques années… C’est donc une technique financièrement non abordable pour la plupart des parcs.

Récemment, une étude beaucoup plus étonnante a démontré que l’oiseau pique-boeuf présent sur le dos des rhinocéros augmenterait ses chances de survie.

En effet, ce petit oiseau s’avère être un vrai radar en plus d’un stratège aguerri. En effet, cet insectivore s’agrippe à l’aide de ses griffes aux mammifères sauvages tels les rhinocéros afin de se nourrir des parasites qui y ont élu domicile, notamment la tique.

Les pique-boeufs raffolent du sang : ils peuvent ingérer en une journée jusqu’à 100 tiques gonflées d’hémoglobine. Si ces derniers trouvent sur le rhinocéros de quoi s’alimenter, lui en est débarrassé …. Mais pas que.

Des chercheurs ont démontré qu’ils le préserveraient des braconniers. Si le rhinocéros n’a pas une bonne vue, le pique bœuf avec ses yeux perçants, l’avertit du danger en faisant du bruit et en sifflant. C’est ce que les scientifiques dénomment le rapport mutualiste.

Crédit : David Clode

L’expérience des chercheurs Roan Plotz et Wayne Linklater

C’est en observant ces deux animaux dans la réserve d’Hluhluwe-Umfolozi située en Afrique du sud que Roan Plotz et Wayne Linklater ont constaté que les mammifères portant ces oiseaux sur leur dos, détectaient et évitaient les présences humaines beaucoup plus facilement que leurs semblables solitaires.

Si un rhinocéros a une ouïe et un odorat redoutables, il est doté d’une piètre vue et peut se faire approcher à moins de 5 mètres s’il est mal positionné par rapport au vent et ne peut ainsi pas détecter une présence humaine.

Roan Plotz a suivi pendant 27 mois deux groupes de rhinocéros dans la réserve sudafricaine. Le premier groupe portait des émetteurs radios permettant de les localiser sans avoir à les approcher. Tandis que le second groupe constitué d’une centaine d’individus n’en avait pas.

L’idée des chercheurs étaient de les retrouver pour savoir s’ils portaient ou non des pique-boeuf sur le dos. Le résultat est sans appel :

« Nous avons estimé qu’entre 40 et 50 % de toutes les rencontres possibles avec les rhinocéros noirs ont été entravées par la présence des pique-bœufs » affirme Roan Plotz

Pique-boeuf à tête rouge – Crédit : Profberger

La seconde étape consistait à s’approcher des rhinocéros avec ou sans oiseaux sur le dos afin d’observer leur comportement. 86 tentatives plus tard, il s’est avéré que tous les mammifères portant un ou plusieurs oiseaux sur eux ont montré des signes suggérant qu’ils avaient détecté la présence humaine autour d’eux.

Mieux encore, plus il y avait d’oiseaux sur eux, plus la distance de détection était grande. En revanche, en l’absence de ce dernier, seuls 23 % des cas ont montré des signes d’agitation. Les chercheurs ont aussi relevé qu’à chaque fois qu’un rhinocéros entendait le cri d’un pique-boeuf, il se réorientait afin de se trouver face au vent.

Même si les intentions du pique-boeuf ne sont pas tout à fait claires, il n’en reste pas moins un protecteur de ces animaux en voie de disparition et pourrait aider les rhinos à échapper au braconnage.

Il existe dans la nature énormément de rapports mutualistes entre animaux ou entre plantes et animaux et vice et versa. Comme nous l’avons écrit plus haut, notre anthropocentrisme nous éloigne indéniablement du fonctionnement de la nature et de sa force à s’auto-organiser et se protéger.

Pas étonnant qu’en langue swahili, le pique bœuf rouge se dit Askari Wa Kifaru, qui signifie « gardien des rhinocéros ». Ce qui prouve qu’à l’instar de nos ancêtres qui chassaient avec la conscience que tuer était un acte grave, il n’est pas devenu impossible d’apprendre à observer et respecter le vivant dans son ensemble.

30 septembre 2021 - Liza Tourman
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Générations Notre nouveau livre « Générations » marque dans le temps l’esprit d’une génération qui se bat pour préserver notre monde. Changements climatiques, répression policière, inégalités, capitalisme hors de contrôle : la nouvelle génération va devoir relever des défis inédits, pour certains presque insurmontables. Mais que ressent-elle ? Quel sens donne-t-elle au présent ? Et comment perçoit-elle l’avenir ? C’est ce que nous avons cherché à comprendre dans ce nouveau livre-journal, « Générations ».
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^