Le Permacooltour : un collectif à la rencontre de celles et ceux qui bâtissent les alternatives

« On est à un moment d’effondrement de notre société », constatent-ils. « Et notre vie personnelle aussi s’effondre avec le virus. Donc on est en train de réinventer autre chose. Ce que nous apprend l’aventure est de lâcher prise et faire confiance à la vie. En faisant ça on crée notre réalité, on dépasse nos peurs et nos limites ».
29 janvier 2021 - Marine Wolf
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Tout commence par un rêve d’Alexis et Kevin. Conscients de faire partie d’une génération en peine de sens, ils s’imaginent partir à la rencontre de celles et ceux qui inventent de nouveaux possibles à travers la permaculture. Se dessine alors le projet de faire un tour de France des éco-lieux. Ils décident de partir ensemble à vélo pour une durée indéterminée : embarquez avec le Permacooltour.

Durant des mois, ils recensent des lieux inspirants grâce à des articles et par le bouche-à-oreille. Le but de leur voyage est non seulement de découvrir ce qu’il s’y passe et de se former à la permaculture, mais aussi de mener un projet documentaire. Kevin est photographe et vidéaste, il veut prendre le temps d’observer, de comprendre et de discuter, pour ensuite mettre en lumière ces personnes qui agissent.

En 2019, ils enfourchent leurs vélos et commencent à parcourir le Sud-Ouest de la France. C’est le début du Permacooltour. Le 1er épisode de la série documentaire, « Terre Paille et compagnie », est réalisé lors d’un premier chantier participatif chez Pascal Depienne. Ils y font la rencontre de Kamil, qui devient le troisième Perma-pote.

Au fur et à mesure que l’aventure se poursuit, l’équipe s’agrandit jusqu’à rassembler une dizaine de jeunes. Ceux-ci contribuent au développement des projets visités à travers leur participation aux chantiers et à des ateliers animés sur place. Ils tirent de ces immersions des vidéos pour la série documentaire, des podcasts, des reportages photo, un carnet de voyage…

Crédit : Kévin Simon

Au moment où le confinement commence à se profiler, l’équipe se met à chercher un écolieu susceptible de les accueillir et tombe sur l’Aérium. Bâti dans un ancien sanatorium, cet écovillage rassemble une trentaine de personnes à l’année dont une quinzaine d’enfants.

Crédit : Kévin Simon

Depuis 10 ans, ceux-ci vivent ensemble en expérimentant des outils de gouvernance partagée. Or, la gouvernance constitue l’un des 7 pétales de la permaculture, que les Perma-potes veulent découvrir. Ils rejoignent l’Aérium et s’y sentent si bien qu’ils y restent au-delà du confinement.

C’est depuis ce hameau au cœur des Cévennes qu’Alexis, Kevin, Gabrielle et Timothée de l’équipe du Permacooltour accordent un entretien à La Relève & La Peste.

« Dès le début de l’aventure, on avait imaginé tout un itinéraire », expliquent-ils. « Mais avec le contexte actuel, le trajet a été chamboulé. Tout ce qu’on a avait prévu a été revu. On suit maintenant le flot de la vie…et c’est carrément mieux ! »

Crédit : Kévin Simon

Rester plus longtemps en immersion leur a permis de voir en profondeur les lieux où ils s’arrêtaient. En 8 mois, ils ont parcouru un quart de la France. Le projet est maintenant de rejoindre l’Ardèche, la Provence et la Corse puis remonter vers la Belgique en passant par la Suisse.

À présent, le Permacooltour est devenu un collectif itinérant dont les membres ont un rêve commun : créer plus tard un écolieu, pour rendre la pareille à ceux qui les ont accueillis.

Crédit : Kévin Simon

En attendant, ils s’emploient à participer à l’émergence de communautés collaboratives, et à raconter leur histoire.

« On veut montrer le pouvoir de la fiction, à l’instar d’Alain Damasio », explique Kevin. « On sait qu’on va dans le mur », enchérit Alexis. « On doit changer de fictions, avoir en tête des histoires qui nous donnent envie d’aller de l’avant. Sortir de ce conditionnement qui pousse à avoir un métier, une carrière, comme si c’était la seule voie possible ».

En voyageant et en vivant ensemble, les Perma-potes ont découvert qu’ils apprenaient non seulement à mieux se connaître les uns les autres, mais à se connaître eux-mêmes.

Crédit : Kévin Simon

« On est à un moment d’effondrement de notre société », constatent-ils. « Et notre vie personnelle aussi s’effondre avec le virus. Donc on est en train de réinventer autre chose. Ce que nous apprend l’aventure est de lâcher prise et faire confiance à la vie. En faisant ça on crée notre réalité, on dépasse nos peurs et nos limites ».

Parmi les limites qui se dressaient au début de l’aventure, il y avait bien évidemment la question de l’argent.

« Avec le confinement, on n’a quasiment rien dépensé » notent-ils. « La nourriture vient des invendus des supermarchés, ou grâce à des coups de main à des maraichers et à des chantiers sur des écolieux ».

Crédit : Kévin Simon

Au final, le voyage ne coûte pratiquement rien.

« C’est bien plus riche de vivre une aventure sans argent. Se libérer de cette emprise nous rend plus libres. On échange mieux avec les autres », témoigne Kevin.

Crédit : Kévin Simon

Au fil des mois, le projet a pris de l’ampleur.

« En partageant notre expérience, on n’imaginait pas que ça toucherait, que ça intéresserait, que ça ferait rêver tant de personnes. On a reçu pleins de messages, notre histoire a fait réfléchir les gens sur leur propre condition ».

Crédit : Kévin Simon

Avec la carte virtuelle partagée sur leur site, les Perma-potes veulent encourager d’autres jeunes à partir et s’engager.

« Il y a quelques mois, plein de possibilités s’offraient à moi », raconte Gabrielle. « J’aurais par exemple pu m’isoler dans un appartement en ville, mais mon cœur m’a dit que je voulais rester en milieu rural. C’est comme ça que je me suis retrouvée à l’Aérium et dans le Permacooltour… et c’est une des plus belles choses qui me soient arrivées ».

29 janvier 2021 - Marine Wolf
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Animal Livre-Journal - N°5 Notre cinquième numéro ANIMAL vient de paraître. Primatologue, philosophe, journaliste, avocat, président d’ONG… animent avec force nos textes afin de nous raconter l’envers du décor du peuple animal. Des dernières découvertes en termes d’intelligence, d’émotion et de culture en passant par le trafic d’espèces sauvages ou encore la captivité animale et bien d’autres sujets, ce livre dresse un constat alarmant sur le monde animal. Dans moins de 20 à 30 ans, ce monde féérique qu’est le peuple animal n’existera plus, anéanti par l’Homme et le réchauffement climatique. On ne peut changer notre regard sans être informé, sans cela le peuple Animal disparaîtra à tout jamais.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^