Passez votre été avec nos livres Des livres écrits par les plus grands acteurs de la cause écologique pour vous éveiller et vous faire passer à l’action

« Dans un monde toujours plus rapide et contrôlé, s’isoler dans la nature est le plus grand des privilèges »

Les enseignements ont été riches. On a expérimenté un vrai lâcher prise pendant 25 jours sans aucune connaissance sur le canoë. On s’est adaptés en permanence à ce qui arrivait, à rebours de cette société où on essaie de tout contrôler tout le temps, où on ne laisse pas la Nature évoluer à son rythme.
27 avril 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Face à la frénésie de la société, le réalisateur Lionel Prado et le photographe Antonin Charbouillot se sont lancés un défi. Ils sont partis voguer pendant 25 jours sur 500km de rivière sauvage dans le Grand Nord Canadien, une aventure en autonomie totale sans aucune expérience en canoë. De ce périple est né un film « S’abandonner au Sauvage », et de nombreux enseignements, que Lionel Prado a voulu partager avec La Relève et La Peste.

LR&LP : D’où est venue l’envie de se lancer dans cette aventure ?

Lionel Prado : Nous sommes partis en août 2017, pour 3 mois de voyage dont 25 jours sur cette rivière reculée dans le Grand Nord Canadien en autonomie. Cette aventure est venue d’une profonde envie de liberté qui répondait à un élan de vie : rencontrer le Sauvage.

Comme beaucoup de gens de ma génération, j’ai été marqué par le film « Into the Wild ». Ce mec qui étudie pour ses parents, pour sa famille, pour la société et qui finit par tout quitter pour créer sa propre voie.

Il est devenu très difficile dans notre société d’aller à contre-courant pour faire quelque chose qui te parle et t’anime, cela demande beaucoup d’énergie et c’est précaire financièrement. Mais je sentais que je devais le faire, je suis donc parti avec un autre photographe, Antonin Charbouillot, nous avons décidés de faire cette aventure ensemble : le but, c’était de rencontrer des grands prédateurs en Alaska.

Man & Wild – Sur le rivage, la boue est fraîche, elle révèle les ombres du sauvage. Les traces sont nombreuses, les loups côtoient régulièrement les berges même s’ils restent toujours invisibles à mes yeux. – Crédit : Lionel Prado

LR&LP : Comment définissez-vous le Sauvage ?

Pour moi le Sauvage, c’est l’absence de contrôle. La Nature vierge de l’impact des hommes, c’est à mes yeux une entité qui obéit à ses instincts. L’essence du Sauvage, c’est d’Etre, pas de paraître. Il n’y pas de masques, ni de rôles. Le Vivant est ce qu’il doit Être.

Au cœur du Sauvage, on oublie toutes les questions qu’on se pose lorsque nous sommes pris dans la frénésie du quotidien. J’ai le sentiment que notre société traverse une crise de sens. En France, une grande frange de la population a plus de confort de vie qu’avant, mais nous nous sentons plus vite épuisés psychologiquement.

De nombreuses personnes se retrouvent à faire des choses qu’elles n’aiment pas. Suivre ses rêves est très dur, un parcours de chaque journée.

LR&LP : Quatre ans après, quels sont les enseignements que vous avez tiré de cette expédition ?

Quatre ans après, la magie reste en soi. Cette expérience a ancré ma vision et mon approche au Sauvage, mais aussi mes réflexions sur la société. Au final, 25 jours passent très vite, et on a eu le sentiment d’effleurer le Sauvage plus que de pouvoir l’appréhender en profondeur.

Mais les enseignements ont été riches. On a expérimenté un vrai lâcher prise pendant 25 jours sans aucune connaissance sur le canoë. On s’est adaptés en permanence à ce qui arrivait, à rebours de cette société où on essaie de tout contrôler tout le temps, où on ne laisse pas la Nature évoluer à son rythme.

S’abandonner au sauvage, c’est donc le fait de lâcher prise. Dès le début de notre expédition, j’ai compris qu’on n’était pas préparés. On s’est retournés avec le canoë qui contenait tout notre matériel. A ce moment-là, on s’est demandés ce qu’on faisait-là.

On a rencontré des rapides, des arbres qui tombaient sur la rivière : il fallait sortir de l’embarcation alors que tu as toute ta vie sur le canoë. Si ton embarcation coule, tu perds tout ton matériel. Je manquais beaucoup de confiance en moi et cette aventure m’a redonné foi en mes propres capacités. Tu te sens vivre, tu te sens différent et c’est magique, c’est quelque chose.

Lost in the wild. – Crédit : Lionel Prado

LR&LP : Avec le recul, ce manque d’expérience en canoë était-il une prise de risque inconsidérée ou une partie fondatrice de l’expérience ?

Je n’y connaissais rien en canoë mais j’avais déjà fait des expéditions en solitaire dans le Parc du Mercantour et ailleurs. On s’en est sortis, alors forcément je suis convaincu qu’il faut vivre ses rêves, de se laisser guider par ce qui nous appelle.

Les rapides, et la fois où on a été pris dans un orage ont été des moments effrayants, et sûrement parmi les plus marquants. Une telle expédition n’a rien de vacances reposantes. Mais après la tempête vient le soleil, et les animaux eux n’attendent pas le beau temps pour chercher à manger.

Comme le dit Kim Pasche : « La Nature n’est ni hostile, ni accueillante, elle est c’est tout. »

L’humain essaie trop de qualifier quelque chose de « bien » ou « mal », alors que la Nature n’a pas de valeur morale sur les événements qui y ont lieu.

Les saumons qui se font déchiqueter vivants par les aigles pygargues, c’est de la souffrance. Mais les aigles ont besoin de se nourrir. Durant le périple, nous essayions de nous inscrire dans ce cycle. Nous avons pêché quelques poissons, et nous nous sentions vraiment reconnaissants d’avoir grâce à eux un bon repas chaud après une journée sur la rivière.

Finalement, nous sommes revenus à l’essentiel : avancer, se nourrir, se chauffer. A la fin de ce périple, nous nous sentions vraiment connectés à la Nature et au Sauvage, on était bien au fil de l’eau.

Le quotidien de la Rivière sur 500 km. – Crédit : Lionel Prado

LR&LP : Sur la trace des animaux ?

Au final, cela a été beaucoup plus dur que ce que nous pensions d’observer des animaux car le territoire est tellement vaste qu’ils bougent énormément et sont très peu visibles. J’imaginais qu’on allait les voir souvent s’abreuver ou se nourrir sur les rives de la rivière, mais non !

Ironiquement, en France, c’est presque plus facile. J’ai fait de nombreuses rencontres avec la faune sauvage dans le Mercantour : des chamois, et même des loups qui sont très durs à observer car ils fuient l’homme du fait d’être trop persécutés.

Mais cela est sans doute aussi dû au fait que l’homme occupe beaucoup de place en France, et que les endroits sauvages sont assez cloisonnés quand les animaux ne doivent pas partager leur territoire avec l’Homme.

Dans le Grand Nord Canadien, c’est tout l’inverse. Les territoires sont immenses et vastes, chacun peut évoluer en toute tranquillité. Au fil de l’eau, nous avons quand même eu de magnifiques rencontres que j’ai partagées dans le film.

Northern lights – Le spectacle est de taille au coeur de la nuit. – Crédit : Lionel Prado

LR&LP : En ces périodes de restrictions, comment cultiver son rapport avec le Sauvage en étant respectueux de l’environnement ?

Pour moi, le covid est un avertissement. On aura beau sortir un vaccin, si on ne change pas notre façon de fonctionner en tant que société, nous allons droit dans le mur.

Tant qu’on n’a pas compris qu’on doit laisser de la place à la Nature, on va avoir des défis de plus en plus grands à affronter.

J’aimerais que nous retrouvions nos libertés de mouvements, mais je sais que si ça repart normalement on ne résoudra jamais la racine du problème. Le confort de l’Occident est une illusion. Regardons le monde tel qu’il devient avec tout ce qu’on traverse, et ce qu’on veut pour demain. Quelle est la richesse de cette vie ?

Les projections auxquelles je participais m’ont permis de rencontrer de belles personnes animées de belles valeurs, comme la Nature, elles ont besoin qu’on leur laisse la place pour s’épanouir et créer quelque chose de différent.

Pyguargue à tête blanche – Crédit : Lionel Prado

Pas besoin de partir en Alaska pour effleurer le Sauvage et faire une pause salvatrice dans la frénésie du quotidien et s’immerger dans la Nature. Les Cévennes, le Mercantour, les Pyrénées, les Alpes, la France regorge encore d’endroits fabuleux.

Attention cependant, il ne faut pas aller « consommer la Nature » comme on le ferait d’une activité en Ville.

Je recommanderais à ceux qui ont ce besoin de s’immerger seul ou à deux, pas plus, dans la Nature : prendre le temps de se taire et d’écouter, d’observer, prendre le temps, et s’émerveiller. Ne pas déranger les derniers espaces de vie Sauvage dans le pays, mais essayer de s’y intégrer.

Quand tu vas en pleine Nature, tu mets ton monde en pause. Il faut qu’on arrive à prendre des pauses et s’accorder des moments. Pour ceux qui n’en ont pas au quotidien, cela peut consister à les programmer sur plusieurs jours en itinérance en bivouac : cela demande peu de ressources et de moyens, et ça met des claques. Dans la vie de tous les jours, ça peut être un merle qui vient nicher sur ton balcon ou ton jardin, réapprendre à observer la Vie autour de soi.

Le film est là pour donner, à mon humble échelle, une bouffée d’air dans ce monde qui va tellement vite.

Pour voir le film : La projection digitale est programmée ici pour le 6 mai, elle sera suivie d’un débat.

27 avril 2021 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^