image-couv-site-012323333

« Venez, maintenant on dit que le type qui achète de la fourrure est une grosse merde »

FacebookTwitter

La campagne « Vire ta Capuche » repart de plus belle avec une vidéo tout juste postée par le fameux humoriste Rémi Gaillard. Cette campagne a pour but de sensibiliser la population et de lever une nouvelle fois le voile sur les pratiques barbares utilisées pour la production de fourrure.

Rémi Gaillard, humoriste au poing levé

Déjà largement engagé auprès de la cause animale et précédemment parrain actif de la SPA de Montpellier, il a récemment marqué les esprits en s’enfermant dans une cage de cet établissement durant 4 jours dans le froid et l’enfermement. Cette opération a permis de lever plus de 200 000 euros pour le refuge, de faire adopter 19 chiens et 38 chats et surtout de sensibiliser la population. Cette démarche lui a valu d’être élu Personnalité de l’Année 2016 par l’association de défense des animaux : PETA. Sa notoriété mondiale et ses 6 millions d’abonnés sur Youtube ont été un parfait levier pour porter la voix de la cause animale dans une société où la fourrure s’invite partout et où les consciences ont besoin de s’éveiller plus largement.

C’est dans ce cadre que la campagne « Vire ta Capuche » lancée par l’association ANIMALTER, dans la lignée de la campagne nationale « Mode Sans Fourrure » est encore mise sur le devant de la scène, notamment grâce au soutien de 60 personnalités. Cette campagne, lancée depuis 2013 compte en son sein 13 associations et peut se targuer d’avoir fait arrêter la fourrure chez des grandes marques pourtant adeptes telles que Kookaï, Aigle, Chevignon ou encore Napapijri.

« Venez, maintenant on dit que le type qui achète de la fourrure est une grosse merde. »

Tel est le commentaire qui accompagne la vidéo de Rémi Gaillard postée avant-hier dans la matinée à l’occasion de l’approche des soldes d’hiver. Si ses vidéos sont plus amusantes et farfelues les unes que les autres, c’est sur un fond gris et avec un ton grave que l’humoriste prend la parole pour dénoncer les actes barbares liés à la production de fourrure. Soutenu par les associations « Merci la mode ! », L214, PETA et Dignité Animale, cette vidéo a rapidement fait le tour du net et compte plus de 2 millions de vues en moins de 24h. Il y explique les pays principaux producteurs de fourrures, les 150 millions d’animaux victimes de cette pratique ainsi que les procédés douloureux et inhumains qui leurs sont infligés afin de se retrouver sur une capuche par exemple. Rémi Gaillard, en plus d’exposer des faits et de sensibiliser, s’adresse à ceux qui achètent de manière inconsciente sans les culpabiliser : « Au fond, personne ne veut payer pour de la vraie fourrure, je m’adresse à la grande majorité qui en achète sans en avoir conscience, pensant à tort qu’il s’agit de fausse fourrure. » Grâce à ces mots judicieux, il sensibilise sans inciter à une confrontation accusatrice et présente les alternatives de fourrures synthétiques d’excellente qualité et donne des conseils afin de reconnaître la vraie de la fausse fourrure.

AGIR

Ces soldes d’hiver sont l’occasion parfaite pour éviter les produits contenant de la vraie fourrure tels que les manteaux, gants, bonnets, pompons et autres accessoires. De plus, vous pouvez accéder à une liste verte contenant les 200 marques qui se sont officiellement engagées auprès de l’Alliance Sans Fourrure Internationale (Fur Free Alliance) ou auprès de Mode Sans Fourrure – ces marques ne vendent plus de produits contenant de la vraie fourrure. Le site viretacapuche.com permet aussi d’envoyer un mail et d’inonder les boîtes des grandes marques qui utilisent encore de la vraie fourrure, d’avoir accès à une liste rouge pour les éviter ou encore de faire un don pour financer les actions du collectif et de faire perpétuer les campagnes.

Commandez votre nouveau Livre-Journal en cliquant sur l’image !

FacebookTwitter
Article Précédent
Article Suivant