Un textile durable créé à partir de ce que l’on consomme peut tout changer

Chaque année, ce sont 250 millions de tonnes de tiges de lin, de chanvre de feuilles d’ananas ou de bananier qui sont ainsi gaspillés. Une quantité hallucinante, qui équivaut à deux fois et demi la demande mondiale en fibres.
18 juillet 2018 - Marine Wolf
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Gaspillage de fibres

À travers le monde, les cultures destinées à l’alimentation génèrent un gaspillage très important : on estime qu’après la récolte, 60 % des composants des plantes sont laissés dans les champs.

Chaque année, ce sont 250 millions de tonnes de tiges de lin, de chanvre de feuilles d’ananas ou de bananier qui sont ainsi gaspillés. Une quantité hallucinante, qui équivaut à deux fois et demi la demande mondiale en fibres.

Ces résidus sont souvent brulés sur place. En Inde par exemple, 13 millions d’hectares de paille de riz sont brûlés par an. Lorsqu’ils se consument, ces déchets rejettent du dioxyde de carbone. S’ils sont abandonnés dans les champs, leur décomposition à l’air libre dégage du méthane.

Crédit Photo : Kelly Sikkema

La technologie Agraloop

Si seulement ces rejets de notre alimentation, inutilisés et polluants, pouvaient être revalorisés… Être transformés en vêtements par exemple ?

C’est le défi qu’a relevé Circular Systems. L’entreprise américaine possède un système de bioraffinerie nommé « Agraloop ». Le principe est de produire du textile à partir des fibres des déchets agricoles.

« C’est un système régénératif qui utilise l’énergie et la chimie tirées des plantes pour promouvoir leurs fibres tout en enrichissant les communautés locales et en créant un nouveau modèle économique », explique Isaac Nichelson, PDG de l’entreprise.

Il est vrai que cette technologie comporte plusieurs avantages. La valorisation de matière première gaspillée, une production à bas-prix, et une source de revenus pour les agriculteurs. En récupérant les résidus agricoles, Circular Systems promet en effet de créer un textile durable. L’impact serait très positif pour le secteur agricole, qui a bien besoin que son fonctionnement − catastrophique d’un point de vue environnemental − soit repensé. Circular System prévoit en outre de produire en bout de chaîne des fertilisants agricoles.

Le textile du futur

Pour le moment, Circular System fabrique de la laine à partir de fibres recyclées grâce à la technologie « Orbital » et recycle les déchets textiles par le biais de la plateforme « Texloop ».

Le lancement commercial d’Agraloop devrait être pour bientôt, après le dépôt du brevet par Circular Systems. Cette technologie, en plus de vendre une fibre durable à l’industrie textile, s’adressera aussi aux fabricants d’emballages et au marché des biomatériaux, comme les producteurs de bio composites, d’absorbants ou d’alimentation animale.

En 2018, Agraloop a remporté le premier prix du Global Change Award de la Fondation H&M.

18 juillet 2018 - Marine Wolf
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Recueil - Hors-série « Recueil » est le titre de notre nouvelle édition. Ce hors-série regroupe tous les plus beaux textes de La Relève et La Peste depuis plus de 7 ans. Nous avons réuni 14 auteurs qui ont façonné La Relève et La Peste depuis ses débuts. Ce livre vous permet de tout comprendre sur les plus grands enjeux de notre monde. Que vous ayez déjà nos livres ou que vous souhaitiez connaître nos éditions, le meilleur choix est ce hors-série qui donne une vision globale de notre travail éditorial.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^