Un projet de carrière validé par le gouvernement risque de détruire 105ha d’espace naturel

Un projet écocidaire mené contre l’avis quasi unanime de la population
12 décembre 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre nouvelle bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 130 pages
- Impression : France

Commander

Au cœur du parc naturel régional du Vexin, l’industriel Calcia-Heidelberg veut forer une carrière de calcaire avec l’aval du gouvernement français. Citoyen.ne.s, élu.es, et agriculteurs mènent depuis 20 ans un combat spectaculaire pour empêcher ce projet écocidaire d’exister.

Les arrangements du gouvernement avec un industriel

Depuis 1995, un groupe de citoyen.ne.s s’est lancé dans un combat de longue haleine pour refuser la construction d’une carrière de ciment au cœur du parc naturel régional du Vexin. Le cimentier Calcia-Heidelberg veut y construire une carrière de 40 mètres de profondeur sur 105 hectares de terres agricoles, actuellement utilisées comme champs de blé, afin d’extraire 700 000 tonnes de calcaire chaque année pendant dix ans. Le minerai extrait servirait à alimenter en ciment les constructions du Grand Paris.

« Notre association a historiquement été créée en 1995 par les maires des communes opposées à ce projet. L’Etat leur a rappelé que des élus ne pouvaient pas mélanger les rôles, alors des citoyen.ne.s ont repris le flambeau. Nous avons vécu un deuxième souffle majeur en 2014, quand le Parc Naturel Régional du Vexin nous a alerté parce qu’ils avaient perdu les recours sur l’eau. Nous avons donc étudié tous les arguments avancés par l’industriel et l’Etat et nous avons découvert un dossier pétri de malhonnêteté. Pollution des nappes phréatiques, de l’eau, de l’air, perte des terres agricoles, destruction d’emplois et d’habitations installées sur la veine de calcaire qu’ils veulent forer : rien ne va. » explique Dominique Pelegrin, Présidente de l’association Vexin Zone 109 pour La Relève et La Peste

Pourtant, le 13 Mai 2015, le préfet des Yvelines a tout de même publié un arrêté déclarant le projet d’intérêt général. Alors que les parcs naturels régionaux sont censés être protégés des activités industrielles, cet arrêté a été rendu possible par un « cavalier » introduit dès 1995 par Michèle Pappalardo, alors directrice du cabinet de Michel Barnier au ministère de l’Environnement. Résultat, le gouvernement français actuel, François de Rugy et Bruno le Maire en tête, ont signé le 4 juin 2019 un permis exclusif pour la carrière de calcaire cimentier de Brueil-en-Vexin, au profit de la société Ciments Calcia, filiale du groupe allemand HeidelbergCement Group. 

Crédit photo : Vexin Zone 109

Un projet écocidaire mené contre l’avis quasi unanime de la population

Déterminés à continuer le combat, l’association Vexin 109, qui compte aujourd’hui plus de 400 adhérents, mais aussi le Parc Naturel Régional du Vexin et de nombreux élus ont engagé différents recours en justice pour faire annuler cette décision. En effet, tout reste encore possible pour protéger le Parc Naturel car aucun chantier n’a pour l’instant commencé. Les opposants au projet supposent que l’industriel est inquiet de la quasi-unanimité de la population à empêcher cette carrière de voir le jour. 

Crédit photo : Vincent Breuil

Et pour cause : 55 députés, conseillers régionaux, départementaux, maires de la Vallée de la Montcient et de la Vallée de la Seine, les élus de 73 communes du GPS&O représentant plus de 400 000 habitants, les 2300 riverains qui se sont exprimés dans le cadre du Grand Débat, les 1700 habitants ayant participé à l’enquête publique, les agriculteurs… Même la conseillère de la Ville de Paris, Danielle Simonet, a voté contre ce projet en expliquant que la pollution entraînée remonterait jusqu’à la capitale.

« L’industrie cimentière émet 9 à 12% des émissions de GES dans le monde, il faut diminuer partout la production et la consommation de ciment et béton, au profit de matériaux plus écologiques et pérennes ! En plus, la France produit déjà plus de ciment que ce qu’elle n’en consomme ! On peut très bien imaginer un approvisionnement par voie fluviale ou train, contrairement au camion envisagé ici, pour la construction du Grand Paris. C’est un projet d’une autre époque qui n’a plus rien à voir avec les enjeux écologiques et sociaux actuels. Mais le plus choquant c’est que l’Etat français soutienne mordicus cet industriel en faisant la sourde oreille aux arguments autour de la qualité de l’air, de l’eau, de la santé des habitants, et du maintien des terres agricoles. Ce n’est pas normal que des citoyen.ne.s doivent dépenser une énergie démesurée pour des décisions de bon sens. » s’insurge Dominique Pelegrin, Présidente de l’association Vexin Zone 109 pour La Relève et La Peste

Même la question de la sauvegarde des emplois est caduque. Pour, au mieux, 97 emplois créés dans une unité de cimenterie, l’installation de la carrière près des villages détruirait des zones économiques et artisanales : une entreprise de travaux publics qui emploie 35 personnes, une ferme avec 7 emplois, une autre entreprise avec 3 à 4 personnes, et tous les nombreux artisans et agriculteurs situés là. Par ailleurs, les habitants n’ont aucune garantie à ce que l’industriel fasse le moins de dégâts possibles, les filtres à air permettant de limiter la pollution sur la cimenterie déjà existante n’ayant toujours pas été installés… depuis 20 ans.

L’abandon du projet d’EuropaCity a donné un nouvel espoir à la population opposée au projet sur le Parc Naturel Régional du Vexin. Dans l’attente d’un dénouement, plusieurs options sont envisagées : remporter les procès au tribunal, assister à un réveil du gouvernement, ou lancer une occupation du terrain pour empêcher le chantier.

12 décembre 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Un projet de carrière validé par le gouvernement risque de détruire 105ha d’espace naturel
FacebookTwitter
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^