Maison d’édition et média indépendants, sans actionnaire et sans pub, financés par la vente de nos livres

Salaires, jour de carence, licenciements : la colère des fonctionnaires

Le 10 octobre dernier, ce sont les fonctionnaires de France qui exprimaient leur colère face aux nouvelles mesures du gouvernement.  Colère et manifestations  Le 10 octobre un mouvement de grève nationale a donné suite à une journée d’actions de la part des fonctionnaires français. Cela faisait dix ans que les syndicats – CGT, CFDT, FO, […]

Le 10 octobre dernier, ce sont les fonctionnaires de France qui exprimaient leur colère face aux nouvelles mesures du gouvernement. 

Colère et manifestations

 Le 10 octobre un mouvement de grève nationale a donné suite à une journée d’actions de la part des fonctionnaires français. Cela faisait dix ans que les syndicats – CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC et FA – ne parvenaient pas à s’entendre sur les revendications : c’est chose faite. Les 5,4 millions d’agents publics ont été appelés à faire grève le mois dernier.

En effet, 400 000 agents selon les estimations de la CGT et 209 000 selon le ministère de l’Intérieur, auraient pris part à cette journée à travers 186 actions dans tout l’hexagone.

Les secteurs ayant le plus suivi la mobilisation étaient ceux de l’enseignement et des transports, entrainant les fermetures de nombreux services publics, de crèches ou d’établissements. Au niveau national, la grève a surtout été suivie dans les écoles primaires. Selon le ministère de l’Education nationale, près de 20% des professeurs du premier degré étaient en grève contre 16% dans le secondaire. Au total, le taux de grévistes pointé était de 15,53%. Du côté des services de transport, le secteur aérien fut le plus touché. La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a déclaré que 30% des vols ont été annulés sur les aéroports de Roissy, Orly, Beauvais, Lyon, Nice, Toulouse, Marseille, Bordeaux et Nantes. Pour ce qui est du secteur ferroviaire la SNCF et la RATP ont déclaré un trafic « légèrement perturbé » voir « normal ».

A la suite de cette journée de manifestation, des rendez-vous à l’Elysée et à Matignon étaient prévus pour la fin du mois d’octobre. L’objectif étant d’opérer des phases de consultations et de négociations avec le président de la République ainsi que le Premier ministre.

Les mesures en question

Les reformes qui posent problème selon les manifestants sont diverses. Suppression de 120 000 postes d’ici la fin du quinquennat, rétablissement du jour de carence afin de lutter contre l’absentéisme tout en économisant sur les salaires, ou encore remise en cause de certains statuts… Des premières mesures dites « régressives » de la part d’Emmanuel Macron qui ne sont pas les bienvenues dans ces secteurs. En effet, l’éducation ou la santé déplorant déjà un manque de moyens et d’effectif.

[arve url=’https://www.facebook.com/brutofficiel/videos/1918035028446135/’ aspect_ratio=’1:1′]

Crédits : BRUT

La colère des fonctionnaires vient également de la promesse, non tenue, d’Emmanuel Macron sur la hausse du pouvoir d’achat. En effet, le gel du point d’indice (qui sert à calculer les salaires) a été annoncé. Le gouvernement souhaite ainsi faire des économies sur ce point. Ce qui est totalement contesté.

Vincent Piquée, enseignant dans une école d’ingénieur, rencontré lors de la manifestation du 10 octobre à Paris par le média Brut explique :

« Pour sauver la France, j’aimerais que tout le monde fasse des efforts. Et pas uniquement les fonctionnaires ».

Il affirme que le gel de l’augmentation des salaires avait déjà eu lieu de 2010 à 2015, et qu’une augmentation de 0,6% seulement a été faite en 2016 puis 2017. Cette fois-ci, les fonctionnaires ne savent pas pour combien de temps les salaires seront bloqués. Vincent Piquée, affirme que, sans fonction public, sans écoles, hôpitaux, ou encore de forces de l’ordre, un pays ne fonctionne pas. La colère de cet enseignant manifestant est donc orientée sur les disparités entre le secteur public et privé ainsi que la stigmatisation des travailleurs de ce secteur.

Pour calmer la colère générale, le Premier ministre tente de rassurer les fonctionnaires. En effet, Edouard Philippe affirme qu’« une compensation se fera, et ce de deux manières différentes : (…) diminution des cotisations salariales ou versement de prime. » À cela, viendra s’ajouter « l’augmentation normale de la masse salariale dans la fonction publique » liée aux grilles d’ancienneté. D’après lui, « une augmentation de pouvoir d’achat annuelle d’environ 2% » s’effectuera.

Coup d’envoi donc pour ces prochains mois de négociation sur les réformes. Ceux-ci qui devront donner lieu à un projet de loi d’ici le printemps et être clôturés durant l’été 2018.

Manifeste numéro 1

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

Maureen Gilmant

Faire un don
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout

Découvrez Forêts, un livre puissant qui va vous émerveiller

Forêts est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Pour comprendre comment protéger le cycle de l’eau, notre livre «Forêts», écrit par Baptiste Morizot, Thierry Thevenin, Ernst Zurcher et bien d’autres grands noms, vous donne toutes les clés de compréhension pour comprendre et vous émerveiller sur la beauté de nos végétaux.

Pour comprendre et savoir comment protéger le cycle de l’eau, notre livre «Forêts» est fait pour vous.

Articles sur le même thème

Revenir au thème

Pour vous informer librement, faites partie de nos 80 000 abonnés.
Deux emails par semaine.

Conçu pour vous éveiller et vous donner les clés pour agir au quotidien.

Les informations recueillies sont confidentielles et conservées en toute sécurité. Désabonnez-vous rapidement.

^