Rien ne coûte plus cher à un marchand d’armes que la paix…

La production et la vente d’armes sont en perpétuelle croissance, leur prolifération et leur insertion dans chaque environnement engendre violence et conflits armés. La négociation calme fait trop souvent place aux affronts armés et détruit nombre de pays de l’intérieur. Une régulation plus stricte est nécessaire et urgente. De l’importance des définitions légales Les armes […]
21 juillet 2017 - Diane Scaya
FacebookTwitter
Livre-Jounal numéro 3
Pour Noël, offrons des cadeaux engagés qui ont du sens ! Notre nouveau livre réunit de grands acteurs du changement et vous donne les clés d'un monde meilleur.
Acheter votre Livre-Journal

La production et la vente d’armes sont en perpétuelle croissance, leur prolifération et leur insertion dans chaque environnement engendre violence et conflits armés. La négociation calme fait trop souvent place aux affronts armés et détruit nombre de pays de l’intérieur. Une régulation plus stricte est nécessaire et urgente.

De l’importance des définitions légales

Les armes de destruction massive telles que les armes chimiques, biologiques ou nucléaires sont contrôlées. Seulement, les armes classiques dites « conventionnelles » comprennent seulement les systèmes d’artillerie de gros calibre, les avions de combat, les chars de combat, les hélicoptères d’attaque, les véhicules blindés de combat, les navires de guerre, les missiles et les lanceurs.

Vous l’aurez compris, la liste d’armes régulée ne comprend pas les armes légères et de petits calibres qui s’avèrent finalement être les plus meurtrières tant leur accessibilité est facilitée. Ces armes ont plus de morts au compteur que les bombes Hiroshima et Nagasaki. Depuis les années 1990, la Commission internationale a pris des mesures restrictives en raison des dégâts causés.

Il semblerait que près de 100 millions d’AK-47 non contrôlés circuleraient dans le monde, c’est notamment le type d’armes utilisées par les enfants guerriers. Les victimes des armes légères sont aujourd’hui composées à 80 % de civils ! L’ONU a donc décidé de retravailler la définition d’armes afin de renforcer le contrôle des armes de petit calibre, les armes légères, des munitions et des outils de contrôle populaire telles que les menottes, le gaz lacrymogène, le tazer (qui a pourtant causé de nombreux décès), les matraques ou les camions anti-émeutes.

L’approximation de la définition légale des armes et leurs utilisations variées ont rendu leur contrôle compliqué. Le droit international des droits humains et le droit international humanitaire stipule notamment que le recours aux armes dans l’intention de nuire n’est pas autorisé sur des zones dénuées de conflits. L’ignorance et le bafouement de ces droits provoquent des milliers de morts et de blessés chaque année. L’abondance des armes et leur disponibilité croissante font perdurer des conflits et y incluent les civils. L’arme est sans aucun doute le pire ennemi de la paix.

L’histoire de la prolifération du cancer des armes

La Guerre froide a déclenché une vague d’armement massif des deux blocs et de leurs alliés ; à cette époque, le manque de régulation a stimulé la croissance de la production d’armes et de leur commerce. Quelques années plus tard, les armes inutiles et en surproduction ont dû être liquidées et de nombreux courtiers ont ignoré les embargos, captivés par l’objectif de rentabilité de leurs stocks.

La lutte contre le terrorisme déclenchée par le 11 septembre a fini de justifier l’augmentation du budget militaire de nombreux pays et les armes se sont répandues à travers le monde tel un cancer malin. Le manque d’homogénéité dans la régulation des armes permet à leurs transferts d’être autorisés sans qu’ils soient légaux. Cette brèche est largement utilisée par des trafiquants d’armes peu regardants sur le respect des droits humains des pays importateurs tels que le Soudan du Sud, l’Irak, la République démocratique du Congo et la Lybie, pourtant soumis à un embargo international mis en place par l’ONU.

Un marché gangréné par la corruption et l’hypocrisie

50% de la corruption mondiale s’articule autour des contrats de l’industrie de la défense. Donc, en plus d’une législation légère, elle est tout simplement contournée. C’est ainsi que des tonnes d’armes ont également tout simplement disparu des radars, le service après-vente et le respect de la loi ne semblent pas de rigueur pour le commerce d’armes. De plus, le manque de transparence et de visibilité du public qui n’est pas un consommateur final permet de nombreux tours de passe-passe en toute quiétude ; une ironie lorsque l’on sait que les premiers exportateurs d’armes au monde ne sont autre que ceux qui siègent de manière permanente à l’ONU dans le cadre du Conseil de Sécurité (Etats-Unis, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie).

L’achat des armes aux pays producteurs freine voire empêche le bon développement des pays qui y allouent un budget conséquent au détriment d’infrastructures, de l’éducation ou du système de santé… Par exemple, un arrêt de transfert d’armes a été mis en place envers l’Egypte afin de stopper la répression violente du gouvernement contre les civils. Cet arrêt de transfert d’armes a tout simplement été contourné par 12 pays de l’Union européenne tels que l’Allemagne, la Bulgarie, Chypre, la France, l’Espagne, la Hongrie, le Royaume-Uni, l’Italie, la Pologne, la République Tchèque, la Roumanie et la Slovaquie. Ces pays qui ont continué d’alimenter la répression du régime en vendant ces armes se rendent directement complices des atrocités commises envers les civils « grâce » à elles.

Cocorico

La France est le 4ème vendeur d’armes au monde. Engagée sur un traité international encadrant le commerce d’armes, le cadre juridique national qu’elle s’impose à elle-même est définitivement laxiste. De plus, le manque de transparence évident sur les transferts d’armes permet tout simplement de museler la société fouineuse et les investigateurs.

Le TCA : la révolution et ses failles

La pression internationale et civile a finalement poussé l’ONU à ouvrir les négociations en faveur d’un traité sur le commerce des armes, le TCA. En 2006, l’ONU adopte la résolution 61-89 qui invite les pays de la Commission à mettre en place des normes sur le commerce international des armes, notamment suite à la campagne menée de front par les ONG Amnesty International, OXFAM et RAIAL (Réseau international sur les armes légères). C’est en 2009 que les processus de négociation et d’adoption sont lancées concernant le premier traité international de l’histoire visant à contrôler le commerce d’armes ; ce traité compte aujourd’hui 90 Etats parties et 130 Etats signataires.

Les droits humains se doivent d’être pris en compte lorsqu’il s’agit de transfert d’armes, le TCA est une véritable avancée et ses effets se mesureront dans les années à venir. Si certains pays tels que les Etats-Unis, n’ont toujours pas ratifié le traité malgré sa signature, le TCA ne peut être complètement efficace. Le transfert et le commerce d’armes est une histoire d’Etats, c’est à eux et à eux seuls de s’engager pour réduire la production d’armes et contrôler son commerce.

Source : Amnesty International

Manifeste numéro 1

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

21 juillet 2017 - Diane Scaya
FacebookTwitter
Rien ne coûte plus cher à un marchand d’armes que la paix…
FacebookTwitter
L'Éveil - Numéro 3 Tous les auteurs de « L'Éveil » cassent les codes de l'information. De Idriss Aberkane à Sébastien Arsac ou encore David Koubbi et Valérie Cabanes, nos auteurs nous alertent sur les plus grands enjeux de notre décennie. Si nous voulons changer notre société, nous devons passer par l'éveil. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^