Le reblochon Leclerc cause l’hospitalisation de sept jeunes enfants

Ce vendredi 11 mai, Leclerc a annoncé le rappel du reblochon Appellation d’Origine Protégée (AOP) vendu dans ses rayons, en raison de plusieurs cas d’intoxications alimentaires graves. Intoxications alimentaire graves Suite au signalement de Santé publique France, relayé par la Direction Générale de l’alimentation (DGAL), Leclerc entame le rappel de son reblochon AOP 450 grammes.  […]
16 mai 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter

Ce vendredi 11 mai, Leclerc a annoncé le rappel du reblochon Appellation d’Origine Protégée (AOP) vendu dans ses rayons, en raison de plusieurs cas d’intoxications alimentaires graves.

Intoxications alimentaire graves

Suite au signalement de Santé publique France, relayé par la Direction Générale de l’alimentation (DGAL), Leclerc entame le rappel de son reblochon AOP 450 grammes. 

En effet, selon un communiqué commun des ministères de la santé et de l’agriculture, les autorités sanitaires auraient identifié « sept cas d’infections à Escherichia coli, dont six syndromes hémolytiques et urémiques (complications rénales), survenus chez des enfants âgés de un an et demi à trois ans ». Selon l’enquête, ces intoxications ont été causées par « le reblochon AOP Leclerc », vendu sous la marque  « Nos régions ont du talent ».  Les autorités, ayant considéré le risque comme « étant important pour la santé du consommateur », n’ont pas attendu la fin de l’enquête pour communiquer. Les investigations menées par les autorités sanitaires ont confirmé « un lien pédologique entre ces cas et la consommation du reblochon entier au lait cru de la marque distributeur Leclerc, commercialisé dans plusieurs régions », précise les ministères. 

Les centres Leclerc ont de leur côté confirmé le rappel du produit et précisent que les enquêtes se poursuivent « afin d’en savoir plus sur l’origine de la contamination dans les jours à venir ». Le distributeur affirme néanmoins dans son communiqué de presse, que le fromage incriminé est produit par la société de fromagerie « Chabert ». 

Par ailleurs,  Santé Publique France  continue d’analyser les remontées des hospitalisations. Selon eux, il pourrait y avoir d’autres enfants « rattachés à cet épisode » qu’il faudra identifier au plus vite. En parallèle, l’enquête de traçabilité en cours permettra d’identifier des lots supplémentaires qu’il faudra considérer comme « étant à risques ».  

La bactérie E. coli

Le communiqué ministériel indique que la bactérie coupable des intoxications, « l’Escherichia coli », est une bactérie virulente qui peut « entraîner dans la semaine suivant la consommation de l’aliment contaminé, des diarrhées parfois sanglantes, des douleurs abdominales et des vomissements ». 

Dans 5 à 8% des cas, les symptômes de l’intoxication peuvent évoluer vers des syndromes hémolytiques et urémiques. Ainsi, ces complications sévères peuvent avoir de graves conséquences chez les jeunes enfants. Il est donc nécessaire d’agir au plus vite. 

En attendant, les consommateurs ayant acheté ce fromage de 450 grammes sont invités à consulter rapidement un médecin et à retourner le produit  en magasin. Un numéro vert (0800.011.100) est également mis en place. 

image 15672

Pour commander notre nouveau Livre-Journal, cliquez sur l’image !

16 mai 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Le reblochon Leclerc cause l’hospitalisation de sept jeunes enfants
FacebookTwitter
Graine - Numéro 2 Tous les auteurs de « Graine » sont des acteurs du changement. De Pierre Rabhi à Hubert Reeves, ou encore Joël de Rosnay et Stéphanie Gibaud, ils nous font part de leurs expériences hors normes et de leurs visions de la société. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^