Maison d’édition et média indépendants, sans actionnaire et sans pub, financés par la vente de nos livres

Malgré les enjeux de la société, 82 % de la génération Y se sent heureuse

Dernièrement, une campagne de sensibilisation lancée par l’association « Générations Cobayes » a donné la parole aux jeunes afin qu’ils puissent répondre à une question simple, et pourtant pas si évidente : « Êtes-vous heureux ? » Chaque génération incarne une manière inédite d’exister dans un contexte culturel donné. Le bonheur est un graal recherché de tout temps, mais sa […]

Dernièrement, une campagne de sensibilisation lancée par l’association « Générations Cobayes » a donné la parole aux jeunes afin qu’ils puissent répondre à une question simple, et pourtant pas si évidente : « Êtes-vous heureux ? » Chaque génération incarne une manière inédite d’exister dans un contexte culturel donné. Le bonheur est un graal recherché de tout temps, mais sa définition change au fil des ans. Quelle est-elle pour la jeunesse qui représente la fameuse génération Y ?

« Nous sommes nés après les années 80’, pratiquement avec un smartphone dans la main. Nous avons capturé des pokémons. Nous avons accès à tout, et sommes la première génération à avoir autant voyagé. Nous avons grandi dans un contexte marqué par la crise économique et écologique… Qu’est-ce qui rend notre génération heureuse ? Quelle importance donnons-nous à l’argent ? Qu’est-ce qui nous motive au travail ? Avons-nous confiance en nous et en l’avenir ? » Générations Cobayes

Au total, 53 000 jeunes de 18 à 35 ans ont répondu au questionnaire en ligne. Verdict ? Statistiquement, 82% des jeunes sont heureux ! 66% d’entre eux se déclarent « plutôt heureux » et 16 % se sentent carrément « très heureux ». Joli score pour une génération qu’on a tendance à juger « sans repère » et capricieuse. La raison de ce malentendu intergénérationnel ? Nous cultivons des valeurs profondément différentes de celles de nos parents, et nous avons largement redéfini la notion de « success story ».

Premièrement, nous sommes bien partis pour être moins riche que nos parents. Mais est-ce que notre vie en sera moins réussie pour autant ? Non, parce qu’on ne jugera pas notre vie selon les mêmes critères. « Le monde dans lequel nous nous destinons à vivre bientôt sera complètement différent de celui de nos parents. Alors juger notre avenir selon leur référentiel n’aurait simplement aucun sens. Oui, nous serons moins riche. Oui, les ressources naturelles ne seront plus disponibles comme elles l’étaient. Mais tout ça, ce n’est pas grave parce que la force de notre génération, c’est qu’elle est en train de changer de cadre, d’inventer un nouveau modèle. » Merci Alfred


shelby-deeter-193593

En anglais, « Génération Y » se prononce Génération « Why ? ». Manifestement, les jeunes se posent un tas de questions. Effectivement, étant donné les changements majeurs qui sont en cours, il y a de quoi s’interroger. « Nous ne cogitons pas seulement, nous cherchons des moyens de passer à l’action. Nous transformons les contraintes héritées du mode de vie de nos parents, en opportunités de réinventer le monde de demain. »

Un nouveau phénomène « contre-courant » se dessine dans notre société bercée par le capitalisme et par le devoir de croissance : les choses matérielles intéressent de moins en moins les gens. Finie l’époque où l’on se jaugeait en voyant qui est propriétaire d’une grosse voiture ou d’une belle maison. Aujourd’hui, les jeunes valorisent le vécu et les expériences de vie plutôt que la sécurité matérielle (qui de toute manière leur fait défaut dans le contexte économique actuel). « L’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important ; et la course à l’argent, la compétition, autant encouragée. Aussi, appelons-nous toujours à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation de masse, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. » Stéphane Hessel

« L’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi important ; et la course à l’argent, la compétition, autant encouragée. Aussi, appelons-nous toujours à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation de masse, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. » Stéphane Hessel

La jeunesse ne s’embarrasse pas, dans tous les sens du terme. Restons léger pour bouger avec la plus grande tranquillité de l’esprit, et surtout, désobéissons aux sommations de nos ainés. Qui peut se vanter d’avoir échappé à la formule : « Marie-toi ! Achète une maison ! Fais des enfants ! », comme une sentence de la vie parfaite qu’on a souhaitée pour nous. Aujourd’hui, les couples se font et se défont sans remise en question existentielle ni dramatique, le mythe de la « petite maison dans la prairie » est une façon de se nouer un fil à la patte, et « l’horloge biologique » ne sonne plus à tue-tête pour dicter l’arrivée impérative des enfants. La jeunesse se déleste du fardeau du temps et, par la même occasion, de celui de la performances exigée. « Ma vie n’est pas quelque chose que l’on doit mesurer. Une vie humaine n’est pas non plus une performance, mais quelque chose qui grandit et cherche à atteindre sa perfection. » Stig Dagerman

angello-lopez-138914

« Puisque vous êtes jeunes, encore pleins de fraîcheur et d’innocence, ne pouvez-vous pas contempler toute la beauté de ce monde, et vous emplir de cette qualité d’affection ? Et ne pouvez-vous la faire vivre en vous ? Si vous en êtes incapables, vous grandirez en vous conformant aux usages parce que c’est la façon la plus facile de vivre. »

À mesure que vous allez grandir, certains d’entre vous se révolteront, mais cette révolte ne résoudra pas le problème. Certains d’entre vous chercheront à fuir la société, mais cette fuite n’aura pas de sens. La société, c’est vous et c’est moi. Vous et moi, nous créons cette société dans laquelle nous vivons. Donc, vous devez la changer. Êtes-vous disposés à vous conformer, à vous adapter et à accepter toutes les vieilles valeurs ? Savez-vous ce qu’elles sont ? L’argent, la situation, le prestige… Est-ce là ce que l’homme désire ? La société se propose de vous couler dans ce moule. Mais si, maintenant, vous commencez à observer, à apprendre, non pas dans des livres, mais apprendre par vous-mêmes en regardant, en écoutant tout ce qui se passe autour de vous, vous deviendrez un être humain différent, quelqu’un qui a le souci des autres, qui est plein d’affection, qui aime. » Jiddu Krishnamurti

Manifeste numéro 1

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

Melanie Zak

Faire un don
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout

Découvrez Forêts, un livre puissant qui va vous émerveiller

Forêts est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Pour comprendre comment protéger le cycle de l’eau, notre livre «Forêts», écrit par Baptiste Morizot, Thierry Thevenin, Ernst Zurcher et bien d’autres grands noms, vous donne toutes les clés de compréhension pour comprendre et vous émerveiller sur la beauté de nos végétaux.

Pour comprendre et savoir comment protéger le cycle de l’eau, notre livre «Forêts» est fait pour vous.

Articles sur le même thème

Revenir au thème

Pour vous informer librement, faites partie de nos 80 000 abonnés.
Deux emails par semaine.

Conçu pour vous éveiller et vous donner les clés pour agir au quotidien.

Les informations recueillies sont confidentielles et conservées en toute sécurité. Désabonnez-vous rapidement.

^