L’OMS est sous contrôle des multinationales et des lobbies pharmaceutiques

Arte a mené une enquête sur la dépendance de L’Organisation Mondiale de la Santé face à ses donateurs et remet en cause sa transparence dans ses missions au service de la santé publique. L’OMS dépendante de ses donateurs ? L’Organisation Mondiale de la Santé créée en 1948 coordonne des actions et cellules de crises transfrontalières afin […]
7 avril 2017 - Maureen Gilmant
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre nouvelle bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 130 pages
- Impression : France

Commander

Arte a mené une enquête sur la dépendance de L’Organisation Mondiale de la Santé face à ses donateurs et remet en cause sa transparence dans ses missions au service de la santé publique.

L’OMS dépendante de ses donateurs ?

L’Organisation Mondiale de la Santé créée en 1948 coordonne des actions et cellules de crises transfrontalières afin de prévenir, guérir et fixer les normes des systèmes de santé à travers le monde. Depuis sa création, cette institution de l’ONU réalise des missions au succès incontestable. Cependant, depuis plusieurs années, cet organisme ne dispose plus des moyens suffisants pour intervenir efficacement sur tous les fronts. Bien que, comme l’ensemble des organismes financés par ses Etats membres, l’OMS a déjà été accusée de servir les pays les plus donateurs, aujourd’hui, c’est une autre pression qui est mise en avant. Auparavant sous-financée à 80% par les cotisations des Etats membres et utilisable selon la volonté de l’organisation, l’OMS est aujourd’hui financée à 79% par des versements volontaires.

Les principaux donateurs sont la fondation Gates, l’industrie pharmaceutique ainsi que de nombreux pays. Ces différents acteurs sont ainsi accusés de poursuivre au travers de l’OMS, leurs propres objectifs par influence et manipulation. Afin d’assurer sa mission principale, l’Organisation Mondiale de la Santé serait donc contrainte de servir davantage les intérêts économiques que le bien de l’humanité.

Toplement

L’OMS liée aux entreprises et à l’industrie pharmaceutique

Comme le montre cette enquête publiée le 3 avril, les faits s’accumulent face à l’institution de Genève. En 1994, alors que Monsanto tente de mettre en place des sojas modifiés, une facilitation troublante est observée envers le glyphosate (molécule présente dans l’herbicide Roundup de Monsanto) que l’OMS déclare alors sans danger malgré les victimes. En 2009, alors que la grippe A (H1N1) frappe, les prises de décisions en ce qui concerne les actions médicales seraient orientées par des salariés d’entreprises. Après le placement médical dans la campagne, l’industrie pharmaceutique aurait gagné des millions d’euros alors que des chercheurs jugeaient sans effets les médicaments préconisés. Autre cas, suite à la catastrophe nucléaire de Fukusima en 2011, l’OMS aurait minoré les bilans humains notamment effectués par des personnes de l’AIEA (Agence Internationale de l’énergie atomique) avec laquelle l’organisation aurait signé une convention. En ce qui concerne le cas de tuberculose, l’OMS aurait mis dans la liste de prescription un médicament alors même que les tests relevaient un taux de morts plus élevé dans les groupes traités. Mais comment est-il possible pour l’OMS de prendre une décision transparente et autonome quand un groupe pharmaceutique lui aurait donné pour 30 milliards de dollars de médicaments ?

topelement

Quant à la fondation Bill et Melinda Gates (qui a pour but de combattre la malnutrition et de fournir des soins médicaux) celle-ci aurait versé plus de 2 milliards de dollars à l’organisation depuis la fin des années 90. Un des principaux objectifs de la Fondation Gates était, à l’époque, d’éliminer la polio en fournissant le plus de vaccins possibles à travers le monde. En 1999, Bill Gates a versé 750 millions de dollars pour initier GAVI, une alliance entre le public et le privé (afin de vacciner les enfants des pays en développement et de lutter contre les maladies infectieuses) à laquelle participent l’OMS, UNICEF, la Fondation Gates, et l’industrie pharmaceutique.

GAVI comme l’OMS se disent transparents et opérant sans directive des industriels. Cependant, l’enquête démontre que des employés (dont un haut dirigeant) de l’OMS figurent sur la liste de la fondation Gates. Le porte-parole de l’Organisation Mondiale de la Santé jugeait pourtant cela « impossible » avant l’enquête, étant donné les déclarations de conflits d’intérêts que doivent réaliser les employés de l’organisation à un certain niveau hiérarchique. Mais les faits sont là. Enfin, la fondation serait également impliquée dans la prise de décision de l’organisation.

L’OMS présentée comme étant dans les griffes des lobbyistes doit trouver un moyen de rester financièrement stable tout en restant scientifiquement neutre et irréprochable. Il est urgent de trouver une solution et de s’écarter de l’emprise des divers donateurs. L’OMS souhaite recevoir plus de financements fixes de la part des Etats membres. L’affaire reste à suivre suite aux nouvelles données révélées par cette investigation.

Source :  Arte

2017-03 RELEVE&PEST0039 JEREM

Pour commander notre Manifeste, cliquez sur l’image !

7 avril 2017 - Maureen Gilmant
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^