L’homme a tué 83 % des mammifères sauvages et 50 % des plantes

Humanité dérisoire… mais humanité destructrice
20 juin 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Livre-Jounal numéro 3
Pour Noël, offrons des cadeaux engagés qui ont du sens ! Notre nouveau livre réunit de grands acteurs du changement et vous donne les clés d'un monde meilleur.
Acheter votre Livre-Journal

Répartition de la biomasse sur Terre 

Une étude a été publiée dans les Comptes-rendus de l’Académie nationale des Sciences des États-Unis (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America). Elle s’intitule « La répartition de la biomasse sur Terre ». En utilisant les données de plusieurs centaines de travaux, les chercheurs sont parvenus à proposer la première estimation complète et globale du poids de chaque catégorie d’être vivants.

Cette exceptionnelle vision d’ensemble contredit plusieurs idées communément acceptées.

La vie des océans, bien que foisonnante, ne représente que 1 % de la biomasse. L’immense majorité de la vie est en fait terrestre. D’abord les plantes, qui constituent 82 % de l’intégralité de la biomasse vivante. Puis les bactéries : 13 % de l’ensemble. Enfin, les 5 % restants regroupent tous les autres êtres vivants :  poissons, animaux, insectes, champignons… Parmi eux, les humains.

Crédit Photo : Tom Sharbek

Humanité dérisoire… mais humanité destructrice

À l’échelle de la biomasse de la planète, Homo sapiens est ridicule. Les 7,6 milliards d’humains ne représentent que 0,01 % de la vie sur Terre.

Et pourtant, relève Ron Milo, un professeur de l’Institut des Sciences Weizmann en Israël ayant participé à l’étude :

« Ce qui frappe, c’est la place disproportionnée des humains sur cette planète. »

Depuis que les humains sont devenus agriculteurs, les animaux sauvages ont subi une extermination de très grande ampleur. Les nouvelles données de l’étude révèlent que 5 mammifères sauvages sur 6 ont disparu. Concernant la faune marine, 3 siècles de chasse aux cétacés ont suffi à exterminer 4 mammifères marins sur 5.

Crédit Photo : Jenna Jacobs
Crédit Photo : Lisa

Ainsi, l’avènement de la civilisation a causé la disparition de 83 % des mammifères sauvages et de 50 % des plantes. Ce déclin s’est accentué dramatiquement au XXème siècle. Les scientifiques estiment que près de la moitié des animaux sauvages a disparu au cours des 40 dernières années. Nombre d’entre eux considèrent que la biodiversité est face à une extinction de masse. Elle constituerait la sixième extinction que la Terre ait connu lors des 4 milliards d’années de son existence, la seule causée par les humains.

Choix alimentaires

Comment expliquer une telle hécatombe ?

« Les humains sont extrêmement efficaces pour exploiter les ressources naturelles. » dénonce Paul Falkowski, de l’Université Rutgers (Etats-Unis). « Les humains ont éliminé et dans certains cas éradiqué les mammifères sauvages pour se nourrir ou par plaisir, dans pratiquement tous les continents. »

L’agriculture, l’élevage, le développement ont provoqué la destruction des habitats sauvages. Les animaux d’élevage ont pris le pas sur le reste de la faune terrestre.

Crédit Photo : OG

Aujourd’hui, seulement 4 % des mammifères sont des animaux sauvages. Quant à la faune aviaire de la planète, elle est constituée à 70 % d’oiseaux d’élevage.

L’influence des activités de l’Homme sur le système terrestre est désormais si prépondérante que certains scientifiques considèrent que nous sommes dans une nouvelle ère géologique : l’Anthropocène.

Pour Ron Milon, notre impact sur le monde vivant provient en grande partie de nos choix alimentaires.

« Nos régimes alimentaires ont des conséquences très importantes sur les habitats des animaux, des plantes et des autres organismes vivants » a-t-il déclaré. « J’aimerais que les gens intègrent ces données dans leur façon de voir le monde lorsqu’ils consomment ».

20 juin 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
L’homme a tué 83 % des mammifères sauvages et 50 % des plantes
FacebookTwitter
L'Éveil - Numéro 3 Tous les auteurs de « L'Éveil » cassent les codes de l'information. De Idriss Aberkane à Sébastien Arsac ou encore David Koubbi et Valérie Cabanes, nos auteurs nous alertent sur les plus grands enjeux de notre décennie. Si nous voulons changer notre société, nous devons passer par l'éveil. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^