Maison d’édition et média indépendants, sans actionnaire et sans pub, financés par la vente de nos livres

Le Covid-19 menace les chimpanzés

Le virus pourrait se propager par les contacts entre ceux qui travaillent dans les parcs de protection et les primates, mais aussi dans les contacts avec les braconniers, beaucoup plus difficile évidemment à contrôler. La déforestation et la diminution de leurs territoires obligent les primates à aller chercher leur nourriture aux abord des villages, multipliant ainsi les risques de contacts avec les humains.

Quand on s’interroge sur les conséquences de la crise sanitaire actuelle sur la biodiversité, on imagine que c’est un beau moment à passer pour la biodiversité. Les oiseaux qui chantent, les eaux claires, les espèces qui sont vues à des endroits où elles ne vont jamais. Un repos artificiel, dû ralentissement des activités humaines, des déplacements, de la présence des humains. Pourtant ce pourrait être pire qu’avant pour la biodiversité qui s’est habituée en plein printemps à investir des lieux d’où elle sera vite délogée, comme nous vous l’avions expliqué dans cet article.

L’humain peut transmettre le coronavirus aux animaux

En réalité, les menaces qui pèsent sur le vivant à court-terme sont multiples. Car dans le cas d’animaux protégés, les animaux dépendent aussi des activités humaines. Paradoxalement, dans certains pays, c’est l’arrêt du tourisme qui constitue une menace pour la biodiversité : en effet les parcs nationaux qui oeuvrent à la protection d’espèces menacées, sont principalement financés par le tourisme.

L’arrêt de ce tourisme signifie pour eux un affaissement des revenus qui servent à protéger ces espèces. Dans les zoos, l’arrêt de la fréquentation pose la question de l’abattage des animaux que le zoo ne peut plus nourrir, si aucune aide ne leur est apportée. C’est le cas de plusieurs zoos d’Indonésie où orang-outans ou tigres de Sumatra sont menacés de famine.

Mais en même temps, la contamination directe par les humaine menace aussi les animaux. En avril dernier plusieurs tigres du zoo de Bronx à New York avaient été testés positifs au covid-19. La contamination s’est faite d’un membre du personnel asymptomatique aux grands félins, qui s’en sont remis, sans qu’on sache s’ils pourront transmettre le virus à nouveau aux hommes..

Mais en Inde, on s’inquiète et les cinquante réserves de tigres du pays sont placées sous haute surveillance, après la mort d’un tigre qui semblait fiévreux et à qui les soigneurs ont administré des antibiotiques ce qui a aggravé son état. Outre les félins, on s’inquiète pour nos plus proches cousins : les primates.

Ranthambore National Park, India Crédit : Annie Spratt

L’institut Jane Goodall lance l’alerte pour la protection des chimpanzés

L’institut Jane Goodall lance une campagne pour protéger les chimpanzés du covid-19. Fondé par la célèbre primatologue qui a été la première à observer l’utilisation d’outils chez les chimpanzés en 1960, observation qui a remis en question les définitions de l’humain et ce que nous tenons pour propre à notre espèce.

L’institut Jane Goodall se consacre à l’étude et à la protection des chimpanzés et s’est spécialisé dans des approches de collaboration avec les populations locales, pour aider les populations à mieux vivre et ainsi à ne pas être tentées par le braconnage.

Il lance une campagne de dons pour obtenir des kits de test et des équipement médicaux, mais aussi pour aider les populations locales qui ne peuvent plus travailler ou aller à l’école dans le cas des enfants. En effet, les primates sont menacés par l’épidémie. Déjà en 2016, un autre coronavirus, le OC43, avait été transmis à des chimpanzés en Côte d’Ivoire.

Sur cinquante années d’observation, l’institut Jane Goodall a démontré que plus de la moitié des décès par maladie chez les chimpanzés concerne les maladies respiratoires.

Ryan Al Bishri

La proximité entre humains et primates rend le saut facile pour le virus. Certes pour se fixer à la cellule, il a besoin de s’adapter spécifiquement à celle-ci, mais les séquences entre humains et chimpanzés sont si proches que la mutation sera facile. Les chimpanzés seraient alors fortement menacés puisqu’eux non plus n’ont jamais connu ce virus, donc ne sont pas immunisés.

Le virus pourrait se propager par les contacts entre ceux qui travaillent dans les parcs de protection et les primates, mais aussi dans les contacts avec les braconniers, beaucoup plus difficile évidemment à contrôler. La déforestation et la diminution de leurs territoires obligent les primates à aller chercher leur nourriture aux abord des villages, multipliant ainsi les risques de contacts avec les humains.

Crédit : Chris Thomas

La primatologue Sabrina Krief, professeur en Muséum national d’histoire naturelle, alerte depuis plus d’un mois sur les risques. Au centre de recherche où elle travaille en Ouganda, pour le Sebitoli Chimpanzee Project, elle a mis en place avec une équipe réduite qui a accepté de se confiner dans le parc, un système pour ausculter les chimpanzés à distance : des pièges photographiques pour détecter les toux éventuelles chez les chimpanzés. Des prélèvements pourront être faits si des symptômes sont découverts.

Mais la primatologue étudie aussi un phénomène étonnant : l’automédication des chimpanzés, qui pourrait nous en apprendre sur la maladie, qui dans le cas d’une contamination qu’on ne souhaite évidemment pas aux chimpanzés, pourrait nous en apprendre sur un traitement possible. Espérons que nous n’aurons pas à faire appel à cette méthode pour le trouver.

Sarah Roubato

Faire un don
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout

Découvrez Forêts, un livre puissant qui va vous émerveiller

Forêts est le seul livre en France qui propose un tour d’horizon aussi complet sur le monde végétal. Pour comprendre comment protéger le cycle de l’eau, notre livre «Forêts», écrit par Baptiste Morizot, Thierry Thevenin, Ernst Zurcher et bien d’autres grands noms, vous donne toutes les clés de compréhension pour comprendre et vous émerveiller sur la beauté de nos végétaux.

Pour comprendre et savoir comment protéger le cycle de l’eau, notre livre «Forêts» est fait pour vous.

Articles sur le même thème

Revenir au thème

Pour vous informer librement, faites partie de nos 80 000 abonnés.
Deux emails par semaine.

Conçu pour vous éveiller et vous donner les clés pour agir au quotidien.

Les informations recueillies sont confidentielles et conservées en toute sécurité. Désabonnez-vous rapidement.

^