La France : En Marche vers un État liberticide ?

« On nous demande d'appeler l'administrateur de garde pour lui signaler les patients issus des manifestations des gilets jaunes. Le fichier SI-VIC, c'est un fichier utilisé en cas d'attentat, quand il y a un grand nombre de victimes, là il est détourné. C'est de la délation qu'on nous demande de faire. »
26 avril 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

La direction des hôpitaux publics de Paris a reconnu avoir fiché des informations personnelles sur des gilets jaunes blessés, pratique illégale qui va à l’encontre du secret médical. Ce nouveau scandale vient s’ajouter à la liste de plus en plus longue des dérives liberticides en France.

Après avoir nié les accusations pendant plusieurs mois, l’AP-HP finalement a admis dans un communiqué de presse publié le 24 avril que les révélations du Canard Enchaîné sont exactes. L’Agence régionale de santé a déclenché SI-VIC (Système d’Identification unique des Victimes) lors de certains actes des gilets jaunes. A la base conçu pour assurer le suivi de blessés en cas de « situations sanitaires exceptionnelles » comme un attentat ou un accident, le dispositif SI-VIC a été détourné en demandant aux professionnels de santé d’ajouter des informations sur les blessures, et parfois même le nom et l’adresse, des gilets jaunes blessés.

Le docteur Gérald Kierzek, urgentiste à l’Hôtel-Dieu, qui avait lancé l’alerte sur Twitter a ainsi précisé à Franceinfo :

« On nous demande d’appeler l’administrateur de garde pour lui signaler les patients issus des manifestations des gilets jaunes. Le fichier SI-VIC, c’est un fichier utilisé en cas d’attentat, quand il y a un grand nombre de victimes, là il est détourné. C’est de la délation qu’on nous demande de faire. »

En effet, ces fichiers violent le secret médical car ils sont consultés au-delà des services hospitaliers. Mediapart a ainsi révélé que les fonctionnaires des ministères « de l’Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères » peuvent également les consulter « dans la stricte mesure où [les informations] sont nécessaires à l’exercice des missions qui leur sont confiées ». Le Canard Enchaîné a aussi pointé le fait que les patients n’ont pas été informés de la collecte de leurs données, comme ça l’est normalement exigé par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).

Le Conseil national de l’Ordre des médecins a saisi le ministère de la Santé et la CNIL pour obtenir des explications tandis que l’Agence Régionale de Santé et l’AP-HP ont lancé une enquête pour apprendre de façon détaillée quelle utilisation a été faite des données collectées sur les gilets jaunes blessés.

Crédit Photo : Randy Colas

Ce scandale rejoint les dérives liberticides de plus en plus nombreuses que l’on peut observer en France : gardes à vues illégales de manifestants, poursuites judiciaires éclairs contre les militants écolo, violences policières dénoncées par l’ONU que la France a tout simplement rejeté en précisant qu’il « ne s’agit plus de manifestants, mais de participants à un attroupement violent et illégal », alors même que les LBD utilisés contre les gilets jaunes sont reconnus comme « arme de guerre » par l’international.

La presse n’est pas en reste avec l’arrestation du journaliste indépendant Gaspard Glanz dans le cadre de son travail sur les manifestations des gilets jaunes. Tout récemment, deux journalistes de Disclose.ngo sont convoqués mi-mai dans le cadre d’une enquête pour « compromission du secret de la défense nationale » suite à une plainte du ministère des Armées. Cette atmosphère de plus en plus tendue se ressent parfois au quotidien : un citoyen a reçu une amende pour avoir joué de la guitare pour ses amis dans un jardin public.

Cette dernière information peut paraître anecdotique au regard de la gravité des évènements listés auparavant, mais n’en révèle pas moins du caractère de plus en plus répressif du gouvernement… La France, En Marche vers un Etat liberticide ?

26 avril 2019 - Laurie Debove
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Animal Livre-Journal - N°5 Notre cinquième numéro ANIMAL vient de paraître. Primatologue, philosophe, journaliste, avocat, président d’ONG… animent avec force nos textes afin de nous raconter l’envers du décor du peuple animal. Des dernières découvertes en termes d’intelligence, d’émotion et de culture en passant par le trafic d’espèces sauvages ou encore la captivité animale et bien d’autres sujets, ce livre dresse un constat alarmant sur le monde animal. Dans moins de 20 à 30 ans, ce monde féérique qu’est le peuple animal n’existera plus, anéanti par l’Homme et le réchauffement climatique. On ne peut changer notre regard sans être informé, sans cela le peuple Animal disparaîtra à tout jamais.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^