« La démocratie ? Fais-la toi-même ! »

Reprendre le pouvoir local.
29 juillet 2018 - Laurie Debove
FacebookTwitter

Des collectifs citoyens se sont regroupés pour instaurer la démocratie directe dans les 36 000 communes de France à l’occasion des élections municipales de 2020. Le but : inciter les habitants à reprendre leur rôle politique en créant des listes participatives, et gérer les ressources dont ils disposent au service du bien commun.

Reprendre le pouvoir local

Le site internet « 36 000 communes » est conçu comme une boîte à outils pour que chacun puisse organiser une liste participative sur sa commune : méthodes, ressources, carte de recensement des initiatives existantes, forum collaboratif, MOOC en ligne sur la gestion municipale… Il est géré collectivement par une quinzaine de personnes, dont des porteurs de projets de listes participatives mais aussi d’anciens directeurs généraux des services publics et spécialistes des sciences politiques.

Crédit Photo : Arnaud Jaegers

Le projet 36 000 communes s’inscrit donc en réseau avec des démarches déjà existantes comme celle instaurée par le maire Joseph Spiegel, qui pratique la démocratie participative dans la commune de Kingersheim (voir « les Etats Généraux de la démocratie » dans notre livre-journal n°2) ou Yvan Lubraneski, maire des Molières, qui veut écrire une constitution locale en accord avec les habitants et les communes environnantes. Saillans, un village drômois, est devenu l’un des exemples les plus aboutis de démocratie participative lorsque des citoyens ont remporté les élections municipales en 2014. Actuellement, 230 personnes, soit 24 % de la population majeure, y participent et décident ensemble des décisions de la commune.

« Grâce au site web 36000 communes, nous essayons d’augmenter le rôle politique local des citoyens en mettant en valeur toutes les expérimentations et les innovations existants en ce sens. Nous souhaitons montrer que le maire a le pouvoir mais aussi la possibilité d’améliorer la participation des habitants aux projets et aux décisions qui les concernent, et de favoriser la transition écologique. A mes yeux, transition écologique et démocratique sont aujourd’hui étroitement liées. » Sandra Pizzolato, initiatrice du projet 36000 communes

Le livre de Mathieu Riva, « Ces maires qui changent tout, Le génie créatif des communes » met ainsi en avant ces communes exemplaires en matière de transition écologique, énergétique et démocratique. La première régie agricole communale vient de Mouans-Sartoux, commune de 9500 habitants des Alpes-Maritimes.Elle a pour objectif de fournir aux cantines scolaires des légumes bio et locaux. 

A Puy Saint André, Pierre Leroy a favorisé l’installation d’agriculteurs grâce à l’Association Foncière Pastorale (qui regroupe 287 propriétaires) qui gère 1 000 hectares de terres. Ce dispositif a permis à des éleveurs de chèvres de s’installer à la place d’un complexe hôtelier 4 étoiles. Il a aussi créé une structure publique d’investissement dédiée à la production d’énergie renouvelable : la SEVE, Soleil Eau Vent Energie.

Aux listes, citoyens !

Concrètement, quand des citoyens veulent créer une liste participative, le premier pas est de constituer une assemblée locale (souvent autour de 4/5 membres) dont le rôle est de défendre l’idée de la participation citoyenne, que l’habitant est l’expert de sa ville et que l’élu doit être à son service.

Crédit Photo : Edwin Andrade

« La démarche n’est pas forcément dans l’affrontement avec les élus locaux. Une fois que l’assemblée est constituée, le but est de rencontrer les élus pour leur présenter les outils permettant d’installer des dispositifs de démocratie participative. » Sandra Pizzolato, initiatrice du projet 36000 communes

Après avoir rencontré les élus, l’assemblée décide si elle veut constituer une liste participative : il n’y a donc au départ pas de candidat officiel, ni de programme car il sera co-construit avec les habitants. Lors d’assemblées locales, les listes participatives demandent ainsi aux habitants d’imaginer la ville ou le village de demain en partant de leurs envies et leurs désirs. Le collectif « La belle démocratie » a mis en place un cahier des charges pour mettre en place une liste participative avec l’attribution d’un label « Haute Qualité Démocratique ».

« Les élus traditionnels le sont souvent sur la base d’un programme qui n’est pas respecté, il n’y a pas de séparation des pouvoirs et des inégalités sociales de plus en plus grandes. Toutes ces conditions créent un désintéressement de la vie politique telle qu’on nous l’a inculquée. Avec 36 000 communes, nous voulons informer et faire de l’éducation populaire pour défendre l’égalité politique et permettre que le plus grand nombre participe. » Sandra Pizzolato, initiatrice du projet 36000 communes

Crédit Photo : Sasan Rashtipour

Pour l’instant, 35 collectifs sont inscrits sur le site, comme le groupe Archipel Citoyen de Toulouse ayant un fonctionnement horizontal très structuré. Ce collectif de personnes issues d’horizons différents se dit « conscient des dégâts sociaux et environnementaux occasionnés par les politiques néo libérales et animé par le désir de « faire ensemble » pour le bien commun de Toulouse et de sa métropole sur des sujets aussi fondamentaux que la gestion de l’eau, les mobilités, le logement et l’urbanisme, la lutte contre les précarités. »

« Notre but n’est pas de gagner des élections mais de changer le paradigme social. Plus il y aura de citoyens qui vont défendre ce genre de projets, plus on aura un moyen de pression sur nos institutions et nos élus. La crise écologique est là. L’effondrement est proche avec les indicateurs donnés par les scientifiques qui disent que la société industrielle telle qu’elle fonctionne est vouée à l’échec. Il va bientôt falloir qu’on s’organise autrement donc autant commencer à collaborer et prendre des décisions ensemble maintenant. » Sandra Pizzolato

29 juillet 2018 - Laurie Debove
FacebookTwitter
« La démocratie ? Fais-la toi-même ! »
FacebookTwitter
Graine - Numéro 2 Tous les auteurs de « Graine » sont des acteurs du changement. De Pierre Rabhi à Hubert Reeves, ou encore Joël de Rosnay et Stéphanie Gibaud, ils nous font part de leurs expériences hors normes et de leurs visions de la société. Vous serez séduits par la qualité de rédaction de chacun, qui reste accessible à tous.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^