Interdites depuis 1981, la vente des semences paysannes bios est aujourd’hui autorisée par l’Union Européenne

Restrictions, réglementations et perte d’autonomie  Les graines et semences restent une problématique agricole importante pour l’autonomie des producteurs que la qualité des produits. Malheureusement, depuis des années les trois quarts des fruits, légumes et céréales ont disparu, laissant place aux variétés « hybrides » de l’industrie agrochimique. Avec la disparition des petites exploitations, la culture du « rendement […]
4 mai 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 128 pages
- Impression : France

Commander

Restrictions, réglementations et perte d’autonomie 

Les graines et semences restent une problématique agricole importante pour l’autonomie des producteurs que la qualité des produits. Malheureusement, depuis des années les trois quarts des fruits, légumes et céréales ont disparu, laissant place aux variétés « hybrides » de l’industrie agrochimique.

Avec la disparition des petites exploitations, la culture du « rendement à tout prix » et de l’industrialisation du secteur, 90% des graines semées en Europe appartiennent aujourd’hui à 5 entreprises. Ces groupes contrôlent à eux seuls l’alimentation de tous et privent les producteurs d’autonomie, empêchant même les agriculteurs les plus démunis de réellement tirer profit de leurs exploitations. 

En effet, jusqu’à aujourd’hui, le système ne permettait pas aux producteurs de récupérer les graines de leur propre récolte afin de les vendre ou de les utiliser. Ainsi les grands groupes semenciers imposent leur sélection arbitraire, plus chère et artificielle, maintenant les producteurs dans la dépendance, avec des conséquences imprévisibles pour la biodiversité mondiale. En effet, les semences vendues par des groupes, tels que Monsanto, sont créées pour être très productives la première année seulement, obligeant ainsi le rachat de semences chaque année pour les producteurs. 

Les revendications du secteur agricole depuis des années étaient donc de rendre de l’autonomie aux producteurs, de réintroduire des variétés anciennes, plus saines et nutritives mais également de répondre à l’appel des communautés rurales des pays les plus pauvres, en partageant les semences biologique de variétés potagères « libres de droits et reproductibles ». Cet effort se heurtait jusqu’ici à un “cahier officiel”recensant les seules variétés pouvant être commercialisées. 

La vente des semences paysannes autorisées par l’UE 

Le 19 avril, après de longues années de batailles, le parlement européen a mis fin au décret de 1981 interisant la commercialisation des semences paysannes non répertoriées.  Les eurodéputés ont voté dans le sens des agriculteurs bios « dans un souci de préservation de la sécurité du consommateur ». Cette législation permettra lors de sa mise en vigueur en 2021 « la commercialisation de semences traditionnelles et encouragera les paysans bios à réutiliser leurs propres semences », et « la reproduction végétale de matériel hétérogène biologique ». 

Selon l’eurodéputé Eric Andrieu « le monde du vivant était cadenassé par la réglementation actuelle au profit de quelques grandes multinationales. Il est urgent de rééquilibrer la chaîne alimentaire et d’arrêter de dérouler le tapis rouge devant les oligopoles de l’agrochimie » faisant référence à Monsanto et DuPontDow. 

Les producteurs se voient ainsi libres de créer leurs propres variétés, ce qui pourrait répondre à la menace environnementale.  En effet, 75% des aliments de la planète proviennent de 12 espèces végétales et de 5 espèces animales. 

image 15672

Pour commander notre nouveau Livre-Journal, cliquez sur l’image !

4 mai 2018 - La Relève et La Peste
FacebookTwitter
"Le plus souvent, les gens renoncent à leur pouvoir car ils pensent qu'il n'en ont pas"

Votre soutien compte plus que tout
Faire un don
Animal Livre-Journal - N°5 Notre cinquième numéro ANIMAL vient de paraître. Primatologue, philosophe, journaliste, avocat, président d’ONG… animent avec force nos textes afin de nous raconter l’envers du décor du peuple animal. Des dernières découvertes en termes d’intelligence, d’émotion et de culture en passant par le trafic d’espèces sauvages ou encore la captivité animale et bien d’autres sujets, ce livre dresse un constat alarmant sur le monde animal. Dans moins de 20 à 30 ans, ce monde féérique qu’est le peuple animal n’existera plus, anéanti par l’Homme et le réchauffement climatique. On ne peut changer notre regard sans être informé, sans cela le peuple Animal disparaîtra à tout jamais.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^