Huile de palme : le PDG de Total menace le gouvernement

Le PDG de Total a tenté de les faire revenir sur une disposition fiscale prise en décembre 2018 : la suppression de l’avantage fiscal pour les biocarburants à base d’huile de palme.
26 septembre 2019 - Marine Wolf
FacebookTwitter
Envie d’une vraie déconnexion ? Évadez-vous avec notre nouvelle bande dessinée !

- Thème : effondrement de la société, abordé de manière douce et positive
- Format : 130 pages
- Impression : France

Commander

Un avantage fiscal supprimé

« Nous en tirerons les conséquences, y compris sur les futurs investissements dans le pays. » Ce message a été lancé par Patrick Pouyanné aux députés ce mardi 17 septembre, lors de son audition par la commission des affaires économiques de l’Assemblée. Patrick Pouyanné a tenté de convaincre les députés de revenir sur la suppression d’un avantage fiscal pour les biocarburants à base d’huile de palme.

Le PDG de Total a tenté de les faire revenir sur une disposition fiscale prise en décembre 2018 : la suppression de l’avantage fiscal pour les biocarburants à base d’huile de palme.

L’huile de palme

Cet été, Total a mis en service sa raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône) convertie aux biocarburants, produits en grande partie avec de l’huile de palme. De nombreuses associations environnementales étaient montées au créneau, dénonçant la déforestation due à l’importation massive d’huile de palme. 

Alors que dans le monde, les plantations de palmiers à huile sont à l’origine de 40 % de la déforestation due à l’agriculture intensive, la France, comme l’Allemagne, a promis d’aller vers 100 % d’huile de palme durable d’ici 2020. 

Une perte économique 

Total avait investi 300 millions d’euros dans la reconversion de sa raffinerie, bien avant la suppression de l’avantage fiscal.

« Nous nous sommes lancés en 2015 en plein accord avec le gouvernement, dans un cadre fiscal qui était donné (…) Et aujourd’hui, alors que l’investissement est fini, on nous change le cadre fiscal. »

Pour Patrick Pouyanné, La Mède représente à présent « un investissement réalisé, dont on change les règles du jeu, qui se traduit concrètement par une perte économique de près de 70 millions à 80 millions d’euros pour ce site et qui le met en difficulté. ». 

Conséquences

Dans ces circonstances, le PDG envisage d’exporter en Allemagne toute la production de l’usine. De plus, même si Total s’était engagé à utiliser du colza produit par les agriculteurs français, « si tout reste en l’état avec cet amendement, nous ne pourrons pas tenir les engagements que nous avons pris à travers l’ensemble des filières » a-t-il prévenu. 

Patrick Pouyanné a enfin ajouté, comme un avertissement :

« Le signal lancé aux investisseurs par la représentation nationale est très perturbant. »

26 septembre 2019 - Marine Wolf
FacebookTwitter
Huile de palme : le PDG de Total menace le gouvernement
FacebookTwitter
Achetez notre nouveau Livre
Livre-Journal 04 : Vivant Pablo Servigne, Vandana Shiva, Lamya Essemlali et d'autres auteurs de renom nous expliquent l'importance de protéger notre Terre et de devenir de véritables gardiens du Vivant. L'humanité est en passe de détruire, en cinq décennies, un écosystème qui a mis des milliards d'années à se constituer. Idées concrètes, réflexions et partages de savoir vous inspirerons à devenir des défenseurs de la Vie.
Commander
Envie de s’informer ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous informer différemment
Derniers articles
^